Des mil­liers de per­sonnes au Fes­ti­val de la S.O.U.PE.

Notre-Dame-de-l’Île-Per­rot

L'Etoile - - ACTUALITÉ - VA­NES­SA SOU­LIÈRES

Mal­gré la tem­pé­ra­ture in­cer­taine de di­manche der­nier, ce sont plu­sieurs mil­liers de per­sonnes qui se sont dé­pla­cées au Parc his­to­rique de la Pointe-du-Mou­lin afin de ve­nir par­ti­ci­per au Fes­ti­val de la S.O.U.PE.

Au­jourd’hui, c’est l’oc­ca­sion pour tout le monde de créer des rap­pro­che­ments entre les générations, mais aus­si avec d’autres cultures », af­firme l’or­ga­ni­sa­teur de l’évè­ne­ment, Pierre Sé­guin.

Le Fes­ti­val de la S.O.U.PE. si­gni­fie Sym­bole d’Ou­ver­ture et d’Union des PEuples, c’est pour­quoi l’on re­trouve au Fes­ti­val plu­sieurs di­zaines de re­cettes de soupes d’ici et d’autres pays.

« S’il y a bien une chose que l’hu­main

« fait dans toutes les cultures de la Terre, c’est bien de cui­si­ner de la soupe, ex­plique Pierre Sé­guin. Le Fes­ti­val de la S.O.U.PE. est donc un évè­ne­ment idéal pour dé­cou­vrir d’autres cultures en goû­tant la soupe, mais aus­si en par­lant avec la per­sonne qui a concoc­té la soupe! Le Fes­ti­val est comme une fête que l’on tient dans sa cour avec ses amis et sa fa­mille, c’est convi­vial et ac­cueillant. D’ailleurs tout est gra­tuit au Fes­ti­val. »

Cette an­née, 26 per­sonnes, dont 10 pro­fes­sion­nels et 16 ama­teurs ont pré­pa­ré leur re­cette secrète de soupe afin d’épa­ter la ga­le­rie pour ga­gner la fa­meuse louche d’or.

Du cô­té des pro­fes­sion­nels, seu­le­ment une louche d’or était re­mise et c’est Le comp­toir de Bruxelle si­tué à Vau­dreuil-Do­rion, qui la rem­por­tée.

Chez les ama­teurs, trois louches étaient re­mises : l’or, l’ar­gent et le bronze et la pre­mière place a été ga­gnée par l’équipe des Po­te­lés, tan­dis que le Car­re­four Jeu­nesse Em­ploi est ar­ri­vé en deuxième place et fi­na­le­ment, c’est la Mai­son de soins pal­lia­tifs de Vau­dreuil-Sou­langes qui a ter­mi­né en troi­sième po­si­tion.

Des tasses pour ai­der le Fes­ti­val

Cette an­née, le Fes­ti­val de la S.O.U.PE. ven­dait au coût de 5 $ des pe­tites tasses réuti­li­sables. « La for­mule “tout est gra­tuit” est im­por­tante, pré­cise Pierre Sé­guin, mais le Fes­ti­val avait be­soin de plus de fi­nan­ce­ment, de là l’idée du co­mi­té or­ga­ni­sa­teur de vendre de pe­tites tasses réuti­li­sables. Les fes­ti­va­liers s’en servent du­rant leur vi­site et peuvent la ra­me­ner l’an pro­chain. On ré­duit du même coup l’im­pact du Fes­ti­val sur l’en­vi­ron­ne­ment, puis­qu’on fait moins de dé­chets. »

Saviez-vous que?

Le Fes­ti­val de la S.O.U.PE. de Vau­dreuil-Sou­langes a été le pre­mier adhé­rent nord-amé­ri­cain à la charte in­ter­na­tio­nale de la soupe qui existe de­puis les an­nées 2000 en Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.