Des so­lu­tions na­tu­relles contre les mau­vaises herbes

L'Etoile - - SORTIES WEEK-END - Source : Rus­ti­ca

Mau­vaises herbes, c’est vite dit! Au lieu de les éra­di­quer sys­té­ma­ti­que­ment et chi­mi­que­ment, mul­ti­plions les mé­thodes na­tu­relles pour les dé­tour­ner de nos car­rés de fleurs et de lé­gumes.

de rares ex­cep­tions près, les mau­vaises herbes ne sont pas des plantes dan­ge­reuses, et il se­rait plus juste de les nom­mer plantes ad­ven­tices des cultures, ou sim­ple­ment plantes in­dé­si­rables.

Beau­coup sont mé­di­ci­nales, co­mes­tibles, ou en­core contri­buent à l’équi­libre de la faune auxi­liaire qui bu­tine ou s’abrite dans d’au­then­tiques plantes sau­vages bien de chez nous! Là où ces plantes n’entrent pas en com­pé­ti­tion avec vos lé­gumes ou vos fleurs, pour­quoi ne pas les to­lé­rer?

Li­mi­ter la concur­rence

Tou­jours plus vi­gou­reuses que les plantes culti­vées, les plantes sau­vages se dé­ve­loppent plus vite. Ha­bi­tuées à de rudes condi­tions dans la na­ture, elles s’installent avec dé­lec­ta­tion dans les sols que vous pré­pa­rez avec soin! C’est sur­tout là où vous de­vez vous concen­trer, et les mé­thodes ne manquent pas : faux se­mis pour les trom­per, sar­clage pour les dé­lo­ger et paillage pour les in­ci­ter à al­ler voir ailleurs, par exemple au fond du jar­din dans un es­pace plus sau­vage dé­dié à la bio­di­ver­si­té.

Adop­ter les plantes sau­vages utiles

Au jar­din na­tu­rel culti­vé se­lon des mé­thodes bio­lo­giques, les plantes sau­vages ont une im­por­tance ca­pi­tale, car elles contri­buent for­te­ment au main­tien des po­pu­la­tions d’insectes utiles, qu’ils soient pré­da­teurs de nui­sibles ou pollinisateurs.

Même les pires pestes ont un rôle bé­né­fique à jouer : ain­si, une faune ex­cep­tion­nelle loge dans l’oseille sau­vage, dont une tren­taine de pa­pillons. Des di­zaines de plantes pro­duisent des fleurs char­mantes, comme la pâ­que­rette, la mauve, la chi­co­rée sau­vage, le trèfle ou la li­naire, riche en nec­tar, qui est vi­si­tée par les bour­dons, puis par les abeilles.

Les mau­vaises herbes qui fa­vo­risent ma­la­dies et ravageurs

Cer­taines mau­vaises herbes servent d’hôtes à des insectes ravageurs de cultures ou por­teurs de ma­la­dies. La mou­tarde des champs, par exemple, peut trans­mettre le cham­pi­gnon qui pro­voque la her­nie du chou. Mieux vaut les éli­mi­ner du po­ta­ger si vous culti­vez des choux. Le mou­ron et le sé­ne­çon sont des hôtes du vi­rus de la mo­saïque du concombre trans­mis­sible aux courges et aux to­mates.

Dans vos serres, sup­pri­mez le mou­ron, car c’est un ha­bi­tat pour les aca­riens et les mouches blanches. D’autres hé­bergent des pu­ce­rons (or­tie, ché­no­pode, pa­tience), mais peuvent ser­vir de res­tau­rants pour des coc­ci­nelles, sur­tout au dé­but du prin­temps quand la nour­ri­ture est en­core rare. Veillez seule­ment à les conser­ver loin du po­ta­ger ou des ro­siers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.