Ra­jeu­nir son bal­con : un pro­jet de sai­son!

L'Etoile - - IMMO INFO - Source : APCHQ

Pour pro­fi­ter plei­ne­ment de l’été, rien de tel qu’un bal­con adap­té à vos goûts et à vos be­soins. Sou­mis aux in­tem­pé­ries et à une cir­cu­la­tion in­tense, le vôtre a peut-être be­soin d’un coup de jeu­nesse pour en­ta­mer la nou­velle sai­son. Pour vous gui­der dans votre pro­jet, la ban­nière Ré­no-Maître de l’As­so­cia­tion pro­vin­ciale des construc­teurs d’ha­bi­ta­tions du Qué­bec (APCHQ) vous sug­gère quelques pistes pour faire de votre bal­con un es­pace de vie aus­si agréable que sé­cu­ri­taire.

La pla­ni­fi­ca­tion

Quelles que soient vos mo­ti­va­tions, la ré­no­va­tion d’un bal­con de­mande un mi­ni­mum de pla­ni­fi­ca­tion. Ses di­men­sions conviennent-elles tou­jours à vos be­soins? En gé­né­ral, un bal­con de 10 pieds par 12 offre suf­fi­sam­ment d’es­pace pour as­seoir confor­ta­ble­ment quatre per­sonnes et lo­ger un bar­be­cue.

« Si vous vou­lez l’agran­dir, renseignez-vous d’abord au­près de votre Mu­ni­ci­pa­li­té, car il se peut que la ré­gle­men­ta­tion en re­streigne les di­men­sions, pré­vient An­dré Ga­gné, di­rec­teur de l’ex­per­tise tech­nique de l’APCHQ. Aus­si, si vous son­gez éven­tuel­le­ment à trans­for­mer votre bal­con en ter­rasse trois sai­sons ou y in­té­grer un spa, pré­voyez dès main­te­nant des fon­da­tions et une struc­ture d’une ca­pa­ci­té por­tante suf­fi­sante. »

En ma­tière de sup­port, il est dé­con­seillé de po­ser la pla­te­forme sur des blocs dor­mants. Sous l’ef­fet du gel, ceux-ci au­ront ten­dance à se sou­le­ver et, à la longue, à dé­té­rio­rer les an­crages qui rat­tachent le bal­con à la mai­son. Les pieux vis­sés, les co­lonnes de bé­ton ou en­core les po­teaux de 6 po sur 6 en bois trai­té, ins­tal­lés à une pro­fon­deur mi­ni­male de 1,2 m, ré­sis­te­ront mieux au gel.

La sé­cu­ri­té

La pré­ven­tion des chutes doit fi­gu­rer en tête de vos prio­ri­tés. D’ailleurs, la ré­gle­men­ta­tion est là pour vous le rap­pe­ler. En ef­fet, dès que la pla­te­forme de votre bal­con se si­tue à 24 po au-des­sus du ni­veau du sol, vous de­vez ins­tal­ler un garde-corps. Qu’il soit fait de bois, d’alu­mi­nium, de plas­tique ou de fer for­gé, il doit avoir une hau­teur mi­ni­male de 36 po. Votre es­ca­lier compte trois contre­marches ou plus? Vous de­vez pré­voir une main cou­rante.

Vous dé­si­rez joindre l’utile à l’agréable en conju­guant bal­con et pis­cine? Les normes sont plus sé­vères à cet égard. Il vous fau­dra pré­voir une bar­rière entre la pis­cine et le bal­con. Celle-ci de­vra me­su­rer 42 po de hau­teur au mi­ni­mum et être do­tée d’un sys­tème de fer­me­ture au­to­ma­tique et d’un ver­rou de sû­re­té ins­tal­lé du cô­té de la pis­cine pour évi­ter qu’il ne soit ma­ni­pu­lé par les en­fants.

Par­lons ma­té­riaux

Après avoir connu son heure de gloire, le bois trai­té est en perte de vi­tesse au­près des consom­ma­teurs en rai­son de sa toxi­ci­té. Si la struc­ture de votre bal­con est faite de bois trai­té, il n’est pas né­ces­saire de tout dé­man­te­ler. L’ajout d’un nou­veau re­vê­te­ment de sur­face, telle la fibre de verre, fe­ra très bien l’af­faire.

« Le cèdre de l’Ouest consti­tue aus­si une bonne al­ter­na­tive au bois trai­té, sou­ligne An­dré Ga­gné. Sa te­neur éle­vée en ta­nins lui per­met de bien ré­sis­ter à la pour­ri­ture. Comme sa fibre est plus dense que celle de la pruche, le cèdre de l’Ouest est moins por­té à se dé­la­mi­ner. Sa sur­face reste plus lisse et pro­duit moins d’éclisses. On trouve éga­le­ment de­puis peu sur le mar­ché du bois trai­té au moyen d’un agent éco­lo­gique, le cuivre al­ca­lin qua­ter­naire, sans dan­ger pour la san­té. »

Il y a tou­te­fois un bé­mol à l’uti­li­sa­tion du bois tor­ré­fié : bien qu’il soit du­rable, ce­lui-ci né­ces­site l’ap­pli­ca­tion d’un en­duit pro­tec­teur pour pré­ser­ver son ap­pa­rence. Quant aux ma­té­riaux com­po­sites, faits de plas­tique et de fibre de bois, ils re­pré­sentent éga­le­ment une so­lu­tion avan­ta­geuse même s’ils sont beau­coup plus coû­teux. Ils ne s’al­té­re­ront pas et leur cou­leur ré­sis­te­ra à l’épreuve du temps.

Con­fiez vos tra­vaux à un Ré­no-Maître!

Con­fiez vos tra­vaux à un en­tre­pre­neur cer­ti­fié par la ban­nière Ré­noMaître de l’APCHQ, la­quelle ne re­groupe que des en­tre­pre­neurs ex­pé­ri­men­tés, sé­rieux et com­pé­tents. En fai­sant af­faire avec un Ré­no-Maître, vous bé­né­fi­ciez d’un plan de ga­ran­tie op­tion­nel (la Ga­ran­tie ré­no­va­tion), d’un pro­gramme de fi­nan­ce­ment sur me­sure (le Ré­no-prêt) ain­si que d’un ser­vice de ré­fé­rence té­lé­pho­nique et In­ter­net. Pour trou­ver un Ré­no-Maître dans Vau­dreuil-Sou­langes, con­sul­tez le Ré­per­toire des en­tre­pre­neurs au www.re­no­maitre.com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.