Vague de cha­leur en Mon­té­ré­gie

La po­pu­la­tion doit de­meu­rer vi­gi­lante

L'Etoile - - ACTUALITÉ - (Y.M.)

Les trois règles d’or

Les symp­tômes à sur­veiller

La di­rec­trice de la san­té pu­blique de la Mon­té­ré­gie, Dre Jo­ce­lyne Sau­vé, in­vite la po­pu­la­tion à être vi­gi­lante au cours des jours à ve­nir.

En pé­riode de cha­leur, il est im­por­tant de ne pas ou­blier les per­sonnes vul­né­rables qui vivent seules parce que ce sont celles qui sont le plus à risque de dé­ve­lop­per des pro­blèmes de san­té. Il faut s’as­su­rer que nos pa­rents, nos amis ou nos voi­sins plus âgés aient ce qu’il faut pour faire face aux vagues de cha­leur. Il ne faut pas hé­si­ter à té­lé­pho­ner ou à frap­per à leur porte pour leur of­frir un coup de main », ex­pli­quet-elle, alors que les tem­pé­ra­tures dé­passent les 40 de­grés en ce mi­lieu de juillet.

«

Les au­to­ri­tés rap­pellent trois règles d’or à res­pec­ter par temps de ca­ni­cule. Il faut res­ter au frais, prendre une douche ou un bain frais aus­si sou­vent que né­ces­saire, ou se ra­fraî­chir avec une ser­viette hu­mide. L’on doit éga­le­ment boire ré­gu­liè­re­ment, sans at­tendre d’avoir soif, sauf en cas de contrein­di­ca­tions mé­di­cales. En­fin, il faut ré­duire les ef­forts phy­siques.

Les pro­blèmes de san­té les plus cou­rants liés à la cha­leur sont : la déshy­dra­ta­tion ou une sen­sa­tion de soif in­tense, les ma­laises tels que l’agi­ta­tion anor­male, l’ir­ri­ta­bi­li­té ou l’apa­thie, les étour­dis­se­ments, la fa­tigue, les maux de tête, les crampes, les dif­fi­cul­tés à res­pi­rer, les coups de cha­leur, la perte de conscience et les dou­leurs à la poi­trine.

En pré­sence de ces symp­tômes, il est re­com­man­dé de com­mu­ni­quer avec In­foSan­té 8-1-1 ou avec un mé­de­cin. En cas d’ur­gence, on peut ap­pe­ler le 9-1-1.

Gar­dez aus­si un oeil sur les tout-pe­tits

Les en­fants de quatre ans et moins sont éga­le­ment à sur­veiller de près, car ils ne peuvent prendre seuls les pré­cau­tions élé­men­taires pour se pro­té­ger de la cha­leur. Rap­pe­lons aus­si qu’on ne doit ja­mais lais­ser un en­fant seul dans une voi­ture ou dans une pièce mal ven­ti­lée, même quelques ins­tants.

Les per­sonnes at­teintes de ma­la­dies chro­niques comme le dia­bète ou les ma­la­dies car­dio­vas­cu­laires, res­pi­ra­toires, ré­nales, neu­ro­lo­giques ou de san­té men­tale doivent aus­si faire l’ob­jet d’une at­ten­tion par­ti­cu­lière. Lors d’une ca­ni­cule, la prise de cer­tains mé­di­ca­ments peut aug­men­ter leur vul­né­ra­bi­li­té aux ef­fets de la cha­leur et, du coup, ag­gra­ver leur état de san­té.

Pour de plus amples ren­sei­gne­ments sur la cha­leur, on peut consul­ter le site www.san­te­mon­te­re­gie.qc.ca/san­te­pu­blique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.