Une cave à vin chez soi

L'Etoile - - NOUVELLES - Source : CAA-Qué­bec Ha­bi­ta­tion

Quand le vin est ti­ré, il faut le boire », dit le proverbe. Mais en­core faut-il qu’il soit bon! Si votre amour du pré­cieux nec­tar s’est dé­ve­lop­pé à un point tel que vous avez dé­ci­dé de conser­ver chez vous quelques bonnes bou­teilles que vous pour­rez boire quand l’heure se­ra ve­nue, il convient de gar­der celles-ci dans les meilleures condi­tions pos­sibles. En ef­fet, le res­pect de cer­taines règles est re­quis pour avoir une bonne cave à vin sous son propre toit.

La cave se­ra amé­na­gée dans un pla­card iso­lé, dans une par­tie re­ti­rée d’une pièce ou dans un es­pace libre au sous-sol. Peu im­porte l’em­pla­ce­ment que vous au­rez choi­si, la pièce ré­ser­vée au vin doit être par­fai­te­ment étanche.

Règle nu­mé­ro un : le contrôle de la tem­pé­ra­ture s’im­pose comme le fac­teur

« le plus im­por­tant dans la conser­va­tion du vin. Idéa­le­ment, elle se si­tue entre 12 et 14 °C. Au-des­sus de 18 °C, le vin risque de vieillir trop vite. À cet égard, évi­tez d’ins­tal­ler votre cave près des ra­dia­teurs et des plinthes élec­triques ou de toute autre source de cha­leur.

Deuxième point im­por­tant : pré­fé­rant l’obs­cu­ri­té à la lu­mière, le vin vieillit mieux à l’abri de tout éclai­rage. Choi­sis­sez donc une am­poule de faible in­ten­si­té. Des murs de cou­leur fon­cée aident à ta­mi­ser la lu­mière. Étant plu­tôt du type oiseau de nuit, votre vin ne s’en por­te­ra que mieux… Vous ré­col­te­rez le fruit de ces bons soins lors de vos fu­tures dé­gus­ta­tions!

At­ten­tion au bou­chon

Autre élé­ment es­sen­tiel : le contrôle de l’hu­mi­di­té. La barre des 70 % étant l’idéal, un écart entre 60 et 80 % est ac­cep­table. Il faut sa­voir qu’une trop grande hu­mi­di­té peut oc­ca­sion­ner de la moi­sis­sure au bou­chon, alors qu’une hu­mi­di­té trop basse l’as­sèche. Si vous vous êtes tou­jours de­man­dé pour quelle rai­son on pri­vi­lé­gie la po­si­tion cou­chée pour la bou­teille, voi­ci la ré­ponse : cette po­si­tion per­met au bou­chon de gar­der son hu­mi­di­té au contact du vin et em­pêche l’oxy­gène d’en­trer et le vin de s’éva­po­rer.

Si vous vou­lez aug­men­ter le taux d’hu­mi­di­té, rien de tel que de pla­cer un seau d’eau dans la pièce. Par contre, si le taux d’hu­mi­di­té est trop éle­vé, il faut trou­ver l’ori­gine de l’ex­cès d’hu­mi­di­té et y re­mé­dier avant d’uti­li­ser un déshu­mi­di­fi­ca­teur.

Pour chas­ser l’hu­mi­di­té, vous pou­vez aus­si aug­men­ter la ven­ti­la­tion dans la pièce. Une aé­ra­tion adé­quate per­met d’évi­ter le goût de ren­fer­mé.

De plus, comme le vin « res­pire », les odeurs pé­nètrent par le bou­chon. À cette fin, abs­te­nez-vous d’en­tre­po­ser fruits et lé­gumes au même en­droit ou, pire, tout pro­duit dé­ga­geant une forte odeur (ma­zout, pein­ture…). Sou­ve­nez­vous que le vin a bien meilleur goût loin des odeurs fortes ou pro­non­cées. Le vin a le nez fin.

Ama­teur d’am­biances feu­trées, votre vin a be­soin de re­prendre ses sens dans un lieu exempt de toute vi­bra­tion. À ban­nir, donc, tout en­tre­po­sage près de la ma­chine à la­ver. De la même ma­nière, évi­tez de dé­pla­cer ou de trop ma­ni­pu­ler vos bou­teilles. Le vin n’en au­ra que meilleur goût.

En­fin, une bonne ges­tion de sa cave à vin est tout aus­si im­por­tante que l’en­tre­po­sage. Pour ce faire, soyez bon som­me­lier et gar­dez un livre de cave où vous ins­cri­rez l’em­pla­ce­ment de cha­cune des bou­teilles, le lieu d’ac­qui­si­tion, le prix et la date pré­vue de son apo­gée, no­tam­ment. Avi­sez votre com­pa­gnie d’as­su­rances et gar­dez une co­pie de votre livre de cave ailleurs qu’à la mai­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.