Consta­ter, in­ter­ve­nir et sau­ver des vies

Les po­li­ciers de la ré­gion pré­sents pour faire res­pec­ter la si­gna­li­sa­tion rou­tière

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Un im­por­tant dé­ploie­ment de l’équipe mul­ti­dis­ci­pli­naire de po­li­ciers de la Sû­re­té du Qué­bec se­ra mis en place au cours des pro­chains mois afin de rendre les routes plus sé­cu­ri­taires pour les uti­li­sa­teurs.

« Nous vou­lons que notre bi­lan rou­tier conti­nue de s’amé­lio­rer dans la MRC de Vau­dreuil-Sou­langes. Nous avons mo­bi­li­sé nos ef­fec­tifs en ce sens », ex­plique en confé­rence de presse la di­rec­trice du poste de Vau­dreuil-Sou­langes Est, la ca­pi­taine Gi­nette Séguin.

De­puis le 1er août, jus­qu’au 1er oc­tobre, les po­li­ciers de la Sû­re­té du Qué­bec ac­croî­tront leur vi­si­bi­li­té dans le cadre de dif­fé­rentes opé­ra­tions axées sur le mo­dèle ÉPIC.

Ain­si, les po­li­ciers pro­cé­de­ront à une pé­riode d’éducation. « Par exemple lors de la jour­née des pom­piers de Pin­court, nous avons, grâce au vé­hi­cule ton­neau, dé­mon­tré les risques as­so­ciés au non-port de la cein­ture de sé­cu­ri­té », ajoute-t-elle.

Les agents iront aussi de pré­ven­tion, en ver­tu de leur pré­sence lors de di­verses ac­ti­vi­tés dans la MRC. Ils pro­cé­de­ront éga­le­ment à des in­ter­ven­tions et aug­men-

Plaintes de ci­toyens

te­ront la com­mu­ni­ca­tion. À cet ef­fet, trois per­sonnes se sont ajou­tées à l’équipe mul­ti­dis­ci­pli­naire. « Nous avons une équipe per­ma­nente de six membres. Mais nous vou­lons sé­cu­ri­ser le ré­seau rou­tier et fa­vo­ri­ser une conduite res­pon­sable des usa­gers de la route en as­su­rant le res­pect du Code de la sé­cu­ri­té rou­tière. Ain­si, neuf agents pa­trouille­ront sur les routes, dont une équipe de po­li­ciers à mo­to­cy­clette », lance le ca­pi­taine Séguin.

Si les po­li­ciers sont à même de consta­ter les com­por­te­ments dé­plo­rables de cer­tains au­to­mo­bi­listes, les usa­gers de la route et les ci­toyens de la ré­gion ont aussi un oeil cri­tique sur leurs pairs. « Nous nous sommes ser­vis des pré­oc­cu­pa­tions des ci­toyens, c’est-à-dire, plus de 120 plaintes dans la der­nière an­née, pour mettre en place un plan d’ac­tion. Les gens sont té­moins de com­por­te­ments dé­plo­rables, comme la vi­tesse dans les sec­teurs ré­si­den­tiels ou l’uti­li­sa­tion du cel­lu­laire au vo­lant pour té­lé­pho­ner ou tex­ter », plaide Gi­nette Séguin.

Un diag­nos­tic des plaintes a alors été ef­fec­tué pour éva­luer la tâche à ac­com­plir. Plu­sieurs do­léances ont été dé­po­sées sur le non-res­pect de la si­gna­li­sa­tion, que ce soit pour la vi­tesse, les ar­rêts obli­ga­toires, les au­to­bus sco­laires, les sta­tion­ne­ments, les sens uniques ou les tran­sports lourds. « Donc, de­puis trois se­maines nous avons été pré­sents sur les mêmes sites pro­blé­ma­tiques. Quatre-vingt-trois constats pour le non-port de la cein­ture de sé­cu­ri­té, 296 constats de vi­tesse, 52 pour l’uti­li­sa­tion du té­lé­phone cel­lu­laire et 112 pour le non-res­pect des ar­rêts obli­ga­toires ont été émis au cours de cette pé­riode », ana­lyse le ca­pi­taine Séguin.

Consta­ter et in­ter­ve­nir

L’opé­ra­tion Épic a donc été pla­ni­fiée sur cinq pro­blé­ma­tiques, dans cinq sec­teurs, pen­dant cinq se­maines.

La phi­lo­so­phie qui gui­de­ra les po­li­ciers lors de cette opé­ra­tion se­ra la sui­vante : Je constate, j’in­ter­viens et je sauve des vies. « Nous avons été pré­sents au cours des der­nières se­maines. Les gens nous ont vus en grand nombre. Nous avons dis­cu­té, pré­ve­nu. Mais main­te­nant, nous de­vons faire com­prendre l’im­por­tance de res­pec­ter le Code de la route », ex­plique le pa­trouilleur Éric Le­febvre, qui s’est joint à l’équipe mul­ti­dis­ci­pli­naire pour cette pé­riode. Il était en ac­tion à l’angle de la route 342 et de Ca­me­ron dans le sec­teur Hudson lun­di ma­tin. « Au­jourd’hui, nous contrô­lons la vi­tesse. Mais nous al­lons aussi nous as­su­rer du res­pect de la si­gna­li­sa­tion, des ar­rêts obli­ga­toires et des tra­verses pié­ton­nières, du trans­port sco­laire, du port de la cein­ture de sé­cu­ri­té et du cel­lu­laire au vo­lant », lance-t-il, ci­né­mo­mètre ri­vé sur l’oeil.

« Le but de cette opé­ra­tion n’est tou­te­fois pas d’émettre un maxi­mum de constats d’in­frac­tion. Nous vou­lons condi­tion­ner et en­cou­ra­ger les au­to­mo­bi­listes à adop­ter une conduite res­pon­sable et sé­cu­ri­taire sur nos routes avec la ren­trée sco­laire et la fin des va­cances », dit Gi­nette Séguin.

Il est d’ailleurs pos­sible pour les ci­toyens, té­moins de com­por­te­ments dé­lin­quants à ré­pé­ti­tion dans leur quar­tier, de joindre les pa­trouilleurs qui s’as­su­re­ront de se rendre sur place. « La sé­cu­ri­té c’est une res­pon­sa­bi­li­té col­lec­tive. En­semble nous contri­bue­rons peut-être à sau­ver une vie », conclut-elle.

PHOTO YA­NICK MI­CHAUD

Le pa­trouilleur Éric Le­febvre en­tend faire res­pec­ter le code de la sé­cu­ri­té rou­tière afin de rendre les routes de la ré­gion plus sé­cu­ri­taires. Lui et ses co­équi­piers de l’équipe mul­ti­dis­ci­pli­naire se­ront pré­sents dans toute la ré­gion au cours des pro­chaines se­maines.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.