Le rem­bour­se­ment an­ti­ci­pé et les pé­na­li­tés

Le cour­tier hy­po­thé­caire, avec vous et pour vous

L'Etoile - - AMÉNAGEMENT PAYSAGER -

DLorsque leur si­tua­tion fi­nan­cière s’y prête, cer­tains pro­prié­taires sai­sissent cette oc­ca­sion pour ac­cé­lé­rer le rem­bour­se­ment de leur hy­po­thèque.

épen­dam­ment de l’ins­ti­tu­tion fi­nan­cière, la plus part des contrats d’hy­po­thèques per­mettent à l’em­prun­teur de rem­bour­ser de 5% à 25% de son solde an­nuel­le­ment sans pé­na­li­té, sous forme d’un mon­tant for­fai­taire ou de paie­ment ac­cé­lé­rées. Pour le ven­deur, le but vi­sé par cette ac­tion est bien simple, éco­no­mi­ser sur ses paie­ments men­suels ou payer sa pro­prié­té plus ra­pi­de­ment.

Pour le prê­teur, ce paie­ment an­ti­ci­pé re­pré­sente une perte de ren­de­ment, puisque le client paie­ra moins d’in­té­rêts qu’il en était conve­nu au dé­but du con­trat. Pour com­bler cette perte, le prê­teur im­po­se­ra une pé­na­li­té si le rem­bour­se­ment ex­cède les li­mites pres­crites par l’en­tente hy­po­thé­caire.

Les prê­teurs dé­ter­minent la pé­na­li­té im­po­sée en choi­sis­sant le mon­tant le plus éle­vé entre trois mois d’in­té­rêts ou une somme qui re­pré­sente le manque à ga­gner en rai­son de l’écart entre le taux au dé­but du prêt et ce­lui qu’il se­rait pos­sible d’ob­te­nir au mo­ment du rem­bour­se­ment. Plus l’écart est grand, plus la pé­na­li­té est im­por­tante. La chute des taux hy­po­thé­caires des der­nières an­nées a contri­bué à faire gon­fler les pé­na­li­tés à des sommes al­lant jus­qu’à plus de 20 000 $ dans les cas les plus graves. Heu­reu­se­ment, cer­tains prê­teurs aux­quels les cour­tiers hy­po­thé­caires ont ac­cès, uti­lisent une mé­thode moins oné­reuse de cal­cu­ler les pé­na­li­tés.

Au-de­là des meilleurs taux, le cour­tier hy­po­thé­caire est là pour vous ai­der à ob­te­nir les meilleures condi­tions d’em­prunt.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.