Une com­mu­nau­té der­rière l’École Fran­çois-Per­rot

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Le 6 dé­cembre, des ac­teurs de dif­fé­rents mi­lieux étaient réunis à l’École Fran­çois-Per­rot. Bien qu’ils soient is­sus de dif­fé­rents do­maines, ils par­tagent une vi­sion com­mune : l’im­por­tance fon­da­men­tale d’as­su­rer aux en­fants l’ac­cès à de la nour­ri­ture. Pour leur implication, l’équipe de l’école sou­hai­tait les re­mer­cier.

L’École Fran­çoisPer­rot —COM­MU­NAU­TAIRE est une école pri­maire de L’Île-Per­rot où se cô­toient au quo­ti­dien de jeunes éco­liers pro­ve­nant de mi­lieux bien dif­fé­rents.

Côte à côte en classe ou à la ca­fé­té­ria se re­trouvent des en­fants de mi­lieux fa­vo­ri­sés, des en­fants nou­vel­le­ment éta­blis au Ca­na­da et des en­fants vi­vant en si­tua­tion de pré­ca­ri­té ali­men­taire, ar­ri­vant en classe le ventre vide.

De­vant cette réa­li­té, l’équipe de l’École pri­maire Fran­çois-Per­rot a mis sur pied le Club des dî­neurs, il y a quelques an­nées. Grâce aux dons re­çus par dif­fé­rents groupes, l’école peut dé­sor­mais of­frir des re­pas gra­tuits aux en­fants is­sus de mi­lieux dé­fa­vo­ri­sés.

Ain­si, entre 40 et 60 élèves re­çoivent, de 2 à 4 fois par se­maine, un re­pas com­plet et gra­tuit au dî­ner.

LE­VER SON CHA­PEAU

Le 6 dé­cembre, la di­rec­tion de l’école a convié les dif­fé­rents donateurs qui sou­tiennent le pro­gramme des dî­neurs à une ren­contre, dans le but de les re­mer­cier de leur implication.

Des re­pré­sen­tants de groupes com­mu­nau­taires, des di­rec­teurs de fon­da­tions et d’en­tre­prises pri­vées, des élus et des ci­toyens en­ga­gés, entre autres, étaient pré­sents pour ré­ité­rer leur sup­port à la cause. La di­rec­trice de l’école, Line Proulx, a d’ailleurs pro­fi­té de l’oc­ca­sion pour ex­pli­quer aux donateurs l’im­pact réel de leur en­ga­ge­ment. « Lors­qu’un élève mange à sa faim, il est plus concen­tré et ou­vert aux ap­pren­tis­sages. Il est plus épa­noui et ar­rive en classe avec le sou­rire. Il s’ab­sente moins sou­vent pour cause de ma­la­die, et les pa­rents en sont très re­con­nais­sants », ex­plique-t-elle.

Fière de pou­voir ré­pondre à ce be­soin fon­da­men­tal de ses élèves, la di­rec­trice a te­nu à mettre en lu­mière l’implication des gens pré­sents. « Mer­ci in­fi­ni­ment pour votre ap­pui. Sans vous, ce pro­gramme n’exis­te­rait pas. Con­ti­nuez à nous ai­der, car on le fait tous pour les en­fants », a-t-elle lais­sé sa­voir.

« En contri­buant au Club des dî­neurs, nous sou­hai­tons of­frir à la pro­chaine gé­né­ra­tion l’op­por­tu­ni­té d’amé­lio­rer sa qua­li­té de vie. C’est la phi­lo­so­phie de Mon­sieur Luc Mau­rice de s’im­pli­quer dans la com­mu­nau­té, et il s’agit là d’une cause très louable. »

AI­DER LA RE­LÈVE

Im­pli­qué de­puis long­temps au­près du Club des dî­neurs, le maire Marc Roy a ex­pri­mé une pen­sée qui est cer­tai­ne­ment par­ta­gée par plu­sieurs donateurs. « Ça fait chaud au coeur d’en­tendre les membres de l’équipe de l’École Fran­çois-Per­rot par­ler des im­pacts po­si­tifs et concrets qui sont ob­ser­vés quo­ti­dien­ne­ment grâce à ce pro­gramme. On est en 2016, on ne pense pas qu’il peut y avoir des en­fants qui ne mangent pas, mais c’est le cas. Et c’est la rai­son de notre sou­tien : les en­fants c’est notre fu­tur », a-t-il dit.

- GARRY MCKEOWN, DI­REC­TEUR - RÉ­SI­DENCE LILO (GROUPE MAU­RICE),

L’ÎLE-PER­ROT

PHO­TO GUILLAUME DE CHAN­TAL

Les dif­fé­rents ac­teur sdel a com­mu­nau­té qui sou­tien­nen tl e Club de sd îneurs de l’École Fran­çois-Per­rot on té cou­té la di­rec­tric eé nu­mé­rer les im­pact sp osi­tif sd el eur en­ga­ge­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.