La­fre­nière l’em­porte par K.O.

Une per­for­mance ma­gis­trale

L'Etoile - - ACTUALITÉ - (C.C.J.)

Fran­cis La­fre­nière, de Co­teau-du-Lac, a eu le des­sus sur son ad­ver­saire, le Po­lo­nais Pa­wel Se­li­ga, au cours de son hui­tième com­bat pro­fes­sion­nel chez les poids moyens (160 livres).

De nom­breux ob­ser­va­teurs es­timent que le pu­gi­liste est meilleur que sa fiche (3-3-2) le laisse croire. Il a don­né du poids à cette im­pres­sion en se dé­fai­sant ha­bi­le­ment de son ad­ver­saire, in­vain­cu avant ce com­bat (4-1-0). Une per­for­mance d’au­tant plus sur­pre­nante qu’il a ac­cep­té de prendre part à l’af­fron­te­ment à cause de la bles­sure de l’ad­ver­saire pré­vu de Se­li­ga, Ch­ris Plai­tis.

L’af­fron­te­ment a tou­te­fois failli ne pas avoir lieu. En ef­fet, à quelques heures du com­bat, les ré­sul­tats des tests san­guins du Po­lo­nais n’étaient pas dis­po­nibles. Fran­cis La­fre­nière était ré­si­gné à voir son com­bat an­nu­lé; ce­pen­dant, il a ap­pris la te­nue du com­bat à 25 mi­nutes d’avis. C’est donc un La­fre­nière sur­pris et mal échauf­fé qui est mon­té dans le ring.

L’Eu­ro­péen, beau­coup plus pe­tit et tra­pu que La­fre­nière, a en­ta­mé le pre­mier round avec agres­si­vi­té, lan­çant de puis­sants cro­chets. Le Co­teau­la­cois, en­traî­né par les frères Otis et Ho­ward Grant, lui a op­po­sé une dé­fen­sive her­mé­tique rap­pe­lant celle du cham­pion Ar­thur Abra­ham. « Ce genre de tech­niques s’ac­quiert au fil du temps et avec l’ex­pé­rience de re­ce­voir des coups », sou­tient-il.

Le boxeur, par ailleurs, s’at­ten­dait à voir son ad­ver­saire op­ter pour cette stra­té­gie. Il n’a donc pas pa­ru dé­so­rien­té; au contraire, il est de­meu­ré alerte afin d’en­tre­voir une ou­ver­ture. Le style bel­li­queux de Se­li­ga le lais­sait vul­né­rable à une contre-at­taque à la tête. À une mi­nute de la fin du pre­mier en­ga­ge­ment, La­fre­nière a as­sé­né à la tête de son ad­ver­saire deux vio­lents cro­chets de la gauche pour l’en­voyer au ta­pis. Si le pre­mier des deux coups l’a ébran­lé, le se­cond a va­lu au Po­lo­nais un voyage au pays des rêves. L’of­fi­ciel a mis fin au com­bat, per­met­tant à La­fre­nière de mar­quer un deuxième K.O. en trois vic­toires.

« C’est vrai­ment le meilleur sen­ti­ment pour un boxeur, ex­plique le boxeur. Nous cher­chons tous le K.O., mais lors­qu’un ad­ver­saire tombe une deuxième fois à la suite du même coup, c’est vrai­ment ex­tra­or­di­naire. Après avoir ga­gné le prix du Meilleur com­bat ca­na­dien en 2012, je pour­rais re­ce­voir ce­lui du meilleur K.O. en 2013! » conclut en riant le pu­gi­liste.

Cette spec­ta­cu­laire per­for­mance n’est pas pas­sée in­aper­çue. En ef­fet, le pu­gi­liste a re­çu des pro­po­si­tions de com­bats à To­ron­to, à Montréal et au Nou­veauB­runs­wick. Il pour­rait aus­si se battre pour le cham­pion­nat ca­na­dien des poids moyens. Mais, pour l’heure, La­fre­nière af­firme vou­loir se battre pour mon­trer sa va­leur et ac­qué­rir de l’ex­pé­rience.

PHO­TO MARC-OLI­VIER THI­BAULT

Fran­cis La­fre­nière a dé­fait Pa­wel Se­li­ga dans le pre­mier round de leur com­bat pré­vu

pour six re­prises.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.