Rap­port So­co­sis : un contexte de ra­tio­na­li­sa­tion

Re­struc­tu­ra­tion ad­mi­nis­tra­tive à Co­teau-du-Lac

L'Etoile - - ACTUALITÉ - MA­RIE-MAXIME COU­SI­NEAU

La se­maine der­nière, le maire de Co­teau-du-Lac Guy Jas­min a pro­cé­dé au li­cen­cie­ment de quatre em­ployés-cadres de la Mu­ni­ci­pa­li­té, af­fir­mant se ba­ser sur les re­com­man­da­tions du rap­port de la firme So­co­sis. Les Heb­dos du Su­roît ont ob­te­nu un exemplaire du rap­port. Voi­ci les prin­ci­pales re­com­man­da­tions qui en sont res­sor­ties.

Jeu­di der­nier, le congé­die­ment de quatre em­ployés-cadres à Co­teau-du- Lac a cau­sé tout un émoi au sein de l’ad­mi­nis­tra­tion mu­ni­ci­pale et de la po­pu­la­tion. Le soir même, en as­sem­blée spé­ciale, le maire an­non­çait l’abo­li­tion des postes de di­rec­tion du Ser­vice de l’ur­ba­nisme et de l’en­vi­ron­ne­ment, du Ser­vice des tra­vaux pu­blics et du Ser­vice d’incendie, des Ser­vices com­mu­nau­taires et du poste de gref­fière, se ré­fé­rant au rap­port de la firme So­co­sis.

Si­tuée à Repentigny, l’en­tre­prise se donne pour mis­sion d’as­sis­ter les pro­prié­taires de PME et leur per­son­nel dans leurs pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment, of­frant sou­tien-con­seil et ou­tils propres à fa­vo­ri­ser de bonnes pra­tiques d’af­faires en ma­na­ge­ment et en ges­tion des res­sources humaines. Le pré­sident de l’en­tre­prise, Fran­çois Bé­lan­ger, qui a pro­cé­dé à l’éla­bo­ra­tion du rap­port pour Co­teau-du-Lac, as­sure néan­moins ne pas en être à sa pre­mière ex­pé­rience au­près des Villes et Mu­ni­ci­pa­li­tés. C’est lors de l’as­sem­blée mu­ni­ci­pale du 11 mars 2014 que le con­seil a man­da­té la firme pour pro­cé­der à une éva­lua­tion de son ad­mi­nis­tra­tion pour une somme de 6728,92 $ in­cluant les taxes.

Dès les pre­mières pages du rap­port de diag­nos­tic, les forces de la Mu­ni­ci­pa­li­té de Co­teau-du-Lac sont sou­le­vées; on parle d’une ville at­trayante, pos­sé­dant des in­fra­struc­tures de qua­li­té, aux at­traits tou­ris­tiques im­por­tants et au po­ten­tiel de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique éle­vé, par­mi tant d’autres points. M. Bé­lan­ger sou­lève un faible rou­le­ment des em­ployés au cours des der­nières an­nées et pré­cise que, les conseillers mu­ni­ci­paux ve­nant de di­vers mi­lieux éco­no­miques, ont de bonnes ca­pa­ci­tés pour orien­ter le dé­ve­lop­pe­ment fu­tur de la ville.

Ce­pen­dant, l’ex­pert pré­cise que la di­vi­sion au sein du con­seil mu­ni­ci­pal com­pro­met le dé­ve­lop­pe­ment d’ob­jec­tifs com­muns et en­trave une vi­sion mo­bi­li­sa­trice axée sur le chan­ge­ment. Ses ob­ser­va­tions sont ba­sées sur ses vi­sites de la Mu­ni­ci­pa­li­té, des questionnaires re­mis aux membres de la di­rec­tion, des en­tre­vues in­di­vi­duelles au­près de 17 em­ployés et une ren­contre avec tous les membres du con­seil mu­ni­ci­pal. « La Mu­ni­ci­pa­li­té compte un peu plus d’une tren­taine d’em­ployés. J’ai sé­lec­tion­né un échan­tillon­nage le plus hé­té­ro­gène pos­sible », a-t-il sou­li­gné lors­qu’in­ter­ro­gé.

Se­lon le rap­port So­co­sis, de­puis l’ar­ri­vée en poste du maire Jas­min en no­vembre der­nier, plu­sieurs ac­tions dis­gra­cieuses au­raient été com­mises, à la fois de la part du maire et de cer­tains conseillers et de la part des em­ployés-cadres, et au­raient conduit à des manques de ju­ge­ment et de pro­fes­sion­na­lisme de part et d’autre.

L’ob­jec­tif : ré­duire les dé­penses

« Le man­dat qui m’a été don­né était de pro­cé­der à une ana­lyse des fonc­tions de ma­na­ge­ment, des opé­ra­tions et des res­sources humaines, le tout dans un contexte de ra­tio­na­li­sa­tion », a ex­pli­qué Fran­çois Bé­lan­ger, les pré­oc­cu­pa­tions du maire Jas­min et ses ob­jec­tifs étant de cou­per dans les dé­penses.

La se­maine der­nière, le maire Jas­min avait in­di­qué en as­sem­blée spé­ciale que l’ad­mi­nis­tra­tion mu­ni­ci­pale ac­tuelle était conçue pour une po­pu­la­tion de 15 000 ci­toyens, Co­teau-du-Lac n’en comp­tant que 7800. Le rap­port So­co­sis in­dique tou­te­fois que la struc­ture or­ga­ni­sa­tion­nelle de la Mu­ni­ci­pa­li­té était com­pa­rable à plu­sieurs mu­ni­ci­pa­li­tés de la même taille, mais que dans un contexte de ra­tio­na­li­sa­tion et de ré­duc­tion des coûts, elle était très éla­bo­rée.

En ma­tière de res­sources humaines, le rap­port sug­gé­rait quelques pistes de chan­ge­ments, no­tam­ment l’abo­li­tion du poste de gref­fière et le ju­me­lage de cer­tains ser­vices, par exemple les di­rec­tions d’ur­ba­nisme et d’in­gé­nie­rie.

Se­lon l’or­ga­ni­gramme ac­tuel en vi­gueur dans les der­niers mois, Co­teau-du-Lac comp­tait six postes de di­rec­tion en plus du poste de di­rec­teur gé­né­ral. Le rap­port So­co­sis pro­po­sait un exemple d’or­ga­ni­gramme qui comp­tait cinq postes de di­rec­tion, à sa­voir un di­rec­teur gé­né­ral, un tré­so­rier, un di­rec­teur des loi­sirs et culture, un di­rec­teur des ser­vices tech­niques et en­vi­ron­ne­ment et un di­rec­teur des ser­vices des in­cen­dies.

Aus­si, Fran­çois Bé­lan­ger s’est dit sur­pris de la dé­ci­sion du maire de pro­cé­der au congé­die­ment de quatre em­ployés­cadres. « Un rap­port comme ce­lui qui a été sou­mis ne sert pas à faire ça : ça ne sert pas à congé­dier des gens. Ce­la n’au­rait pas dû cau­ser cette ré­ac­tion. Le rap­port doit da­van­tage ser­vir de guide ou ai­der à adop­ter une vi­sion », a-t-il in­di­qué. Se­lon l’ex­pert, les membres du con­seil mu­ni­ci­pal de­vraient conso­li­der leurs liens et tra­vailler dans l’at­teinte d’un ob­jec­tif com­mun. « Pré­sen­te­ment, la vi­sion et le plan de match sont loin d’être par­ta­gés entre les membres du con­seil », ajoute M. Bé­lan­ger.

Par­mi les conclu­sions du rap­port, on y sou­ligne l’im­por­tance d’« un travail d’équipe qui né­ces­site un peu d’hu­mi­li­té et du gros bon sens ».

PHO­TO MA­RIE-MAXIME COU­SI­NEAU

Se­lon le rap­port So­co­sis, la di­vi­sion qui règne au sein du con­seil mu­ni­ci­pal em­pêche une vi­sion mo­bi­li­sa­trice axée sur le chan­ge­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.