Les en­sei­gnants veulent se faire en­tendre

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Les en­sei­gnants ont te­nu à sou­li­gner au —ÉDU­CA­TION mi­nistre Sé­bas­tien Proulx qu’ils exercent tous les jours leur mé­tier pour la réus­site de leurs élèves et, en ce sens, ils sont les ex­perts en classe.

Ils ont dé­non­cé plu­sieurs si­tua­tions, en com­men­çant par l’in­té­gra­tion mas­sive d’élèves en dif­fi­cul­té dans les classes or­di­naires, maintes fois été dé­criée par les syn­di­cats d’en­sei­gnantes et en­sei­gnants. « Avec une ving­taine ou une tren­taine d’élèves en classe, il est im­pos­sible pour un prof d’uti­li­ser une ap­proche pé­da­go­gique dif­fé­rente pour cha­cun. De plus, l’in­té­gra­tion des élèves en dif­fi­cul­té ne doit pas se faire au dé­tri­ment des autres élèves ni des élèves en dif­fi­cul­té. Elle ne peut pas se faire non plus sans ser­vices de per­son­nels pro­fes­sion­nels ou de sou­tien. Qu’on se le dise : les classes spé­ciales ré­pondent adé­qua­te­ment aux be­soins de cer­tains élèves », af­firme Éric Bé­dard, un re­pré­sen­tant syn­di­cal. Par ailleurs, les sec­teurs de l’édu­ca­tion des adultes et de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle sont sou­vent né­gli­gés, se­lon Be­noît Gi­guère, pré­sident du SES, syn­di­cat vau­dreuil­sou­lan­geois. « Il est temps de faire de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle un vé­ri­table trem­plin pour nos jeunes, en mi­sant sur des di­plômes d’études pro­fes­sion­nelles, un di­plôme vrai­ment qua­li­fiant, et non plus sur des at­tes­ta­tions d’études se­con­daires. La com­mis­sion sco­laire des Trois-Lacs est la seule où l’on forme des gru­tiers. Qu’ad­vien­drait-il de tous ces beaux pro­jets d’in­fra­struc­tures sans ces profs?, sou­ligne-t-il. Il ne faut pas pas­ser sous si­lence le tra­vail des profs de l’édu­ca­tion des adultes qui re­pêchent les ou­bliées et ou­bliés du sys­tème. Celles et ceux qui tentent de fi­nir leur cours du se­con­daire pour amé­lio­rer leur ave­nir. Met­tons fin à l’in­dé­cente pré­ca­ri­té et au sous-fi­nan­ce­ment de ces deux sec­teurs. Of­frons-leur une sta­bi­li­té qui per­met­tra la réus­site édu­ca­tive pour toutes et tous », ré­clame Be­noît Gi­guère.

Ce der­nier se plaît à rê­ver que ses en­fants « ap­pren­dront des connais­sances sur la base d’un socle com­mun, à cha­cune de leurs an­nées de sco­la­ri­sa­tion et que peu im­porte l’école qu’ils fré­quen­te­ront, ils y trou­ve­ront leur compte. Il ne fau­dra plus deux ans pour consta­ter une dif­fi­cul­té ma­jeure et of­frir des ser­vices, voire faire re­dou­bler un élève si né­ces­saire », conclut-il.

— C.C.J.

Des en­sei­gnantes et en­sei­gnants du Syn­di­cat de l’en­sei­gne­ment des Sei­gneu­ries (SES) ont ma­ni­fes­té lun­di de­vant l’Hô­tel Pla­za à Salaberryde-Valleyfield où se te­naient les au­diences des consul­ta­tions ré­gio­nales sur la réus­site édu­ca­tive.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.