Le compostage

L'Etoile - - PASSION -

Le compostage est une mé­thode de re­cy­clage na­tu­rel par la­quelle on trans­forme en hu­mus des ré­si­dus, ali­men­taires ou autres. Fa­cile à faire, le com­post is­su de cette tech­nique exige le res­pect de quelques règles de base pour as­su­rer sa qua­li­té. Vous ver­rez, c’est simple.

Le compostage est en fait le pro­cé­dé de dé­com­po­si­tion des ma­tières or­ga­niques par mi­cro-or­ga­nismes, bac­té­ries et cham­pi­gnons, trans­for­mant les ré­si­dus na­tu­rels en trai­te­ment de sol de haute qua­li­té. Pour bien se réa­li­ser, le pro­ces­sus de dé­com­po­si­tion des ma­tières a tou­te­fois be­soin d’air. Sans l’oxy­gène re­quis, le pro­ces­sus gé­nère une odeur nau­séa­bonde de pour­ri­ture. Ain­si, choi­sis­sez un com­pos­teur qui per­met­tra une aé­ra­tion suf­fi­sante. De même, si l’on uti­lise des ma­tières in­ap­pro­priées, la qua­li­té du com­post pour­rait en être af­fec­tée et des odeurs de pour­ri­ture pourraient s’en dé­ga­ger. Il est donc im­por­tant de bien sé­lec­tion­ner les ma­tières à com­pos­ter.

Près de 30 % des dé­chets dont nous dis­po­sons heb­do­ma­dai­re­ment peuvent être uti­li­sés pour créer un com­post de qua­li­té. Par consé­quent, le compostage per­met de ré­duire la quan­ti­té de dé­chets en­voyés aux dé­charges et contri­bue à li­mi­ter l’ex­pan­sion des sites d’en­fouis­se­ment.

Le com­pos­teur

Le compostage peut être ef­fec­tué à la mai­son, sur les lieux de travail ou de fa­çon cen­tra­li­sée dans cer­taines mu­ni­ci­pa­li­tés. Les com­pos­teurs peuvent être de dif­fé­rents mo­dèles, du bac de jar­din à l’en­clos, et va­rient en fonc­tion des tech­niques que l’on sou­haite uti­li­ser. En mi­lieu ur­bain, les cônes ou les bacs cou­verts et com­pacts ont da­van­tage la cote en rai­son du peu d’es­pace re­quis. Il existe aus­si cer­tains mo­dèles pou­vant être uti­li­sés à l’in­té­rieur sans gé­né­rer d’odeurs désa­gréables.

Le com­pos­teur de­vrait être pla­cé dans un en­droit fa­cile d’ac­cès toute l’an­née, non vi­sible de la voie pu­blique, mais où il pro­fi­te­ra du plus grand en­so­leille­ment pos­sible. Bien que le pro­ces­sus puisse aus­si être fait à froid, la cha­leur du so­leil ac­cé­lère l’ac­ti­vi­té mi­cro­bio­lo­gique. De même, l’en­droit où est dé­po­sé le com­pos­teur de­vrait être bien drai­né pour évi­ter un sur­plus d’hu­mi­di­té. Comme l’aé­ra­tion est aus­si cru­ciale au suc­cès du compostage, dé­po­sez votre com­pos­teur sur de pe­tites branches qui per­met­tront à la fois une meilleure cir­cu­la­tion d’air et un meilleur drai­nage.

La bonne re­cette

Toutes les ma­tières or­ga­niques peuvent être com­pos­tées même si cer­taines de­vaient être évi­tées. Tou­te­fois, la qua­li­té du com­post dé­pen­dra du type de ré­si­dus or­ga­niques dé­po­sés en juste quan­ti­té dans votre com­pos­teur. Es­sayez aus­si de va­rier le type de ré­si­dus uti­li­sés. Cette va­rié­té as­su­re­ra un com­post de meilleure tex­ture et plus riche en nu­tri­ments vé­gé­taux. Une règle simple : le mé­lange de­vrait être consti­tué d’un poids égal de ma­tières sèches, riches en car­bone, qua­li­fiées de ma­tières « brunes », et de ma­tières hu­mides, à haute te­neur en azote, dites « vertes ». Es­sayez aus­si de faire des mor­ceaux de ma­tières or­ga­niques de pe­tite taille.

De mul­tiples guides, dis­tri­bués par les or­ga­nismes gou­ver­ne­men­taux et en­vi­ron­ne­men­taux, vous don­ne­ront de ju­di­cieux conseils sur ce pro­cé­dé.

Beau­coup ouun­peuà­la­fois?

Lorsque vous dé­po­sez les ré­si­dus dans le com­pos­teur, évi­tez au­tant que pos­sible de pla­cer une couche épaisse d’un même ré­si­du, sur­tout s’il s’agit d’une ma­tière hu­mide, comme du ga­zon frais. Par exemple, ne dé­po­sez pas plus de 6 cm d’herbe ou 15 cm de feuilles. Es­sayez aus­si de mé­lan­ger les sub­stances hu­mides à des ma­tières sèches afin d’évi­ter qu’elles ne se com­pactent et privent le mé­lange de l’oxy­gène re­quis.

Il est aus­si conseillé de gar­der le com­post en pile as­sez grosse afin qu’il puisse se ré­chauf­fer, sti­mu­lant l’ac­ti­vi­té mi­cro­bio­lo­gique. De même, il est sug­gé­ré de re­tour­ner le com­post fré­quem­ment pour ob­te­nir un meilleur ré­sul­tat.

Vous sau­rez que votre com­post est prêt pour l’utilisation lors­qu’il pren­dra une belle cou­leur fon­cée, qu’il de­vien­dra friable et qu’il s’en dé­ga­ge­ra une bonne odeur de ter­reau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.