Une vic­toire et une nou­velle équipe pour La­fre­nière

Boxe pro­fes­sion­nelle

L'Etoile - - SPORTS - (C.C.J.)

Le Co­teau­la­cois est ha­bi­tué aux dé­ci­sions ser­rées à ses dé­pens et au sentiment de s’être fait vo­ler une vic­toire qui sem­blait ac­quise. Lors­qu’il est mon­té dans le ring face à Éric Roy (6-5-0), cham­pion ca­na­dien des poids su­per­moyens (168 livres), Fran­cis La­fre­nière (160 livres) vou­lait s’as­su­rer de contrô­ler le ver­dict. « Je vou­lais dé­mon­trer que j’ai ma place sur le cir­cuit. J’ai vé­cu beau­coup de frus­tra­tions dans mes der­niers com­bats », ex­plique le boxeur pro­fes­sion­nel.

La­fre­nière n’a lais­sé au­cune chance à son ad­ver­saire. Bien que pru­dent et dé­fen­sif en dé­but d’af­fron­te­ment, il a ra­pi­de­ment mis à pro­fit sa force de frappe en en­voyant de puis­sants cro­chets au corps de Roy. Ce der­nier a sem­blé sur­pris de la force de ce­lui qui se bat nor­ma­le­ment à un poids plus bas que le sien.

Per­sonne ne pour­ra dire à Fran­cis La­fre­nière (4-5-2) qu’il a vo­lé la vic­toire ven­dre­di der­nier. C’est au terme d’une do­mi­na­tion in­con­tes­table que l’of­fi­ciel a dé­cré­té que c’en était as­sez pour l’ad­ver­saire du boxeur. Cette pres­ta­tion pour­rait être le pré­lude d’un nou­veau cha­pitre pour le pu­gi­liste.

Dé­pas­sé par la hargne et un bar­rage de coups en puis­sance, Roy a dû ac­cro­cher La­fre­nière, qui a amor­cé le deuxième round avec puis­sance, son cro­chet de la droite fai­sant ré­gu­liè­re­ment mouche dans les côtes et l’es­to­mac de l’ad­ver­saire. En fin de round, le boxeur du Nou­veau-Bruns­wick, aga­cé de su­bir les foudres du Co­teau­la­cois, a ten­té le tout pour le tout en lui as­sé­nant des coups en puis­sance déses­pé­rés, ai­sé­ment évi­tés ou blo­qués par La­fre­nière. Les spec­ta­teurs, dont de nom­breux par­ti­sans du boxeur de la ré­gion, ont bien vu que la fin était proche dans les der­nières se­condes de l’en­ga­ge­ment : Roy ne ré­pon­dait plus aux at­taques ré­pé­tées de son ad­ver­saire. Il a tout de même pro­fi­té d’un sur­sis alors que la cloche an­non­çait la fin du round.

La­fre­nière a conclu son tra­vail de dé­mo­li­tion au troi­sième round, do­mi­nant son ad­ver­saire, qui avait du mal à se dé­fendre. L’of­fi­ciel a alors mis fin au com­bat.

Portes grandes ou­vertes

Si au­cun titre n’était en jeu ven­dre­di, La­fre­nière est confiant de pro­fi­ter de sa per­for­mance. « J’ai dis­po­sé avec une cer­taine fa­ci­li­té d’un cham­pion, et ça a at­ti­ré l’at­ten­tion. De­puis ma vic­toire, les offres ne cessent d’en­trer! » s’en­thou­siasme le boxeur.

Rap­pe­lons qu’il est re­pré­sen­té par les frères Otis et Ho­ward Grant, qui l’en­traînent de­puis de nom­breuses an­nées, ce qui se­lon lui l’ai­de­ra à pré­pa­rer ses pro­chains com­bats.

« Nous avons eu une offre pour un com­bat en sous-carte d’Ado­nis Ste­ven­son le 30 no­vembre pro­chain au co­li­sée Pep­si de Qué­bec. Nous né­go­cions pré­sen­te­ment quelques points », ex­plique La­fre­nière, pro­prié­taire d’un club de boxe au 655, route 201 à Saint-Clet.

PHOTO VINCENT ÉTHIER/THE MAIN FIGHT

Fran­cis La­fre­nière a pris les com­mandes du com­bat

l’op­po­sant à Éric Roy.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.