Gare à la ma­la­die de Lyme

Quelques pré­cau­tions à prendre

L'Etoile - - AMÉNAGEMENT PAYSAGER - (Y.M)

La cha­leur tant at­ten­due ap­porte in­évi­ta­ble­ment des in­con­vé­nients : les pi­qûres d’in­sectes et de tiques.

La grande ma­jo­ri­té de celles-ci sont sans consé­quence pour l’hu­main. Ce­pen­dant, les pi­qûres de tiques in­fec­tées par la bac­té­rie Bor­re­lia burg­dor­fe­ri pour­raient trans­mettre la ma­la­die de Lyme.

De jan­vier 2004 à dé­cembre 2012, 138 cas de ma­la­die de Lyme ont été ré­per­to­riés dans la pro­vince, dont 31 ont été contrac­tés au Qué­bec. La ma­jo­ri­té des cas ac­quis dans la pro­vince (86 %) l’ont été en Mon­té­ré­gie. Les tiques in­fec­tées sont plus abon­dantes dans les mu­ni­ci­pa­li­tés si­tuées au sud de la ré­gion.

Les jour­nées chaudes de l’été, de plus en plus nom­breuses, en­traînent une aug­men­ta­tion du nombre de tiques, ex­pli­quant ain­si, du moins en par­tie, la hausse du nombre de cas. La ma­la­die est aus­si mieux connue des mé­de­cins et de la po­pu­la­tion, ce qui peut éga­le­ment contri­buer à ce que le diag­nos­tic soit po­sé plus ra­pi­de­ment.

« Même si la ma­la­die de Lyme est pré­sente en Mon­té­ré­gie, il ne faut pas s’em­pê­cher de pas­ser du temps à l’ex­té­rieur et de pra­ti­quer des ac­ti­vi­tés de plein air. Il existe des moyens simples pour les adultes et les en­fants de se pré­mu­nir contre cette in­fec­tion », ex­plique Dre Jo­ce­lyne Sau­vé, di­rec­trice de san­té pu­blique de la Mon­té­ré­gie.

Des pré­cau­tions

Pour évi­ter les pi­qûres de tiques qui se tiennent dans les boi­sés, les brous­sailles et les hautes herbes, quelques pré­cau­tions sont de mise. Il est pré­fé­rable de mar­cher dans des sen­tiers bien dé­ga­gés. Il est im­por­tant d’uti­li­ser un in­sec­ti­fuge conte­nant du DEET ou de l’ica­ri­dine et de por­ter des vê­te­ments qui couvrent la peau. Après une ac­ti­vi­té en fo­rêt, il faut exa­mi­ner mi­nu­tieu­se­ment tout son corps, avec l’aide d’une autre per­sonne ou d’un mi­roir pour les par­ties moins vi­sibles comme le dos. Exa­mi­nez aus­si les en­fants et les ani­maux do­mes­tiques. En­fin, il est né­ces­saire d’ex­traire dès que pos­sible et de fa­çon ap­pro­priée les tiques ac­cro­chées à la peau.

Re­con­naître les ma­ni­fes­ta­tions de la ma­la­die

Une des pre­mières ma­ni­fes­ta­tions de la ma­la­die de Lyme est une rou­geur de la peau large de plus de 5 cm qui s’étend ra­pi­de­ment. Fièvre, fa­tigue, maux de tête, dou­leurs mus­cu­laires et ar­ti­cu­laires in­ha­bi­tuelles, ou des lé­sions cu­ta­nées mul­tiples sont aus­si des symp­tômes qui peuvent ap­pa­raître au cours du mois sui­vant la pi­qûre.

Si la ma­la­die n’est pas soi­gnée, des com­pli­ca­tions af­fec­tant le coeur, le sys­tème ner­veux ou les ar­ti­cu­la­tions peuvent sur­ve­nir au cours des mois sui­vants et, après des an­nées, en­traî­ner des pro­blèmes per­sis­tants comme l’ar­thrite. Une per­sonne at­teinte de la ma­la­die de Lyme peut être trai­tée avec un an­ti­bio­tique.

Pour en sa­voir plus au su­jet de la ma­la­die de Lyme, il est pos­sible de consul­ter le site de l’Agence à l’adresse www.sante mon­te­re­gie.qc.ca/agence/san­te­pu­blique/ di­rec­tion­de­san­te­pu­blique/ma­la­diede lyme.html. Pour des ques­tions, il faut joindre le ser­vice Info-San­té 8-1-1.

PHOTOTHÈQUE

Les tiques s’at­taquent aux hu­mains et celles qui sont in­fec­tées par la bac­té­rie Bor­re­lia burg­dor­fe­ri pour­raient trans­mettre la ma­la­die de Lyme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.