Des pneus dé­gon­flés coû­teux

Une éco­no­mie po­ten­tielle de carburant sous la voi­ture

L'Etoile - - IMMO INFO - (R.C.)

VLe beau temps est fi­na­le­ment ar­ri­vé, et des mil­liers de Qué­bé­cois s’ap­prêtent à prendre la route la fin de se­maine pro­chaine pour la Jour­née na­tio­nale des pa­triotes.

oi­là donc une bonne oc­ca­sion pour les conduc­teurs de se rap­pe­ler l’im­por­tance de vé­ri­fier men­suel­le­ment la pres­sion des pneus.

Un nou­veau son­dage Lé­ger pour le compte des fa­bri­cants de pneu­ma­tiques a ré­vé­lé des la­cunes fla­grantes dans les connaissances en ma­tière de gon­flage des pneus, mal­gré un très haut ni­veau de sen­si­bi­li­sa­tion des au­to­mo­bi­listes à l’im­por­tance du gon­flage adé­quat des pneus (91 %). En ef­fet, le son­dage a mon­tré que seule­ment 25 % des conduc­teurs qué­bé­cois vé­ri­fient la pres­sion de leurs pneus chaque mois, une pra­tique pour­tant es­sen­tielle à la sé­cu­ri­té rou­tière, à l’éco­no­mie de carburant et à la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment.

Points saillants du son­dage

- 75 % des conduc­teurs qué­bé­cois ne vé­ri­fient pas la pres­sion men­suel­le­ment; par­mi eux, 31 % croient qu’il suf­fit de vé­ri­fier la pres­sion d’air quand il de­vient ap­pa­rent qu’elle est basse.

- 45 % des au­to­mo­bi­listes qué­bé­cois ne savent pas où trou­ver la bonne pres­sion de gon­flage pour leur vé­hi­cule.

- 61 % ignorent que la pres­sion doit être me­su­rée lorsque les pneus sont froids.

- 25 %, soit le quart, gonflent à tort leurs pneus à la pres­sion in­di­quée sur le flanc du pneu. (La pres­sion d’air fi­gu­rant sur le flanc fait ré­fé­rence à la pres­sion de gon­flage maxi­male du pneu sous une charge maxi­male. La conduite pro­lon­gée à cette pres­sion peut pro­vo­quer une usure in­égale et di­mi­nuer l’adhé­rence, par­ti­cu­liè­re­ment sur les chaus­sées mouillées.)

Pour­quoi est-il si im­por­tant de gon­fler adé­qua­te­ment les pneus? On es­time que, pour l’en­semble du Canada en 2014, les conduc­teurs vont gas­piller en­vi­ron 500 mil­lions de litres de carburant à cause des pneus sous-gon­flés. C’est une quan­ti­té suf­fi­sante pour faire fonc­tion­ner 275 000 vé­hi­cules pen­dant une an­née com­plète. Cette consom­ma­tion sup­plé­men­taire de carburant va leur coû­ter en­vi­ron 675 M$ et émettre 1,2 mil­lion de tonnes sup­plé­men­taires de gaz car­bo­nique dans l’at­mo­sphère.

PHO­TO­THÈQUE

Il est es­sen­tiel de gon­fler adé­qua­te­ment et à la bonne pres­sion les pneus de la voi­ture.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.