C’est l’hi­ver, c’est l’hi­ver, c’est l’hi­ver

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Et si cette se­maine, on —ÉDI­TO­RIAL par­lait de plu­sieurs su­jets va­riés? Ça vous chante?

La neige. Elle est ar­ri­vée vite. Mais elle est belle. Ce qui me fait fris­son­ner avec la neige, c’est d’abord, qu’elle est froide, mais aus­si cette sen­sa­tion qu’elle fige tout. Le temps, les cou­leurs. Tout de­vient mo­no­chrome. D’un seul ton. Puis au dé­but cer­taines la dé­crie, la dé­teste. D’autres, l’adore. C’est le cas de mon our­sonne qui chan­tait à tue­tête dans la voi­ture lun­di ma­tin en di­rec­tion de l’école, bottes neuves aux pieds et étren­nant ses pan­ta­lons de neige. Ça don­nait une cou­leur dif­fé­rente à cette sai­son qui s’amorce.

DRÔLE DE SAI­SON

C’est d’ailleurs ce qui donne de la joie à cette sai­son. Les fêtes qui la ponc­tuent. Une sym­pa­thique col­lègue me fai­sait re­mar­quer que nous ne sommes qu’à un mois de la Na­ti­vi­té. Ça va al­ler vite, vous sau­rez me le dire. Et il y a une foule de choses à faire d’ici là. On va cou­rir, on va ma­ga­si­ner, on va dé­co­rer, cui­si­ner, or­ner le sa­pin, on va chan­ter, mais nous al­lons tous ar­ri­ver en même temps à Noël.

Par­lant d’ar­ri­ver, c’est ce ma­tin que Bryant, notre lu­tin, a fait son re­tour dans le do­mi­cile fa­mi­lial. Il nous ac­com­pagne dans cette pé­riode de sprint de­puis main­te­nant quatre ans. D’une an­née à l’autre, d’une his­toire à l’autre, son aven­ture se bo­ni­fie. Notre re­la­tion avec notre lu­tin aus­si. L’an­née der­nière, notre gen­til far­fa­det s’est pré­sen­té avec son pe­tit frère, Seth. Au grand plai­sir de mes trois loups. Mais cette an­née, l’amour s’en mêle. Il a pré­sen­té sa co­pine, la jo­lie Fi­fy, à nos trois en­fants. Un lu­tin pour cha­cun. Vous au­riez dû en­tendre chan­ter mon our­sonne ce ma­tin quand elle les a vus. De la cou­leur à mes oreilles.

ET TOUT LE MONDE CHANTE Par­lant de mu­sique, de chan­ter et de cou­leurs dans mes oreilles, je fais par­tie de ceux qui aime la mu­sique de Noël.

Je n’en écoute pas en juillet, mais, oui, il m’ar­rive d’en­ton­ner la note en no­vembre.

Et puis? Ça fait quoi? Ça dé­range? T’aimes pas ça, t’en écoute pas. T’aimes pas le ma­ga­sin qui en fait jouer, tu changes de ma­ga­sin. Le choix est vaste. Faut pas te li­mi­ter à quelque chose qui ne te plaît pas. La vie est courte, fais toi plai­sir. C’est ce que je me suis dit. J’aime la mu­sique de Noël. Je me fais plai­sir. Et vous de­vriez en­tendre mon our­sonne chan­ter des chan­sons de Noël. C’est cra­quant.

Bon, si bien que ceux qui n’aiment ni la neige, ni les lu­tins et leur fo­lie, ni la mu­sique de Noël, il fau­drait bien se fixer un ren­dez-vous et al­ler prendre un chocolat chaud à la canne de bon­bon quelque part.

On pour­rait ja­ser et es­sayer de trou­ver quelque chose de po­si­tif dans cette blan­cheur, dans cette fo­lie, dans cette am­biance fes­tive.

Je vous pro­pose d’ame­ner mon our­sonne. Ça pour­rait vous mettre un sou­rire. Ça vous chante?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.