Une étoile mon­tante

Pas­cal Roy tente sa chance aux Fran­co­Fo­lies

L'Etoile - - ACTUALITÉ - MA­RIE-MAXIME COU­SI­NEAU

Au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète, le Vau­dreuillois Pas­cal Roy a connu plu­sieurs suc­cès mu­si­caux cette an­née. Il est ac­tuel­le­ment en pro­ces­sus de sé­lec­tion pour le concours L’étoile mon­tante Ford et fe­ra par­tie, en juin, d’un choeur qui ac­com­pa­gne­ra Marc Du­pré et Ma­rie-Mai lors de leurs spec­tacles au Mon­dial Lo­to-Qué­bec de La­val.

Na­tif de Pe­tit-Ro­cher au Nou­veauB­runs­wick, Pas­cal Roy rêve de mon­ter sur la scène et de per­cer. Pas­sion­né de mu­sique de­puis tou­jours, il a com­men­cé à s’adon­ner à la chan­son plus sé­rieu­se­ment à 14 ans. Il a no­tam­ment été chan­teur prin­ci­pal et bas­siste dans dif­fé­rentes for­ma­tions, se pro­dui­sant dans les écoles, les fes­ti­vals et les aré­nas. Vers 16 ans, il se met à la gui­tare. Avec le temps, il com­mence à se pro­duire en so­lo ou en groupe dans les bars et les salles de spec­tacles. « Jus­qu’à mes études uni­ver­si­taires, je fai­sais ré­gu­liè­re­ment de la mu­sique avec mes amis. J’ai aus­si com­po­sé plu­sieurs chan­sons », confie l’Aca­dien, au­jourd’hui âgé de 39 ans.

À l’uni­ver­si­té, alors que plu­sieurs de ses amis optent pour des études en mu­sique, Pas­cal choi­sit une voie plus stable et pour­suit des études en gé­nie ci­vil à l’Uni­ver­si­té de Monc­ton.

À la re­cherche d’em­ploi, le NéoB­runs­wi­ckois dé­mé­nage dans la ré­gion de Mon­tréal en 1998. Il a tra­vaillé à titre d’ingénieur dans une en­tre­prise de Pin­court, puis de L’Île-Per­rot. En 2005, l’adepte de mu­sique s’éta­blit à Vau­dreuilDo­rion, où il de­meure en­core au­jourd’hui, et où il a fon­dé une fa­mille.

En­tre­temps, il a dû cou­per les ponts avec sa pas­sion, ne connais­sant au­cun mu­si­cien dans la ré­gion et tour­nant ain­si le dos à ses rêves. Mais son goût pour la mu­sique ne l’a ja­mais quit­té. Après avoir vé­cu une pé­riode dif­fi­cile dans sa vie pro­fes­sion­nelle l’an­née der­nière, Pas­cal Roy a em­poi­gné sa gui­tare et a fait un re­tour vers la mu­sique. « De­puis ce temps, je n’ar­rête pas de jouer. C’est un vé­ri­table re­tour aux sources. En re­trou­vant la mu­sique, je me suis re­trou­vé moi-même », dé­clare le Vau­dreuillois. Au­jourd’hui, il re­fuse de lais­ser al­ler ses rêves.

En­chaî­ner les concours

Pas­cal Roy a ef­fec­tué un re­tour vers la mu­sique en oc­tobre der­nier avec la ferme in­ten­tion de per­cer dans le do­maine. Le chan­son­nier s’est ins­crit à plu­sieurs concours et es­père pour­suivre sa car­rière dans les bars. « Il n’y a rien de com­pa­rable à l’adré­na­line que l’on res­sent lors­qu’on se fait ap­plau­dir sur une scène », ex­pli­quet-il avec en­thou­siasme.

Il a d’abord par­ti­ci­pé au Som­met de la chan­son à Kedg­wick au Nou­veauB­runs­wick, où il s’est qua­li­fié pour la fi­nale dans la ca­té­go­rie In­ter­prète 18 ans et plus, puis est en­tré en com­pé­ti­tion à Mont­joie en chan­sons dans la ca­té­go­rie au­teur­com­po­si­teur-in­ter­prète, un concours ou­vert aux Vau­dreuil-Sou­lan­geois et aux ré­si­dents des villes avoi­si­nantes, te­nu cet hi­ver. Il s’est clas­sé de­mi-fi­na­liste au concours TroisPis­toles-en-chan­son à Ri­vière-du-Loup, un évè­ne­ment re­nom­mé dans le monde de la mu­sique, puis a été fait fi­na­liste à La Voix du Web, une com­pé­ti­tion si­mi­laire à la cé­lèbre émission mu­si­cale au Qué­bec.

Ac­tuel­le­ment, il ché­rit le rêve de mon­ter sur la scène des Fran­co­Fo­lies avec le concours L’étoile mon­tante Ford, or­ga­ni­sé par le pres­ti­gieux fes­ti­val mu­si­cal qué­bé­cois. Après avoir été sé­lec­tion­né par­mi de nom­breux in­ter­prètes et au­teurs­com­po­si­teurs-in­ter­prètes, l’Aca­dien a choi­si de chan­ter l’une de ses com­po­si­tions, in­ti­tu­lée Sans mot. Avec cette pres­ta­tion qui peut être vi­sion­née sur le site du concours (etoi­le­mon­tante.fran­co fo­lies.com/2014/par­ti­ci­pants/12871) et pour la­quelle le pu­blic était in­vi­té à vo­ter, le mu­si­cien a ter­mi­né au deuxième rang de sa ca­té­go­rie. Aus­si est-il pas­sé en de­mi­fi­nale du concours, af­fron­tant 22 autres can­di­dats di­manche der­nier. Il y a in­ter­pré­té deux de ses com­po­si­tions, Sans mot et Lu­mière. Il at­tend des ré­sul­tats.

Les quatre grands ga­gnants du concours mon­te­ront sur scène lors des Fran­co­Fo­lies de Mon­tréal, en juin, et re­ce­vront une bourse de 5000 $ of­ferte par Ford.

Pour­suivre ses pas­sions

« Que je gagne ou que je perde le concours, ce n’est pas le plus im­por­tant. L’im­por­tant est de pour­suivre mes rêves. J’irai co­gner à toutes les portes », af­firme avec convic­tion le mu­si­cien qui com­pose en an­glais comme en fran­çais. Il tra­vaille en ce mo­ment à quelques nou­velles chan­sons.

Ré­cem­ment, il a été sé­lec­tion­né par Gre­go­ry Charles pour faire par­tie d’un choeur qui ac­com­pa­gne­ra Marc Du­pré et Ma­rie-Mai lors de leurs spec­tacles au Mon­dial Lo­to-Qué­bec de La­val en juin. « L’en­tre­vue était très im­pres­sion­nante. Dans un pe­tit bu­reau, Gre­go­ry Charles m’a sim­ple­ment de­man­dé de chan­ter alors que lui-même était au pia­no », confie-t-il.

De­puis qu’il a ef­fec­tué ce re­tour aux sources, Pas­cal a re­pris une grande confiance en lui, ré­ap­pre­nant à chan­ter, dé­ve­lop­pant de nou­velles tech­niques vo­cales, ren­con­trant beau­coup de gens. De­puis qu’il est re­par­ti, le Vau­dreuillois n’a nul­le­ment l’in­ten­tion d’ar­rê­ter. Se­lon lui, une chose est sûre : la vie est plus agréable lorsque l’on fait ce que l’on aime!

Pour connaître da­van­tage les com­po­si­tions de Pas­cal Roy, il est pos­sible de le suivre sur son compte You­Tube, ou bien sur sa page Fa­ce­book.

PHO­TO­THÈQUE

Pas­cal Roy est ac­tuel­le­ment en pro­ces­sus de sé­lec­tion pour le concours L’Étoile mon­tante Ford, qui qua­li­fie­ra quatre ga­gnants qui mon­te­ront sur la scène des Fran­co­Fo­lies.

PHO­TO­THÈQUE

Pas­cal Roy, lors de sa par­ti­ci­pa­tion à Mont­joie en chan­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.