Faire des études su­pé­rieures une réa­li­té

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Il peut être dif­fi­cile pour des pa­rents d’éco­no­mi­ser pour les études su­pé­rieures de leurs en­fants. Les dé­penses de la vie quo­ti­dienne passent tou­jours en pre­mier. Ce­pen­dant, éco­no­mi­ser pour les études des en­fants pour­rait avoir une in­ci­dence ma­jeure sur leur ave­nir.

Après tout, s’ils pour­suivent —ÉDU­CA­TION leurs études après l’école se­con­daire, ils au­ront de bonnes pers­pec­tives d’em­ploi. Le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral offre un mon­tant de 500 $ sous la forme du Bon d’études ca­na­dien aux fa­milles ayant un re­ve­nu mo­deste afin de les ai­der à éco­no­mi­ser pour les études de leurs en­fants. Ce mon­tant est dé­po­sé dans le ré­gime en­re­gis­tré d’épargne-études (REEE) de l’ en­fant. Les pa­rents re­ce­vront le Bon d’études ca­na­dien même s’ils ne versent pas de co­ti­sa­tions per­son­nelles dans le REEE.

Grâce au Bon d’études ca­na­dien, les en­fants ins­crits pour­raient éga­le­ment ob­te­nir un mon­tant sup­plé­men­taire de 100 $ par an­née jus­qu’à l’âge de 15 ans, pour un to­tal de 2 000 $. Si une banque ou une ins­ti­tu­tion fi­nan­cière exige des frais pour l’ou­ver­ture d’un REEE, le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da ver­se­ra un mon­tant sup­plé­men­taire de 25 $ afin de cou­vrir ces frais. De plus, en ou­vrant un REEE dès main­te­nant, les in­té­rêts réa­li­sés sur le mon­tant du Bon conti­nue­ront de s’ac­cu­mu­ler à l’abri de l’im­pôt jus­qu’à ce que les fonds soient rem­bour­sés pour payer les études de l’en­fant dans une école de mé­tiers, un col­lège ou une uni­ver­si­té. Pour faire une de­mande, con­sul­tez le Épargne-études, de com­po­ser le 1-800-OCa­na­da (sans frais) ou le 1-800-926-9105 (ATS), ou de vi­si­ter le Centre Ser­vice Ca­na­da le plus près de chez vous.

— C.C.J.

PHOTOTHÈQUE

Le REEE per­met de faire fruc­ti­fier de l’ar­gent pour pré­voir des études su­pé­rieures.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.