Cas­ser du sucre sur le dos de la neige

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Ce n’est pas tant un —ÉDI­TO­RIAL se­cret que l’hi­ver n’est pas ma sai­son pré­fé­rée.

En fait ce qu’on fait avec l’hi­ver, c’est qu’on ap­prend à l’ap­pri­voi­ser. Ma grande fille me di­sait lun­di soir au re­tour de son en­traî­ne­ment de na­ta­tion qu’elle ai­mait bien l’hi­ver.

« Avec l’hi­ver, tu peux t’ajus­ter! » Quoi?

Elle m’ex­plique que l’hi­ver, si tu as froid, tu peux mettre un man­teau et c’est moins pire. Mais que l’été, tu peux pas en­le­ver plus de vê­te­ments pour avoir moins chaud.

C’est un peu com­pli­qué, mais c’est lo­gique ce qu’elle dit ma Tor­pille.

En plus, l’hi­ver, il n’y a pas de ma­rin­gouins. Et tu peux quand même faire de la na­ta­tion, du bar­be­cue. Il n’y a rien que tu fais l’été que tu ne peux pas faire en hi­ver.

Je lui ai ré­pon­du que de pel­le­ter plus ou moins huit tonnes de neige un lun­di ma­tin avant d’al­ler tra­vailler, tu ne fais pas ça l’été non plus.

Elle n’a pas nié.

LES COWBOYS

Et tu ne vois pas non plus, l’été, les opé­ra­teurs de char­rues, af­fec­tés au dé­blaie­ment des routes, en­trer à vive al­lure dans un quar­tier ré­si­den­tiel, comme si c’était une course.

Je sais, j’en ai dé­jà par­lé, mais ils font par­tie des gens qui me font le plus ré­agir. Et je sais aus­si qu’il y a des choses plus im­por­tantes dans la vie, mais par­fois, j’au­rais le goût de leur dire deux ou trois mots.

Et sur­tout, j’ajou­te­rai à ce mo­ment-ci qu’il ne faut pas gé­né­ra­li­ser. Loin de là. Et j’ima­gine même que la ma­jo­ri­té sont bien cor­rects, conscien­cieux et cour­tois. Mais ce sont par­fois les plus ef­fron­tés que l’on re­marque, dont on parle, et qui font mauvaise ré­pu­ta­tion.

À ces der­niers, je dis, ra­len­tis tes ar­deurs, tu vas fi­nir par faire une gaffe.

ET LES JEUX

Et il y a les Jeux. Ça j’aime ça. D’ailleurs, ils ar­rivent à grands pas les Jeux du Qué­bec. Ils se­ront à Al­ma cette année. À la fin de ce mois-ci même. On y se­ra avec plai­sir en­core une fois pour ad­mi­rer ces jeunes ath­lètes en ac­tion. Des plon­geurs, des joueurs de ho­ckey, de badminton, des pon­gistes, des gym­nastes, des joueuses de ho­ckey et de rin­guette, et plu­sieurs autres en­core. C’est tou­jours une joie de voir sur les vi­sages de ces spor­tifs la joie de la vic­toire, la sa­tis­fac­tion de l’effort, le sou­rire de l’ac­com­plis­se­ment.

Et ça, hi­ver ou pas, j’adore.

UN JOUEUR QUE J’AD­MIRE

Et l’hi­ver, c’est aus­si le ho­ckey. Avec mon loup qui sai­sit de plus en plus le sys­tème de jeu. Avec ses co­équi­piers Pi­rates, il s’amuse.

Gagne ou perd, il ap­prend à al­ler de l’avant. Il passe, il lance, par­fois, il compte, mais sur­tout, il a du plai­sir. Et j’en ai au­tant que lui à as­sis­ter à ses per­for­mances dans les es­trades.

Bra­vo mon at­ta­quant pré­fé­ré.

Sans ou­blier l’our­sonne qui patine mieux que moi. Ils ap­prennent vite à cet âge là.

Vous de­vriez la voir, les pa­tins qui filent, le sou­rire aux lèvres. Juste de la voir sou­rire, c’est un plus. Une cer­taine vic­toire. Une belle sa­tis­fac­tion.

ET LES FEUX

Sa­me­di der­nier, nous nous sommes dé­pla­cés en fa­mille pour ad­mi­rer le spec­tacle et les feux au parc de la Mai­son-Va­lois.

Quelle belle soi­rée ce fut. Pas trop froide, sauf si on de­meu­rait trop im­mo­bile. Mais on a dan­sé, on a man­gé des gui­mauves grillées et on s’en est mis plein les yeux avec les feux d’ar­ti­fice. Après, à la mai­son, on a mis des py­ja­mas chauds, on s’est col­lés et on s’est dit qu’on s’ai­mait bien.

Une belle soi­rée. Une soi­rée d’hi­ver.

FI­NA­LE­MENT C’EST PAS SI PIRE Je re­garde ça, il n’y a pas que du mau­vais à l’hi­ver.

Même que les cho­co­lats chauds, les dou­dous de loup, les feux de foyer, les spas quand la neige tombe, les bon­hommes de neige et les forts construits som­mai­re­ment sont amu­sants. Je pense que je de­vrais mettre de la neige dans mon vin et ac­cep­ter que c’est un pas­sage obli­gé.

En réa­li­té c’est vrai qu’il y a pire dans la vie. Bonne sai­son.

YANICK MI­CHAUD

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.