Sé­nat : les conser­va­teurs ont re­nié leur pro­messe, es­time Ja­mie Ni­cholls

L’affaire Bra­zeau re­lance le dé­bat sur la per­ti­nence et le man­dat du Sé­nat

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

« Après avoir pro­mis pen­dant des an­nées de ré­for­mer le Sé­nat pour le rendre plus trans­pa­rent et dé­mo­cra­tique, le gou­ver­ne­ment conser­va­teur de Ste­phen Har­per a re­nié sa pa­role, et les consé­quences com­mencent à se faire sen­tir », af­firme Ja­mie Ni­cholls, dé­pu­té de Vau­dreuil-Soulanges.

Le néo­dé­mo­crate de Saint-La­zare rap­pelle que, lors de sa pre­mière élec­tion en mars 2004, Ste­phen Har­per s’était en­ga­gé à ré­for­mer le Sé­nat ca­na­dien. « Je ne nom­me­rai pas de sé­na­teurs. Il est es­sen­tiel que les per­sonnes qui siègent au Par­le­ment soient élues par les gens qu’elles re­pré­sentent », avait-il alors dé­cla­ré.

Le dé­pu­té dé­plore que Ste­phen Har­per se soit lan­cé dans la « valse par­ti­sane » de ses pré­dé­ces­seurs. D’au­tant plus que le pre­mier mi­nistre conser­va­teur a nom­mé au Sé­nat des can­di­dats dé­faits aux élec­tions, dont Jo­sée Ver­ner et Lar­ry Smith.

Au dire du dé­pu­té, le sé­na­teur Pa­trick Bra­zeau, nom­mé à vie par Ste­phen Har­per en 2009, qui fait l’ob­jet d’ac­cu­sa­tions cri­mi­nelles, pour­rait coû­ter aux contri­buables ca­na­diens jus­qu’à 7 M$ s’il siège jus­qu’à 75 ans. Une si­tua­tion qu’a dé­non­cée ven­dre­di aux Com­munes Ja­mie Ni­cholls, qu’il qua­li­fie de cirque. « Si seule­ment [l’affaire Pa­trick Bra­zeau] était un cas iso­lé, a-t-il lan­cé en pé­riode de ques­tions, mais, dans la longue liste des amis du par­ti nom­més au Sé­nat par le pre­mier mi­nistre, les abus sont mal­heu­reu­se­ment trop fré­quents. »

En ef­fet, d’autres sé­na­teurs conser­va­teurs et li­bé­raux sont soup­çon­nés d’avoir men­ti sur le lieu de leur ré­si­dence prin­ci­pale pour pou­voir se faire rem­bour­ser des dé­penses d’hé­ber­ge­ment. Pour le Nou­veau Par­ti dé­mo­cra­tique (NPD), ces al­lé­ga­tions re­mettent en ques­tion la per­ti­nence du Sé­nat et son uti­li­sa­tion des fonds pu­blics.

« Les conser­va­teurs vont faire quoi pour s’as­su­rer que les contri­buables re­trouvent cet ar­gent ver­sé injustement? » a lan­cé Ja­mie Ni­cholls.

Se­lon l’évaluation qu’en fait le NPD, abo­lir le Sé­nat per­met­trait aux contri­buables d’épar­gner 90 M$ par an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.