LE CHAPITEAU EUGENE CHAPLIN APPELÉ À DISPARAÎTRE ?

L'Etoile - - LA UNE -

Vous sa­vez, comme dans —ÉDITORIAL l’ex­pres­sion « On a manqué le ba­teau! » Cette fois, c’est le cas.

On va lais­ser par­tir un joyau.

C’est mal­heu­reux. Iné­vi­table dans le mo­dèle ac­tuel, mais mal­heu­reux. Au­rait-on pu faire au­tre­ment? Au­rai­ton pu évi­ter ce nau­frage?

La Ville de Vaudreuil-Do­rion de­vra se dé­par­tir du chapiteau Eugene Chaplin, qui n’au­ra fait, comme un cirque am­bu­lant, que pas­ser dans le coin.

Vous li­rez le texte de mon col­lègue Christopher en page 7 et vous ver­rez que l’abou­tis­se­ment est presque iné­vi­table. Les fonds pu­blics ne sont pas in­épui­sables et les dé­penses en­ga­gées an­née après an­née pour main­te­nir haut per­ché le chapiteau sont trop éle­vées. N’al­lez pas cher­cher dans mon éditorial, un res­pon­sable. N’al­lez pas croire que je lance des flèches, ju­ché sur une tour d’ivoire, les yeux ban­dés.

Mais qui n’a pas pris les com­mandes quand il le fal­lait?

On me ra­conte que la so­lu­tion pour évi­ter que les frais ne s’ac­cu­mulent au­rait été de rem­plir et d’oc­cu­per le chapiteau pen­dant huit mois par an­née. Un spec­tacle à grand dé­ploie­ment? Du genre de la Fa­bu­leuse, au Sa­gue­nay. Ou une co­mé­die mu­si­cale. La Mé­lo­die du Bon­heur, Ma­ry Pop­pins ou une autre. On en crée de for­mi­dables au Qué­bec. Un spec­tacle mu­si­cal. The Man in Black, l’hom­mage à John­ny Cash, El­vis Sto­ry, la vie de ce spec­ta­cu­laire chan­teur, le King, El­vis Pres­ley, qui a rem­pli pen­dant des an­nées le Ca­pi­tole et qui au­rait fait le­ver la foule au chapiteau Eugene Chaplin, as­su­ré­ment. Ou en­core, comme j’en par­lais dans cet es­pace cet été, il y a quelques se­maines à peine, un spec­tacle de Qué­bec Is­sime. Cow­boy ou un autre.

Ou un hom­mage à Beau Dom­mage, ou à Ro­bert Charlebois. Comme on l’a vu à Trois-Ri­vières dans les der­nières an­nées. Trois-Ri­vières, ils ont trou­vé une belle for­mule. Amos d’Ara­gon était spec­ta­cu­laire éga­le­ment. Le spec­tacle Dra­gao, à la Ci­té de l’Éner­gie.

Ou une pièce de théâtre d’été? On a un théâtre d’été dans la région. N’y a-t-il pas de place pour un autre?

DES IDÉES

Ce ne sont que des idées. Mais en l’es­pace de quelques mi­nutes, j’en ai trou­vé quelques-unes. Pas si vi­laines. De là à faire ve­nir un spec­tacle à grand dé­ploie­ment dans la région, il y a une marge. Mais au­rait-on pu mettre en place quel­qu’un, en charge de ce man­dat, pour faire le tra­vail? En charge de la culture? En charge du Chapiteau? Après tout, qui suis-je? Un di­rec­teur de l’in­for­ma­tion qui se fait re­gar­der de haut, bien sou­vent, par les culti­vés de la région.

Mais ce ne sont pas seule­ment les gens du Chapiteau qui en au­raient bé­né­fi­cié. Ce sont les com­mer­çants au­tour. D’une ma­nière cer­taine.

Un spec­tacle qui at­tire des vi­si­teurs de par­tout en pro­vince au­rait pu don­ner un coup de pouce à des hô­tels d’ici. Au­rait pu of­frir la chance à des res­tau­ra­teurs d’of­frir des for­faits al­lé­chants. Un couple de Sher­brooke qui vient voir le spec­tacle pré­sen­té au Chapiteau les jeu­dis, ven­dre­dis et sa­me­dis soirs va sou­per dans un res­tau­rant de Vau­dreuilDo­rion avant le pre­mier acte. Il va pos­si­ble­ment cou­cher dans la région et prendre un dé­jeu­ner avant de re­mettre le cap vers un autre at­trait d’ici, comme le Mu­sée, la Mai­son Fé­lixLe­clerc, la Ga­le­rie Sé­guin-Poi­rier, le Cir­cuit pa­tri­mo­nial et cultu­rel ra­con­té de Ri­gaud ou la plage de Saint-Zo­tique par exemple.

Il va pas­ser du temps ici et en­cou­ra­ger l’éco­no­mie.

Mais n’al­lez pas me croire. Je ne suis pas un in­ter­ve­nant cultu­rel, ni tou­ris­tique d’ici. Je ne lance que des idées. Ma­rianne Si­gouin-Le­bel, conseillère en dé­ve­lop­pe­ment tou­ris­tique et com­mer­cial au CLD de Vaudreuil-Soulanges abonde. « Ça pren­drait une équipe de pro­mo­tion à temps plein sur le pro­jet. C’est un pro­jet ex­trême, quelque chose de gros. Il fau­drait vi­si­ter les sa­lons et le vendre. »

Ma­rianne le dit. Ça ne se fait pas seul. L’équipe de l’époque au­rait pu de­man­der un coup de main à un or­ga­nisme tou­ris­tique. Mais elle ne l’a pas fait. Main­te­nant en charge du tou­risme dans Vaudreuil-Soulanges, Ma­rianne vend l’idée. Mais elle ne peut vendre le Chapiteau.

Il fau­drait mettre quel­qu’un en place pour abattre ce tra­vail. Et tra­vailler main dans la main avec des in­ter­ve­nants. Ce se­rait bon pour tout le monde.

« Oui, ça peut être viable et ça at­tire les gens. Mais le ti­ming est im­por­tant. Il ne faut pas perdre de temps. » YANICK MICHAUD

DI­REC­TEUR DE L’IN­FOR­MA­TION

PHOTO GUILLAUME DE CHANTAL

JOURNAL HEBDOMADAIRE INDÉPENDANT DE VAUDREUIL-SOULANGES — MERCREDI 26 OCTOBRE 2016 — 61 657 exem­plaires — vol 49 — no 40 — 52 pages

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.