Les Vi­kings en­va­hissent Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field

Une pré­sen­ta­tion de la Troupe l’équi­page

L'Etoile - - ACTUALITÉ - (VA.S.)

La pre­mière édi­tion du Vin­land, le fes­ti­val viking de Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field a at­ti­ré près de 300 per­sonnes sa­me­di après-mi­di au Camp Bos­co.

C’est un vé­ri­table pe­tit vil­lage viking qui a été mon­té pour l’oc­ca­sion. À l’in­té­rieur on y trou­vait plu­sieurs ate­liers. Il y avait entre autres une ar­mu­re­rie où l’on pou­vait voir des re­cons­ti­tu­tions d’armes faites de fer comme des épées, des haches et des lances. Il y avait aus­si des bou­cliers ain­si que des ar­mures. D’ailleurs, les vi­si­teurs ont eu la chance d’as­sis­ter à des com­bats non cho­ré­gra­phiés de guer­riers vi­kings équi­pés de ces armes et ar­mures, puis­qu’au centre du vil­lage se trou­vait une arène de com­bat. Et afin d’évi­ter les bles­sures, les com­bat­tants s’en­traînent une fois par se­maine.

« Tout est fait mai­son ici, les vê­te­ments, les ar­mures et même les armes, puis­qu’il y a un for­ge­ron dans la Troupe l’équi­page, sou­ligne l’un des or­ga­ni­sa­teurs de l’évè­ne­ment, Ni­co­las Ber­ge­ron. Au­jourd’hui, le fes­ti­val porte es­sen­tiel­le­ment sur la vie ci­vile et mi­li­taire des Vi­kings. »

Trois kiosques ex­pli­ca­tifs por­tant sur la fa­bri­ca­tion des tis­sus vi­kings étaient aus­si amé­na­gés sur place. On pou­vait y ob­ser­ver les étapes du fi­lage, de la teinte des fils et fi­na­le­ment, du tis­sage fi­nal. Dans la culture viking, tout le monde tisse, même les hommes, car c’est ex­ces­si­ve­ment long tis­ser. D’ailleurs, la plu­part des vê­te­ments étaient re­cy­clés afin de réuti­li­ser leurs tis­sus en bon état.

Un autre kiosque, te­nu par un ar­chéo­logue, ser­vait à mon­trer des re­pro­duc­tions de vé­ri­tables ob­jets vi­kings.

« Le but d’or­ga­ni­ser un évè­ne­ment comme ce­lui-ci, ex­plique Ni­co­las Ber­ge­ron, c’est de faire notre propre évè­ne­ment viking au Qué­bec. Notre Troupe se pro­mène beau­coup en Eu­rope et aux États-Unis, mais avant au­jourd’hui, il n’y avait pas d’évè­ne­ment du genre au Qué­bec. En même temps, ça per­met aux vi­si­teurs de ve­nir en ap­prendre da­van­tage sur le quo­ti­dien des Vi­kings. »

Uneam­biance fes­tive

Au-de­là des ate­liers ex­pli­ca­tifs, les vi­si­teurs pou­vaient éga­le­ment jouer un jeu tra­di­tion­nel viking : le Kubb. Ce jeu res­semble au jeu du fer à che­val. À cô­té, il y avait un ate­lier de lan­çage de haches sur des cibles amé­na­gées pour l’oc­ca­sion et un peu plus loin, un ate­lier de tir à l’arc. Les vi­si­teurs pou­vaient ten­ter de « chas­ser un ours » avec un arc. Il y avait éga­le­ment un groupe de mu­sique cel­tique, Tri­bu Kor­nu qui se char­geait de mettre l’am­biance mu­si­cale. En­fin, la mi­cro­bras­se­rie Mal­téus si­tuée à Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field était éga­le­ment sur place pour vendre de la bière du­rant l’évè­ne­ment, elle a même bras­sé une re­cette spé­ciale pour l’oc­ca­sion : la bière Vin­land.

PHO­TO­THÈQUE

La Tri­bu Kor­nu qui en est à son deuxième album, était éga­le­ment sur place pour mettre de l’am­biance mu­si­cale cel­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.