La Mai­son Fé­lix-Le­clerc re­naît de ses cendres

Vau­dreuil-Do­rion

L'Etoile - - ACTUALITÉ - VA­NES­SA SOULIÈRES

Trou­ba­dour de Claude Ju­tras, puis­qu’elles ont été tour­nées dans le bu­reau de l’ar­tiste et étant don­né que les meubles ac­tuels ont été dis­po­sés de la même ma­nière qu’ils l’étaient quand Fé­lix y ha­bi­tait; on a l’im­pres­sion que Fé­lix marche dans son bu­reau tout en nous par­lant par l’in­ter­mé­diaire des pro­jec­tions mu­rales.

En face du bu­reau se trouve l’an­cienne chambre de Mar­tin Le­clerc, le pre­mier fils de Fé­lix Le­clerc. Cette pièce est consa­crée à Mar­tin. Il y a, entre autres, une note da­tée de 1966 écrite par Fé­lix lui-même ac­cro­chée au mur.

Après six mois de res­tau­ra­tion, la Mai­son Fé­lix-Le­clerc a rou­vert of­fi­ciel­le­ment ses portes au pu­blic sa­me­di. Sa réouverture con­corde d’ailleurs avec le 100e an­ni­ver­saire de nais­sance du dé­funt ar­tiste. Le but de la res­tau­ra­tion était de ra­me­ner la mai­son au temps où Fé­lix Le­clerc y vi­vait en­core, soit en 1956.

La pre­mière pièce que l’on vi­site est la cui­sine. Elle rend hom­mage aux dif­fé­rentes pièces de théâtre qu’il a com­po­sées du­rant sa car­rière. Au centre de la cui­sine se trouve une ban­de­role ori­gi­nale qui était af­fi­chée au théâtre Le Jé­sus de Mon­tréal an­non­çant la re­pré­sen­ta­tion de l’une de ses pièces, L’au­berge des morts su­bites.

En­suite, on entre dans le sa­lon où l’on re­trouve six fau­teuils. Cha­cun d’entre eux est mar­qué d’une image qui re­pré­sente l’une de ses chan­sons. L’équipe de la Mai­son Fé­lix-Le­clerc a, entre autres, choi­si la cé­lèbre chan­son At­tends-moi, ti-gars. Il est pos­sible d’en­tendre les chan­sons sur place, puisque les fau­teuils sont tous équi­pés d’écou­teurs bran­chés à une con­sole. La moi­tié des chan­sons sé­lec­tion­nées ont d’ailleurs été écrites quand Fé­lix Le­clerc ré­si­dait en­core à Vau­dreuil-Do­rion.

Fé­lix Le­clerc a aus­si écrit des contes au cou­rant de sa car­rière d’ar­tiste, d’ailleurs, l’an­cienne chambre de sa femme, An­drée Viens, est ré­ser­vée à ses contes. On peut aus­si ob­ser­ver sur le mur de droite de la pièce une pho­to de Fé­lix ac­com­pa­gné de ses en­fants lors d’un pique-nique familial.

Puis, on quitte le rez-de-chaus­sée pour em­prun­ter l’es­ca­lier ori­gi­nal me­nant au pre­mier étage où l’un re­trouve trois pièces : d’abord le bu­reau de l’ar­tiste, à gauche. Les vi­si­teurs se­ront agréa­ble­ment sur­pris en y entrant, puisque c’est Fé­lix Le­clerc qui les ac­cueille par l’in­ter­mé­diaire d’une pro­jec­tion mu­rale. En fait, l’équipe de la Mai­son Fé­lixLe­clerc a choi­si d’uti­li­ser cer­taines sé­quences du documentaire Fé­lix Le­clerc

En­cou­ra­ger et sou­te­nir la re­lève ar­tis­tique d’ici

À droite de la chambre de Mar­tin se trouve la der­nière pièce de la mai­son qui est d’ailleurs vide, puis­qu’elle est consa­crée au suc­cès des ar­tistes émer­gents d’ici. Un mois par an­née, un ar­tiste de la re­lève préa­la­ble­ment choi­si par un ju­ry pro­fes­sion­nel vien­dra s’ins­tal­ler dans la mai­son. La pièce vide de­vien­dra alors sa chambre. Il pour­ra donc s’ins­pi­rer des lieux pour réa­li­ser ses créa­tions que ce soit pour com­po­ser des chan­sons, des scé­na­rios, des poèmes, des ro­mans ou toute autre forme d’art liée aux mots. L’ap­pel de can­di­da­ture pour l’an­née 2014-2015 se ter­mine le 31 oc­tobre 2014 pro­chain. L’ar­tiste ac­cueilli de­vra par ailleurs or­ga­ni­ser une ren­contre avec le pu­blic lors d’une ac­ti­vi­té de mé­dia­tion cultu­relle. Pour en­voyer sa can­di­da­ture, il suf­fit de se rendre au www.mai­son­fe­lix­le­clerc.org et de cli­quer sur l’on­glet « ré­si­dence d’ar­tiste ».

En­fin, main­te­nant res­tau­rée, la Mai­son Fé­lix-Le­clerc est un for­mi­dable lieu pour tout sa­voir sur la vie de l’un des plus grands ar­tistes du Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.