L’An­cho­rage, l’un des lieux les plus han­tés au Ca­na­da

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

C’est bien connu que, dans la ré­gion, la Mai­son Trest­ler à Vaudreuil-Do­rion, et la Mai­son McDon­nel-William­son à che­val entre Chute-à-Blon­deau et Pointe-For­tune, se­raient vi­si­tées ré­gu­liè­re­ment par des spectres.

L’his­toire dit que le pro­prié­taire —PARANORMAL Jean-Jo­seph Trest­ler au­rait déshé­ri­té sa fille suite au fait qu’elle soit tom­bée amou­reuse d’un simple com­mis, ce que n’ap­prou­vait pas du tout son père. Bien qu’elle l’ait pour­sui­vi et ga­gné sa cause, on dit que son fan­tôme han­te­rait la mai­son, pro­vo­quant des phé­no­mènes pa­ra­nor­maux de­puis des dé­cen­nies. « Lors de notre vi­site, nous avions cap­té des co­gne­ments à notre de­mande », dé­crit Pa­trick Sa­bou­rin, co­fon­da­teur de APPA Paranormal. À un cer­tain mo­ment, j’ai re­ti­ré une brique et l’ai re­mise et à ce mo­ment, nous avons en­ten­du une voix qui di­sait « hide ». C’était ef­fec­ti­ve­ment un en­droit où mon­sieur Trest­ler ca­chait des do­cu­ments im­por­tants. De plus, des odeurs de ci­ga­rettes et de pipes étaient per­cep­tibles du­rant la nuit dans le fu­moir. Nous en­ten­dions des poi­gnées de porte bou­ger comme si quel­qu’un ten­tait d’en­trer. Nous avons aus­si cap­té des bruits de pas du­rant notre en­re­gis­tre­ment. Ce­la a été une belle en­quête », rap­pelle l’en­quê­teur. Des drames au­raient éga­le­ment mar­qué la mai­son his­to­rique de Poin­teFor­tune au 19e siècle

Ré­cem­ment, on ap­pre­nait que l’Au­berge Willow à Hud­son avait été ven­due. Ce que bien peu de gens savent, c’est que le bâ­ti­ment cen­te­naire si­tué en face, le Pa­villon An­cho­rage, s’avèrent l’un des lieux les plus han­tés du Ca­na­da.

Dé­jà qu’une an­cienne ser­vante nom­mée Maude, dé­cé­dée dans les an­nées 1830 après avoir été mal­trai­tée par des ha­bi­tants de ce qui était au­pa­ra­vant une ré­si­dence, han­te­rait l’Au­berge Willow. Une ser­vante au­rait été as­sas­si­née et en­ter­rée dans le sous-sol de cette au­berge. De­puis, on té­moigne de phé­no­mènes pa­ra­nor­maux dans la chambre nu­mé­ro 8, no­tam­ment des ob­jets qui s’em­pilent mys­té­rieu­se­ment de­vant la porte de la chambre.

Mais il sem­ble­rait, aux dires des En­quê­teurs en Phé­no­mènes Pa­ra­nor­maux in­ex­pli­qués (EPPI) qu’à L’An­cho­rage, ce se­rait bien pire. « Il y a plu­sieurs en­ti­tés dans le sous-sol de l’An­cho­rage, men­tionne Gil­bert Bé­lan­ger, fon­da­teur et en­quê­teur prin­ci­pale de E-P-P-I. Ce der­nier n’aime pas le qua­li­fi­ca­tif de chas­seurs de fan­tômes. « Ce­la fait un peu trop lou­foque », lance Gil­bert Bé­lan­ger qui aime mieux la dé­no­mi­na­tion d’en­quê­teur du paranormal.

Le fon­da­teur de EPPI se pro­met bien de re­ve­nir dans Vaudreuil-Soulanges au cours de l’an­née 2017 et no­tam­ment faire une vi­site à la Mai­son Trest­ler.

STÉ­PHANE FORTIER

Le Pa­villon An­cho­rage, un des lieux les plus han­tés au Ca­na­da.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.