En at­tente de la dé­ci­sion du mi­nis­tère

Mo­der­ni­sa­tion de l’usine d’épu­ra­tion de Vau­dreuil-do­rion

L'Etoile - - ACTUALITÉ - SI­MON RI­CHARD

LDe­puis près d’un mois, la Ville de Vau­dreuil-Do­rion connaît des pro­blèmes quant aux tra­vaux de la nou­velle conduite d’ame­née dans la baie de Vau­dreuil. Elle at­tend l’ap­pro­ba­tion d’un dé­cret du mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment du­rable, de l’En­vi­ron­ne­ment et des Parcs qui pour­rait être ac­cep­té ce ma­tin au Con­seil des mi­nistres.

a Ville a de­man­dé ce dé­cret afin de se sous­traire à une étude d’im­pact sur l’en­vi­ron­ne­ment, for­cée de mo­di­fier la fa­çon dont elle ins­tal­le­ra sa conduite à la suite de la dé­cou­verte ré­cente de till dans la baie de Vau­dreuil. Un dé­cret de plus en plus urgent, car la Ville sou­haite ter­mi­ner les tra­vaux d’ici le dé­but de dé­cembre. C’est que les pre­mières glaces for­ce­ront la re­mise des tra­vaux au prin­temps. L’étude en­vi­ron­ne­men­tale en ques­tion ra­len­ti­rait d’au moins un an l’ins­tal­la­tion de la conduite d’ame­née.

« Avant que les fonc­tion­naires nous donnent l’ap­pro­ba­tion de de­man­der un dé­cret, nous avons four­ni de nom­breuses études au mi­nis­tère, ex­plique Guy Pi­lon, maire de Vau­dreuil-Do­rion. On a dé­jà fait des études bio­lo­giques. Nous vou­lons fa­ci­li­ter les choses, et les fonc­tion­naires du mi­nis­tère sont sa­tis­faits de nos études. »

Mal­gré ces imprévus, Marc Cô­té, chef de la di­vi­sion tech­nique du Ser­vice du dé­ve­lop­pe­ment et de l’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire, de­meure op­ti­miste.

Si le dé­cret est ac­cep­té, l’en­tre­pre­neur pour­ra al­ler de l’avant avec les tra­vaux dès lun­di. Ces der­niers se pour­sui­vront pen­dant en­vi­ron six se­maines.

La Ville as­sure qu’elle met tout en oeuvre pour pro­té­ger l’en­vi­ron­ne­ment et les ré­si­dents dans le cadre de ces tra­vaux.

Le till

Lors du f orage, l ’ en­tre­pre­neur a dé­cou­vert du till dans une sec­tion de la baie de Vau­dreuil, l’un des sé­di­ments les plus dif­fi­ciles à fo­rer lors de ce type de tra­vaux, car il s’af­faisse constam­ment. Les pre­mières pros­pec­tions dans la baie de Vau­dreuil n’ont pas per­mis de dé­tec­ter la pré­sence du sé­di­ment, cette pe­tite sec­tion n’ayant pas été son­dée. Cette zone est trop pro­fonde pour qu’on y des­cende avec de la ma­chi­ne­rie, mais trop peu pro­fonde pour qu’on y ins­talle une pla­te­forme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.