Évi­ter l’ex­po­si­tion au ra­don

Des pistes de so­lu­tion

L'Etoile - - ACTUALITÉ - (C.C.J.)

Se­lon San­té Ca­na­da, l’ex­po­si­tion à long terme au ra­don, un gaz ra­dio­ac­tif qu’on trouve na­tu­rel­le­ment dans le sol, se­rait la deuxième cause de­can­cer du­pou­mo­nau­pays, après le ta­ba­gisme.

Pour sa­voir si la concen­tra­tion de ra­don de leur ha­bi­ta­tion est pré­oc­cu­pante, les pro­prié­taires peuvent se pro­cu­rer un dé­tec­teur de ra­don (do­si­mètre) cer­ti­fié et ap­prou­vé par San­té Ca­na­da. L’As­so­cia­tion pul­mo­naire du Qué­bec (www.pq.pou­mon.ca/ra­don) peut four­nir une trousse de dé­tec­tion aux ci­toyens qui en font la de­mande, au prix de 40 $, y com­pris l’ana­lyse. Des dé­tec­teurs sont aus­si en vente à CAA Qué­bec, dans des en­tre­prises ac­cré­di­tées pour la me­sure du ra­don et dans cer­taines quin­caille­ries. Les pro­prié­taires peuvent aus­si faire ap­pel à une firme spé­cia­li­sée et ac­cré­di­tée afin qu’elle pro­cède à des me­sures de ra­don.

L’hiver est le meilleur temps pour ins­tal­ler un do­si­mètre, car c’est au cours de cette sai­son que les concen­tra­tions de ra­don risquent d’être plus éle­vées dans la mai­son : les fe­nêtres sont fer­mées, et le sys­tème de chauf­fage fonc­tionne. L’ap­pa­reil de­vrait être pla­cé dans une pièce ha­bi­tée du plus bas étage, au sous­sol ou au rez-de-chaus­sée. Il ne faut pas se fier aux ré­sul­tats du voi­sin, car ils sont sou­vent très dif­fé­rents d’une ré­si­dence à l’autre. De plus, San­té Ca­na­da re­com­mande de me­su­rer le ra­don sur une pé­riode mi­ni­male de trois mois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.