Élec­tions mu­ni­ci­pales : des régles strictes à res­pec­ter

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

C’est le cas du di­rec­teur du Ser­vice —VOTE de greffe et des af­faires ju­ri­diques de Vau­dreuil-Do­rion, Me Jean St-An­toine qui agit d’of­fice comme pré­sident d’élec­tion : « La Loi sur les élec­tions et les ré­fé­ren­dums dans les mu­ni­ci­pa­li­tés pré­voit que ce soit le gref­fier qui agisse à titre de pré­sident d’élec­tion. Ce n’est pas un oui ou un non. C’est la loi. Ain­si, mon seul pa­tron c’est la loi et le seul qui puisse in­ter­ve­nir dans mes dé­ci­sions, c’est le Di­rec­teur gé­né­ral des élec­tions à Qué­bec (DGEQ ) », ex­plique-t-il. Le rôle du pré­sident d’élec­tion consiste à voir, en to­tale au­to­no­mie, au bon dé­rou­le­ment de l’élec­tion, in­cluant la for­ma­tion et la di­rec­tion du per­son­nel élec­to­ral. Per­sonne à la ville ne peut in­ter­ve­nir dans le pro­ces­sus élec­to­ral. Ni le di­rec­teur gé­né­ral, et en­core moins le maire. « Peu im­porte ce que les gens pensent ou disent, nous sommes liés par les dis­po­si­tions de la Loi et il est de notre de­voir de les ap­pli­quer de ma­nière im­par­tiale. », ex­plique-t-il, ap­puyé par son col­lègue, le tré­so­rier et di­rec­teur des fi­nances de la Ville, Mar­co Pi­lon. Ce der­nier agit comme tré­so­rier d’élec­tions. Son rôle consiste à ap­pli­quer, sous l’au­to­ri­té du DGEQ , le cha­pitre XIII de la Loi re­la­tive aux au­to­ri­sa­tions et fi­nan­ce­ment des par­tis po­li­tiques et des can­di­dats in­dé­pen­dants. « Quand j’ai ap­pris qu’il y avait une per­sonne qui avait an­non­cé sa vo­lon­té de po­ser sa can­di­da­ture, j’ai fait mon tra­vail et je lui ai en­voyé une cor­res­pon­dance de cour­toi­sie. Lui in­di­quant les règles à suivre pour po­ser sa can­di­da­ture et al­ler de l’avant. Parce qu’il faut sa­voir que c’est très com­plexe et qu’il y a beau­coup de règles à suivre. J’es­saie d’in­for­mer les gens pour qu’ils n’aient pas de pro­blèmes », dit Mar­co Pi­lon.

Alors que les élec­tions mu­ni­ci­pales se tien­dront en no­vembre 2017, des res­pon­sables sont dé­jà aux aguets afin de pré­pa­rer ce scru­tin.

UNE AU­TO­RI­SA­TION À OB­TE­NIR

Pour tous can­di­dats, il faut ob­te­nir l’au­to­ri­sa­tion du DGEQ avant de dé­pen­ser et de col­lec­ter des fonds. Et à par­tir de là, il faut sa­voir qu’il y a une li­mite à ne pas dé­pas­ser en ma­tière de dé­penses élec­to­rales. « Les can­di­dats doivent être au cou­rant et c’est notre tra­vail de leur faire sa­voir. Nous sommes neutres et n’avons que les in­té­rêts de la Ville en tête », in­diquent les deux hommes qui pré­voient tra­vailler de longues heures sur la pré­pa­ra­tion du vote et en­gran­ger des dé­penses de 300 000 $ pour Vau­dreuil-Do­rion qui doit dé­frayer les coûts de ses élec­tions.

GUILLAUME DE CHAN­TAL PHO­TO

Mar­co Pi­lon et Jea nS t-An­toine sont dé­jà sur un pied d’alerte en vue des élec­tion sp our les­quelles ils doivent res­pec­ter de nom­breuse srè­gl es, tout comme es can­di­dats.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.