Du « 109 » à Très-Saint-Ré­demp­teur

Cam­pagne élec­to­rale

L'Etoile - - ACTUALITÉ - JES­SI­CA LEBLANC

Se­lon le conseiller sor­tant, Guy Guénette, une tren­taine d’af­fiches ont été ins­tal­lées un peu par­tout dans la ville afin d’at­ti­rer l’at­ten­tion des élec­teurs. « Un groupe de nou­veaux can­di­dats a or­ga­ni­sé cette cam­pagne pour an­non­cer un vent de chan­ge­ment au conseil de Très-Saint-Ré­demp­teur », ex­plique-t-il.

M. Guénette, en­ga­gé au sein de l’or­ga­ni­sa­tion mu­ni­ci­pale de­puis de nom­breuses an­nées, ne se re­pré­sente pas aux pro­chaines élec­tions puis­qu’il croit qu’il est temps de lais­ser la place aux nou­veaux can­di­dats. « Quand j’ai vu cet en­goue­ment pour la po­li­tique mu­ni­ci­pale et ces nou­veaux can­di­dats avec de bonnes va­leurs, je me suis re­ti­ré pour cé­der ma place », ex­plique-t-il.

Les can­di­dats de la cam­pagne du « 109 » sont Lise Charest, Ber­nard Bon­neau, Re­né-Phi­lippe Hé­bert et Willy Mou­zon. Les quatre can­di­dats in­dé­pen­dants ont dé­ci­dé de faire front com­mun pour unir leurs forces et ap­por­ter du chan­ge­ment po­li­tique dans leur Mu­ni­ci­pa­li­té. Comme l’ex­plique le can­di­dat au siège 6, Willy Mou­zon, il n’y a pra­ti­que­ment pas eu d’op­po­si­tion aux der­nières élec­tions mu­ni­ci­pales. « Le conseil en place est dans une zone de confort de­puis plu­sieurs an­nées, ce qui fait que les af­faires mu­ni­ci­pales ne bougent plus beau­coup », a-t-il sou­li­gné.

Les quatre nou­veaux can­di­dats s’in­ves­tissent comme bé­né­voles au sein de leur vil­lage dans le cadre de cer­taines ac­ti­vi­tés ou de cer­tains dos­siers qui pré­oc­cupent les ci­toyens. Par exemple, Re­né-Phi­lippe Hé­bert a pris en main la bi­blio­thèque mu­ni­ci­pale pour évi­ter sa fermeture. Tous les quatre sou­haitent donc per­sé­vé­rer, mais à titre de conseillers.

Main­te­nant qu’ils ont at­ti­ré l’at­ten­tion de cer­tains ci­toyens avec leurs af­fiches « 109 » à plu­sieurs en­droits stra­té­giques,

Plu­sieurs af­fiches in­di­quant le nombre 109 ont été ins­tal­lées en bor­dure de la route à Très-Saint-Ré­demp­teur dans le but de sus­ci­ter l’at­ten­tion des ci­toyens. Il s’agit en fait d’une stra­té­gie élec­to­rale de la part d’un groupe de nou­veaux can­di­dats qui dé­si­rent du « sang neuf » au conseil.

les can­di­dats s’af­fairent dé­sor­mais à dis­tri­buer, de porte en porte, un dé­pliant qui ex­plique la si­gni­fi­ca­tion du nombre et l’ob­jec­tif de leur cam­pagne. Ils es­pèrent que les élec­teurs pen­che­ront pour la nou­veau­té lors du scru­tin. « Vous avez vu les 20 der­nières an­nées, si vous vou­lez du chan­ge­ment, don­nez-nous une chance », lance Willy Mou­zon.

Les can­di­dats sor­tants

De leur cô­té, les can­di­dats sor­tants qui se pré­sentent à nou­veau cette an­née es­timent qu’ils sont les mieux pla­cés pour re­pré­sen­ter les ci­toyens, se­lon les dires du conseiller Ma­rio San­ti­ni. Lui qui oc­cupe le siège 4 de­puis vingt ans sou­tient qu’il est faux de pré­tendre que les dos­siers n’avancent pas en rai­son du manque d’op­po­si­tion. Se­lon lui, les nou­veaux can­di­dats ne sont sim­ple­ment pas conscients de la réa­li­té de Très-Saint-Ré­demp­teur. « Les nou­veaux can­di­dats n’ont pas l’ex­pé­rience pour com­prendre la réa­li­té de notre vil­lage, ils ar­rivent avec des pro­jets qu’ils veulent mettre en branle trop ra­pi­de­ment, et ce n’est pas réa­liste. » M. San­ti­ni croit que les nou­veaux can­di­dats veulent faire de Très-SaintRé­demp­teur une Ville sem­blable à celle de Ri­gaud, ce qui à son avis est im­pos­sible. « Ils veulent qu’on pos­sède les mêmes ser­vices que les Villes avoi­si­nantes, mais la réa­li­té de notre vil­lage n’est pas celle-ci. Nous n’avons pas les moyens de réa­li­ser ces pro­jets main­te­nant avec une po­pu­la­tion de 850 per­sonnes. »

Ma­rio San­ti­ni et les quatre can­di­dats sor­tants misent plu­tôt sur les deux mêmes ob­jec­tifs pour l’an­née à ve­nir : évi­ter une aug­men­ta­tion des taxes mu­ni­ci­pales et pour­suivre à un rythme réa­liste le dé­ve­lop­pe­ment de la Mu­ni­ci­pa­li­té.

Les élec­teurs de­vront donc choi­sir entre les conseillers sor­tants et les nou­veaux can­di­dats lors du scru­tin du 3 no­vembre. De son cô­té, le maire sor­tant, Jean La­londe, a été ré­élu sans op­po­si­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.