« Un raz-de-marée »

L'Etoile - - LA UNE - CH­RIS­TO­PHER C. JACQUES En col­la­bo­ra­tion avec Va­nes­sa Soulières

Plu­sieurs croyaient aux chances du Par­ti qué­bé­cois (PQ) de faire une per­cée dans Sou­langes après 11 ans de dé­pu­ta­tion li­bé­rale. Ma­rie-Louise Séguin n’au­ra pas re­le­vé le dé­fi.

Les ré­sul­tats ne sont pas faits at­tendre, tout comme le constat de la dé­faite de la can­di­date de Saint-Té­lés­phore. L’émo­tion et la per­plexi­té étaient pal­pables au ras­sem­ble­ment du PQ te­nu l’hô­tel Vic­to­ria, aux Co­teaux. Et pour cause : des ré­seaux d’in­for­ma­tions ont an­non­cé la vic­toire le Lu­cie Char­le­bois à peine 20 mi­nutes après le dé­but du dé­pouille­ment des votes.

Des ci­toyens et par­ti­sans de Ma­rie-Louise Séguin n’ont pas ca­ché leur dé­cep­tion à l’égard non seule­ment de la dé­faite de leur can­di­date, mais aus­si de l’élec­tion d’un gou­ver­ne­ment ma­jo­ri­taire. « Les ap­pa­rences de cor­rup­tion n’ont vi­si­ble­ment pas beau­coup dé­ran­gé cer­tains élec­teurs », a com­men­té Ri­chard Des­champs. Pour sa part, Re­né St-Onge, an­cien maire de SaintLa­zare, sem­blait in­cré­dule : « Je connais per­son­nel­le­ment Ma­rie-Louise Séguin et je suis d’avis que c’est la dé­pu­tée dont

Sou­langes avait be­soin. »

Au­cun re­gret

Se­reine, la can­di­date pé­quiste a li­vré un dis­cours em­pli d’émo­tion et souvent en­tre­cou­pé de cha­leu­reux ap­plau­dis­se­ments. « Les Qué­bé­cois et les Sou­lan­geois ont par­lé et ils ont don­né leur confiance au Par­ti li­bé­ral du Qué­bec. Je tiens à fé­li­ci­ter Lu­cie Char­le­bois », a-t-elle dé­cla­ré d’en­trée de jeu.

Comme de nom­breux Qué­bé­cois, la can­di­date a ten­té d’expliquer l’inattendue tour­nure des évé­ne­ments. « Le raz-de-marée a noyé son mes­sage. On l’a vu par­tout au Qué­bec et il n’y a rien que nous pou­vions faire lo­ca­le­ment », a-t-elle in­di­qué.

Se­lon elle, tout a été fait afin de per­mettre son élec­tion. « Je n’ai au­cun re­gret, a-t-elle pour­sui­vi. J’ai fait l’im­pos­sible et j’ac­cepte le ré­sul­tat avec le sen­ti­ment du de­voir ac­com­pli. Nous sommes peut-être bat­tus, mais nous ne sommes pas abat­tus. »

An­drée Bes­sette sa­tis­faite

Can­di­date de Qué­bec so­li­daire de la cir­cons­crip­tion de Sou­langes, An­drée Bes­sette s’est dite sa­tis­faite de sa cam­pagne élec­to­rale, mal­gré la dé­faite. « Je ne m’at­ten­dais pas à ga­gner, mais on a sû­re­ment fait mieux qu’à la der­nière élec­tion, a-t-elle af­fir­mé. J’ai consa­cré beau­coup de temps au­près de mon père, à cause de sa ma­la­die, et j’au­rais ai­mé en avoir da­van­tage pour faire meilleure cam­pagne. »

An­drée Bes­sette croit que le re­jet de la can­di­da­ture du ca­quiste Ma­rio Ga­gnier a contri­bué à un plus grand en­goue­ment pour Qué­bec so­li­daire dans la cir­cons­crip­tion. « Cer­tains élec­teurs m’ont même as­su­ré qu’ils vo­te­raient pour nous vu l’ab­sence d’un can­di­dat ca­quiste et aus­si car ils pré­fèrent don­ner leur vote à un par­ti qui prône le chan­ge­ment », a-t-elle ex­pli­qué.

La can­di­date so­li­daire es­père que la dé­pu­tée Lu­cie Char­le­bois sau­ra agir de ma­nière in­tel­li­gente.

PHO­TO DA­NIEL CUILLERIER

Ma­rie-Louise Séguin s’est dite se­reine dans la dé­faite, qu’elle ex­plique par un « raz-de-marée » li­bé­ral.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.