L’ef­fet En­chan­teurs

L'Etoile - - ACTUALITÉ - VA­NES­SA SOULIÈRES

Le nou­veau spec­tacle de l’En­semble vo­cal Les En­chan­teurs, L’ef­fet papillon a at­ti­ré sa­me­di der­nier une foule de près de 600 per­sonnes.

IUn spec­tacle sur­pre­nant

l s’agis­sait de la toute pre­mière édi­tion pré­sen­tée à l’aré­na de Vau­dreuil-Do­rion, un beau dé­fi que l’équipe de l’En­semble vo­cal a ai­sé­ment re­le­vé. Cette an­née, les or­ga­ni­sa­teurs s’étaient don­né comme ob­jec­tif de faire un spec­tacle gran­diose d’où le nom « l’ef­fet papillon ».

Pour le di­rec­teur mu­si­cal et ar­tis­tique, Syl­vain Cooke « les En­chan­teurs ont pro­vo­qué cette an­née leur propre ef­fet papillon, car le choix d’un nou­veau lieu de spec­tacle au­ra de mul­tiples consé­quences sur le spec­tacle lui-même ».

Les jeux de lu­mière étaient par­ti­cu­liè­re­ment bien réus­sis dans l’édi­tion 2014. Entre cer­taines chan­sons, la scène était plon­gée dans le noir. Pen­dant ce temps, des jeunes mas­qués ar­ri­vaient par l’ar­riè­res­cène avec des décors illu­mi­nés, sur­pre­nant les spec­ta­teurs. Aus­si, du­rant l’une des pièces de la pre­mière par­tie du spec­tacle, les cho­ristes ba­lan­çaient des bri­quets sur un doux rythme pour illu­mi­ner l’aré­na. À ce mo­ment, les bri­quets étaient la seule source de lu­mière de l’aré­na, c’était très beau à voir.

Ceux qui ont dé­jà as­sis­té au spec­tacle des En­chan­teurs savent que ce n’est pas qu’une simple cho­rale. L’équipe de l’En­semble vo­cal sait comment di­ver­tir un pu­blic au moyen de pro­jec­tions, de cho­ré­gra­phies et d’har­mo­nies.

En plus d’un visuel éblouis­sant et d’un choix mu­si­cal in­at­ten­du, les cho­ristes ont su faire rire leur pu­blic en in­ter­pré­tant cer­taines chan­sons comme Le pou­ding à l’ar­se­nic des Co­locs et quelques re­frains pu­bli­ci­taires comme Ba­by­bel, Le Clan Pan­ne­ton et La pa­ri­sienne. D’ailleurs, pen­dant que l’En­semble vo­cal in­ter­pré­tait la chan­son de La pa­ri­sienne, deux des cho­ristes es­sayaient en vain de plier un drap contour au grand plai­sir du pu­blic.

Après avoir as­sis­té à un spec­tacle des En­chan­teurs, on com­prend d’où vient leur nom, puisque c’est un spec­tacle di­ver­tis­sant par son visuel, par son choix mu­si­cal, mais aus­si par son ani­ma­tion qui fait sou­rire. Les cho­ristes s’amusent sur scène, L’ef­fet papillon est un spec­tacle qui met de bonne hu­meur. On tombe ra­pi­de­ment sous le charme de l’En­semble vo­cal.

Un concert pour tous les goûts

Ceux qui pré­fèrent en­tendre des ins­tru­ments de mu­sique à des chants a ca­pel­la n’ont pas été dé­çus, car les cho­ristes étaient ac­com­pa­gnés de mu­si­ciens qui sa­vaient mettre de l’am­biance dans l’aré­na avec des so­los de gui­tare. Le spec­tacle avait un bon rythme mu­si­cal grâce à la belle pro­gram­ma­tion.

PHO­TO DA­NIEL CUILLERIER

Pour l’in­ter­pré­ta­tion de la chan­son Le pou­ding à l’ar­se­nic des Co­locs, les cho­ristes s’étaient dé­gui­sés en Égyp­tiens de la cé­lèbre bande des­si­née As­té­rix et Cléo­pâtre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.