Le dé­bat sur la « Charte » s’amorce of­fi­ciel­le­ment

Un Vau­dreuillois se pro­nonce en fa­veur

L'Etoile - - ACTUALITÉ - JES­SI­CA LEBLANC

À l’ins­tar des ci­toyens et des groupes qui dé­si­rent émettre leur opi­nion aux au­diences pu­bliques sur le pro­jet de loi 60 qui ont dé­bu­té mar­di, un ré­sident de Vau­dreuil-Do­rion a dé­po­sé un mé­moire en fa­veur de la « Charte ».

Après avoir sus­ci­té la contro­verse dans l’en­semble de la pro­vince de­puis que les ru­meurs à son su­jet cir­culent, la Charte af­fir­mant les va­leurs de laï­ci­té et de neu­tra­li­té re­li­gieuse de l’État ain­si que d’éga­li­té entre les femmes et les hommes et en­ca­drant les de­mandes d’ac­com­mo­de­ments fait main­te­nant l’ob­jet d’au­diences pu­bliques à l’As­sem­blée na­tio­nale.

Plus de 200 per­sonnes et groupes ont dé­po­sé un mé­moire, et quelque 270 autres sou­haitent se pro­non­cer lors de ces au­diences te­nues par la Com­mis­sion des ins­ti­tu­tions. Cha­cun de­vra être en­ten­du.

Par­mi ces per­sonnes qui ont émis le dé­sir de par­ti­ci­per au dé­bat, un ré­sident de Vau­dreuil-Do­rion, Rodrigue Trem­blay, a ré­di­gé un mé­moire de neuf pages dé­po­sé en no­vembre. An­cien mi­nistre de l’In­dus­trie et du Com­merce sous Re­né Lévesque et main­te­nant pro­fes­seur émé­rite de l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal, Rodrigue Trem­blay sou­ligne dans ces écrits l’im­por­tance de pré­ser­ver les va­leurs qué­bé­coises et d’in­ter­dire les signes re­li­gieux os­ten­ta­toires aux em­ployés de l’État.

« La laï­ci­té dans une so­cié­té ouverte et dé­mo­cra­tique est le droit fon­da­men­tal de res­pect en­vers au­trui quel que soit son sexe, sa race ou sa cou­leur. Ce­ci si­gni­fie re­je­ter la mi­so­gy­nie ins­ti­tu­tion­na­li­sée, la po­ly­ga­mie et les sys­tèmes de sé­gré­ga­tion des femmes sous le cou­vert de la re­li­gion afin que le droit fon­da­men­tal de l’éga­li­té hommes-femmes ne soit pas un droit théo­rique, mais fasse par­tie de la réa­li­té quo­ti­dienne », peut-on lire dans son mé­moire.

Bien qu’il au­rait ai­mé dé­fendre son point de vue dans le cadre des au­diences, M. Trem­blay ne pour­ra s’y pré­sen­ter. « Mal­heu­reu­se­ment, il me se­ra im­pos­sible de me pré­sen­ter lors des au­diences. Je sui­vrai tou­te­fois le dé­bat avec at­ten­tion. Il s’agit d’un bon exer­cice dé­mo­cra­tique, et je dis à ma­dame Ma­rois qu’elle a du cou­rage de faire ce genre de dé­bat! »

Si pour cer­tains la Charte va à l’en­contre des droits et li­ber­tés, pour l’an­cien po­li­ti­cien qui a ré­si­dé à Vau­dreuil du­rant plus de 40 ans, « la li­ber­té des uns s’ar­rête là où la li­ber­té des autres com­mence ». « Le droit de l’éga­li­té des hommes et des femmes est en­core plus fon­da­men­tal que les re­li­gions, qui sont en fait des opinions. […] J’en conclus que le Gou­ver­ne­ment du Qué­bec a le droit lé­gi­time et dé­mo­cra­tique de pro­cla­mer le prin­cipe de neu­tra­li­té de l’État et de dé­cré­ter que l’af­fi­chage de sym­boles os­ten­ta­toires par ses em­ployés est contraire à ce prin­cipe et qu’un tel af­fi­chage os­ten­ta­toire n’est pas per­mis, que ce soit pour des rai­sons po­li­tiques, cultu­relles ou re­li­gieuses. Ce­ci est en­core plus évident quand il s’agit de sym­boles ou de vê­te­ments qui font os­ten­si­ble­ment la pro­mo­tion de l’as­ser­vis­se­ment des femmes aux hommes, ce qui va, de plus, à l’en­contre du prin­cipe so­len­nel de l’éga­li­té entre les hommes et les femmes tel que pro­cla­mé dans le Pré­am­bule de la Charte qué­bé­coise, comme un des fon­de­ments de la jus­tice, de la li­ber­té et de la paix. »

En­fin, Rodrigue Trem­blay com­pare le dé­bat de la Charte à ce­lui sur le pro­jet de loi 101 dans les an­nées 70. Se­lon lui, la ques­tion sus­cite de vives émo­tions. Tou­te­fois, comme ce fut le cas lors de l’adop­tion de la Charte de la langue fran­çaise, il croit que la ten­sion s’es­tom­pe­ra.

« Par­fois, il faut dé­fendre les va­leurs avec des dé­bats fon­da­men­taux, et ce, pour le fu­tur de la so­cié­té. On pré­pare ac­tuel­le­ment l’ave­nir des 50 pro­chaines an­nées. Les droits doivent être en­ca­drés, et le droit d’ex­pres­sion ne per­met pas de bri­mer ce­lui des autres », conclut-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.