Faire le plein d’his­toire

L'Etoile - - ACTUALITÉ - (VA.S.)

La vi­site libre te­nue à l’oc­ca­sion du cen­te­naire de la cen­trale élec­trique des Cèdres a at­ti­ré près de 1000 per­sonnes sa­me­di.

Du­rant la vi­site, il était pos­sible de voir le fonc­tion­ne­ment de la cen­trale et plu­sieurs kiosques in­for­ma­tifs étaient dis­po­sés sur le site.

L’ac­ti­vi­té com­men­çait dans l’un des an­ciens bâ­ti­ments de la cen­trale. Le pre­mier kiosque ren­con­tré par les vi­si­teurs était ce­lui de l’ar­tiste Séguin Poi­rier qui a fait plu­sieurs oeuvres illus­trant la cen­trale hy­dro­élec­trique. En­suite, les vi­si­teurs pou­vaient ob­ser­ver plu­sieurs pho­tos d’ar­chives dont celles du chan­tier de construc­tion. Un peu plus loin, un kiosque du patrimoine d’Hy­dro-Qué­bec ain­si que ce­lui de la So­cié­té d’his­toire de la Pres­qu’Île ex­pli­quait l’his­toire de la ré­gion.

Il y avait aus­si un kiosque in­for­ma­tif sur les mé­thodes de trans­fert de pois­sons d’un bas­sin à l’autre, puis­qu’à la fin de l’au­tomne, la cen­trale abaisse le ni­veau de l’eau et trans­fère l’eau dans un autre bas­sin. La plu­part des pois­sons tra­versent d’eux-mêmes, mais cer­tains res­tent pris. Pour les sauver, Hy­dro-Qué­bec en­gage des bio­lo­gistes qui se chargent d’iden­ti­fier les pois­sons et de les ra­me­ner de l’autre cô­té du bar­rage élec­trique à l’aide de bacs d’eau.

Se­lon le conseiller des re­la­tions avec le mi­lieu pour la MRC de Vau­dreuilSou­langes, Jo­na­than Pe­tit, cette vi­site libre était une belle oc­ca­sion « de faire le plein d’his­toire de la ré­gion ». D’ailleurs, il s’agit de l’unique cen­trale hy­dro­élec­trique par­mi les quatre de la ré­gion à of­frir une ac­ti­vi­té portes ou­vertes.

« En 35 ans de vie pas­sée dans la mu­ni­ci­pa­li­té, je n’avais ja­mais pu vi­si­ter la cen­trale, sou­ligne le maire Des Cèdres, Ray­mond La­rouche. Je re­mer­cie donc le chef de la cen­trale, Da­rio Vi­gneault, de nous don­ner l’oc­ca­sion de vi­si­ter le site de la cen­trale, c’est un hon­neur. »

En ma­ti­née, les em­ployés et les re­trai­tés de la cen­trale avaient droit à une vi­site pri­vée.

Une cen­trale au coeur du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique

« La construc­tion de la cen­trale hy­dro­élec­trique des Cèdres a per­mis le pre­mier es­sor éco­no­mique de la mu­ni­ci­pa­li­té, rap­pelle le maire Des Cèdres. Deux mille ou­vriers, qué­bé­cois et im­mi­grants, sont ve­nus tra­vailler sur le chan­tier et du­rant la construc­tion, plu­sieurs ma­ga­sins ont été amé­na­gés près du chan­tier : cor­don­nier, ma­ga­sin gé­né­ral, hor­lo­ger et même trois hô­tels, au grand désar­roi du cu­rée de l’époque. »

La construc­tion de la cen­trale a com­men­cé en 1912 pour se ter­mi­ner deux ans plus tard. À cette époque, la cen­trale Des Cèdres était la plus mo­derne et puis­sante du Qué­bec et ser­vait es­sen­tiel­le­ment à l’ex­por­ta­tion de l’élec­tri­ci­té vers l’On­ta­rio et les États-Unis; un rôle qu’elle conti­nue de rem­plir 100 ans plus tard.

Un bar­rage qui dé­ve­loppe de nou­velles tech­no­lo­gies

La cen­trale des Cèdres ne fait pas que pro­duire de l’élec­tri­ci­té pour ali­men­ter des mil­liers de ré­si­dences, elle dé­ve­loppe aus­si de nou­veaux mo­dèles de tur­bines uniques au monde. Par exemple, le chef de la cen­trale, Da­rio Vi­geault tra­vaille sur de nou­veaux pro­cé­dés afin de di­mi­nuer l’utilisation d’huile pour faire fonc­tion­ner les tur­bines du bar­rage. « L’utilisation de l’huile est né­faste pour l’en­vi­ron­ne­ment, sur­tout au bord de l’eau comme ici, c’est pour­quoi nous avons fait chan­ger cer­taines de nos tur­bines pour des mo­dèles qui fonctionnent à l’élec­tri­ci­té, ex­pose le chef du bar­rage. La cen­trale Des Cèdres est une cen­trale qui a connu des pre­mières et qui en connaî­tra en­core! »

PHO­TO DA­NIEL CUILLERIER

Plu­sieurs pho­tos d’ar­chives étaient dis­po­sées au dé­but de la vi­site libre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.