Après 23 ans, Réal Bra­zeau quitte la vie politique

Mai­rie de Ri­gaud

L'Etoile - - ACTUALITÉ - CH­RIS­TO­PHER C. JACQUES

Le 4 no­vembre pro­chain, au len­de­main des élec­tions mu­ni­ci­pales, Réal Bra­zeau ces­se­ra d’oc­cu­per une charge pu­blique après 23 ans pas­sés au sein du conseil mu­ni­ci­pal de Ri­gaud.

L’ac­tuel maire de Ri­gaud avait été élu au prin­temps 1990 à titre de conseiller mu­ni­ci­pal rem­pla­çant, avant de de­ve­nir maire en 1999. Pen­dant ces 14 an­nées à titre de pre­mier ci­toyen de la Mu­ni­ci­pa­li­té, Réal Bra­zeau a tra­vaillé au sein de la Confé­rence ré­gio­nale des élus (CRÉ) de la Val­lée-du-Haut-SaintLaurent, comme pré­fet de la MRC de Vau­dreuil-Sou­langes ain­si que sur le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du Centre lo­cal de dé­ve­lop­pe­ment (CLD) Vau­dreuilSou­langes.

Il a pro­fi­té de la der­nière pa­ru­tion du bul­le­tin d’ac­tua­li­tés ri­gau­diennes La Pause mu­ni­ci­pale pour an­non­cer sa dé­ci­sion à ses conci­toyens. « Ce n’a pas été une dé­ci­sion fa­cile à prendre. J’y pen­sais dans le cadre de l’élec­tion de 2009, et je m’étais fait à l’idée que c’était mon der­nier man­dat », ex­plique le maire Bra­zeau.

« Les 23 der­nières an­nées ont été très pre­nantes. J’ai tra­vaillé avec de mul­tiples or­ga­nismes comme le CLD, la MRC et la CRÉ en plus de m’oc­cu­per des af­faires cou­rantes de la Mu­ni­ci­pa­li­té de Ri­gaud. Il est temps pour moi de pas­ser à autre chose. »

Réal Bra­zeau ne cache pas que les der­nières an­nées ont été par­ti­cu­liè­re­ment exi­geantes étant don­né le cli­mat de sus­pi­cion qui règne dans le sillon de la com­mis­sion Char­bon­neau et des ré­vé­la­tions qui sont faites dans les grandes villes. « Les gens sont frus­trés de la vie politique, et je les com­prends, dé­clare le maire. Ce qui se passe ailleurs se ré­per­cute ici et le cli­mat de­vient mal­sain, il n’y a plus de confiance entre les élus et la po­pu­la­tion. »

Plus près de Ri­gaud, Réal Bra­zeau af­firme que le dos­sier de l’hô­tel de ville a été très dif­fi­cile. « Le pro­jet a été re­je­té par un re­gistre qui com­pre­nait 1200 noms, mais rien n’est ré­glé avec ce dos­sier. L’édi­fice où siège la mai­rie n’est pas con­forme, et nous de­vons trou­ver une so­lu­tion. Les ci­toyens s’in­quiètent dès que la Mu­ni­ci­pa­li­té pro­jette de dé­pen­ser, mais cer­taines dé­penses sont in­con­tour­nables », pré­cise-t-il.

La suite des choses

Réal Bra­zeau confirme qu’une course à la mai­rie se pro­file. Rap­pe­lons que Claire Be­lisle a an­non­cé son dé­sir de prendre le col­lier. Pour sa part, le maire ac­tuel sou­ligne que le conseiller Pierre Bras­seur a sou­mis sa can­di­da­ture à la mai­rie. En marge de cette course, Réal Bra­zeau pré­fère jouer le rôle de spec­ta­teur. « Je compte lais­ser la course se dé­rou­ler sans prendre po­si­tion. Cer­tains membres de mon équipe vont sol­li­ci­ter de nou­veaux man­dats alors que d’autres sou­haitent quit­ter la vie politique. Je vais leur lais­ser le soin d’an­non­cer leur dé­ci­sion. »

Au len­de­main de l’élec­tion, l’élu es­père bien re­prendre le temps per­du en fa­mille. « Peu de gens le savent, mais je suis un col­lec­tion­neur. J’ai plein d’ob­jets qui ont be­soin d’être clas­sés », lance-t-il à la blague. Il compte tou­te­fois de­meu­rer un témoin ac­tif du dé­ve­lop­pe­ment de la Mu­ni­ci­pa­li­té. « J’ai­me­rais voir l’ar­ri­vée d’un éco­centre à Ri­gaud, la fi­na­li­sa­tion du sché­ma de cou­ver­ture de risque et la conclu­sion du pro­jet de la construc­tion d’une école de pom­piers. Il ne faut pas ou­blier non plus le trans­fert de l’hô­tel de ville. »

Et de conclure : « Je pars avec le sen­ti­ment du de­voir ac­com­pli. C’est beau­coup de pres­sion qui se li­bère tout d’un coup. Les fi­nances sont saines et je sou­haite bonne chance aux per­sonnes qui pren­dront la re­lève. »

PHO­TO MRC DE VAU­DREUIL-SOU­LANGES

Réal Bra­zeau au­ra été pen­dant 14 ans maire de Ri­gaud.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.