Vaudreuil-Do­rion pour­rait se dé­par­tir du chapiteau Eugene Chaplin

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Trois ans après l’ar­ri­vée du chapiteau Eugene Chaplin pour le 10e Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de cirque de Vaudreuil-Do­rion (FICVD), la Ville pour­rait main­te­nant le vendre. Le conseil mu­ni­ci­pal ne veut plus amor­tir les dé­fi­cits cau­sés par l’ins­tal­la­tion.

Rap­pe­lons briè­ve­ment —MUNICIPALITÉ la chro­no­lo­gie. Le FICVD se por­tait ac­qué­reur en 2014 de la struc­ture qui s’élève à plus de 30 mètres. Cette nou­veau­té mar­quait le coup de la pre­mière dé­cen­nie d’exis­tence du fes­ti­val. La Ville avait en­dos­sé le prêt contrac­té par l’or­ga­nisme sans but lu­cra­tif du FICVD pour l’achat d’en­vi­ron 150 000 $. En bout de ligne, en rai­son de la dis­so­lu­tion de l’or­ga­nisme di­ri­gé à l’époque par Yan­nick Gos­se­lin, la Ville de Vaudreuil-Do­rion a dû rem­bour­ser le prêt. Cette dé­ci­sion ré­cente a aus­si cau­sé un trans­fert de la pleine pro­prié­té du chapiteau Eugene Chaplin à la Ville.

« L’an­née 2016 est la pre­mière où nous avons gé­ré le chapiteau de A à Z. Nous avons dû payer pour la ges­tion du chapiteau et la te­nue du FICVD 273 000 $ de plus que nous avions pré­vu. Dans les deux der­nières an­nées, nous pré­voyions une somme d’en­vi­ron 200 000 $ pour fi­nan­cer les activités qu’or­ga­ni­sait l’or­ga­nisme du FICVD. En 2016 uni­que­ment, la ges­tion, l’en­tre­tien, la cli­ma­ti­sa­tion, l’in­so­no­ri­sa­tion, le mon­tage et le dé­mon­tage du chapiteau ain­si que le fes­ti­val a coû­té à la Ville 473 000 $ », af­firme le maire Guy Pi­lon qui ex­plique que ce constat a lan­cé au sein du conseil mu­ni­ci­pal une large ré­flexion sur l’ave­nir du chapiteau. « Nous ana­ly­sons toutes les ave­nues pos­sibles », ajoute le maire.

CHAPITEAU À VENDRE

L’une des so­lu­tions en­vi­sa­gées est la vente du plus grand des cha­pi­teaux dé­te­nus main­te­nant par la Ville. Les res­pon­sables mu­ni­ci­paux ex­plorent pré­sen­te­ment cette pos­si­bi­li­té. Le maire Guy Pi­lon sou­ligne aus­si qu’il se­rait pos­sible qu’une équipe de pro­mo­tion achète et gère le chapiteau en le conser­vant où il est ac­tuel­le­ment. No­tons que cette for­mule était celle, à toute fin pra­tique, adop­tée par l’an­cien or­ga­nisme de pro­mo­tion qui de­vait rendre viable éco­no­mi­que­ment le chapiteau 8 mois par an­née en y pré­sen­tant di­vers spec­tacles ou en le louant pour cer­taines oc­ca­sions.

LA SUITE DES CHOSES

« Je suis en contact avec Eugene Chaplin et nous sommes ou­verts à trans­fé­rer le grand spec­tacle du FICVD dans une ins­tal­la­tion mu­ni­ci­pale ou sco­laire à dé­faut d’avoir le chapiteau à notre dis­po­si­tion », pour­suit Guy Pi­lon.

Se­lon lui, le pro­ces­sus ac­tuel ne re­lan­ce­ra pas l’idée dé­jà lan­cée par le conseil mu­ni­ci­pal de mu­nir la Ville d’une salle de spec­tacle mul­ti­fonc­tion­nelle.

« Au point de vue per­son­nel, je trouve cette si­tua­tion bien dif­fi­cile mais c’est une dé­ci­sion que la Ville doit prendre puisque le chapiteau est dé­fi­ci­taire dans sa for­mule ac­tuelle », confie Guy Pi­lon.

La po­si­tion de la Ville sur la suite des choses pour­rait se pré­ci­ser pro­chai­ne­ment avec la pré­sen­ta­tion du bud­get en no­vembre.

— C.C.J.

Le so­leil pour­rait bien se cou­cher pour une der­nière fois sur le chapiteau Eugene Chaplin à Vaudreuil-Do­rion. PHOTO

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.