Évi­tez les pro­blèmes de conden­sa­tion

Grands froids

L'Etoile - - NOUVELLES RÉGIONALES - Source : APCHQ

L’hiver ré­serve de grands froids au Qué­bec. Même si votre pro­prié­té est équi­pée d’un sys­tème de ven­ti­la­tion mé­ca­nique adé­quat, des signes de conden­sa­tion sont pos­sibles, comme la for­ma­tion de glace au bas des fe­nêtres.

L’As­so­cia­tion pro­vin­ciale des construc­teurs d’ha­bi­ta­tions du Qué­bec (APCHQ) vous en ex­plique les causes et vous rap­pelle quelques conseils pour évi­ter ce pro­blème.

Prin­cipes de base

Avant de re­mettre en ques­tion la qua­li­té du fe­nê­trage de votre mai­son, il est im­por­tant de com­prendre cer­tains prin­cipes de base. L’air est un gaz qui, se­lon sa tem­pé­ra­ture, peut conte­nir plus ou moins de va­peur d’eau. Plus il est chaud, plus il peut conte­nir de va­peur d’eau sans créer de pro­blèmes. À titre d’exemple, le vi­trage des fe­nêtres ne s’em­bue pas lors­qu’il fait 30 °C et que le taux d’humidité re­la­tive est de 95 %. Pour­quoi? Parce que, lors­qu’un gaz est chauf­fé, les mo­lé­cules se dis­tancent et laissent plus de place à la va­peur d’eau.

Le même prin­cipe s’ap­plique pen­dant l’hiver : à une tem­pé­ra­ture don­née – sup­po­sons 20 °C – l’air peut conte­nir 50 % d’humidité. Lorsque la tem­pé­ra­ture chute ra­pi­de­ment, la quan­ti­té de va­peur d’eau change. Pour le même vo­lume d’air, le taux d’humidité re­la­tive mon­te­ra en flèche jus­qu’à at­teindre le point de sa­tu­ra­tion, soit 100 %. Ha­bi­tuel­le­ment, le sur­plus de va­peur d’eau se dé­pose sur les sur­faces les plus froides, soit le vi­trage des fe­nêtres et des portes. Ce­la s’ac­cen­tue lorsque le cadre de la fe­nêtre forme une ta­blette qui prive le bas du vi­trage de cha­leur.

Conseils pour pré­ve­nir la conden­sa­tion

Les ex­perts af­fir­me­ront qu’un verre éner­gé­tique, des in­ter­ca­laires iso­lés et la po­si­tion du vi­trage dans l’axe du mur peuvent pré­ve­nir ce pro­blème. Se­lon An­dré Ga­gné, di­rec­teur de l’ex­per­tise tech­nique de l’APCHQ, ces re­com­man­da­tions peuvent contri­buer à ré­duire les ma­ni­fes­ta­tions de ce phé­no­mène de tem­pé­ra­ture, mais lorsque celle-ci passe de -10 à -30 °C en quelques heures, le vi­trage en su­bit tout de même les va­ria­tions.

« Lorsque le taux d’humidité ne suit pas la courbe de chute de tem­pé­ra­ture ex­té­rieure, il est pra­ti­que­ment cer­tain de voir ap­pa­raître de la conden­sa­tion », sou­ligne-t-il.

Pour évi­ter ce pro­blème, le taux d’humidité re­la­tive de l’air in­té­rieur doit suivre la courbe de chute de la tem­pé­ra­ture ex­té­rieure. La ca­pa­ci­té des ap­pa­reils de ven­ti­la­tion char­gés de faire ce tra­vail va­rie, si bien qu’il est pos­sible que cer­tains échan­geurs d’air ne puissent ré­duire ce taux as­sez ra­pi­de­ment. Avec des in­ter­ven­tions simples, vous contri­bue­rez à op­ti­mi­ser le fonc­tion­ne­ment de ces ap­pa­reils et à ré­duire la conden­sa­tion sur les fe­nêtres de votre mai­son.

Par exemple, li­mi­tez votre quan­ti­té de plantes, vé­ri­fiez que votre sé­cheuse est bien rac­cor­dée, évi­tez de ré­duire la tem­pé­ra­ture in­té­rieure ou d’en­tre­po­ser votre bois de chauf­fage au sous-sol. Il est éga­le­ment re­com­man­dé d’ac­ti­ver les ven­ti­la­teurs de la cui­sine et de la salle de bains pen­dant et après chaque uti­li­sa­tion, et de ne pas pro­lon­ger in­dû­ment les douches. Les grilles de ven­ti­la­tion doivent être lo­ca­li­sées aux bons en­droits et non obs­truées pour fonc­tion­ner à plein ren­de­ment. Aus­si, si ce n’est dé­jà fait, en­le­vez les mous­ti­quaires de vos fe­nêtres, et abs­te­nez-vous de fer­mer les stores ou les toiles pen­dant la soi­rée, ce qui per­met­tra à la cha­leur pro­ve­nant du sys­tème de chauf­fage de ré­chauf­fer le vi­trage.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.