Le maire Jean-Yves Poi­rier apaise les... in­quié­tudes

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Ce qui de­vait s’avé­rer une as­sem­blée plu­tôt hou­leuse s’est fi­na­le­ment trans­for­mé en un long fleuve plu­tôt tran­quille, le 13 fé­vrier der­nier, alors que la Ville de Saint-Po­ly­carpe te­nait sa séance pu­blique du conseil mu­ni­ci­pal men­suel.

C’est que la longue liste de —MU­NI­CI­PAL rè­gle­ments d’em­prunt pro­po­sée lors du dé­pôt du der­nier bud­get, afin de concré­ti­ser un en­semble de pro­jets, a eu l’heur de dé­plaire à plu­sieurs ci­toyens, les­quels étaient ve­nus ma­ni­fes­ter leur mé­con­ten­te­ment en cette veille de la Saint-Va­len­tin. On parle ici de pro­jets pou­vant to­ta­li­ser une somme gra­vi­tant au­tour de 11 mil­lions. Sans men­tion­ner que les Po­ly­car­piens s’étaient pré­sen­tés le cou­teau entre les dents, di­sons que, comme le maire Jean-Yves Poi­rier l’a plu­tôt dé­crit, ils étaient ve­nus avec quelques in­quié­tudes. Le maire a ra­pi­de­ment apai­sé la grogne avant même que la séance ne com­mence.

D’en­trée de jeu, Jean-Yves Poi­rier a mis carte sur table. « Il n’est pas ques­tion de re­cu­ler, mais j’ar­rête néan­moins le pro­ces­sus ac­tuel qui sème l’in­quié­tude. Je veux que les ci­toyens soient à l’aise avec nos dé­ci­sions. Je vote donc contre ces rè­gle­ments d’em­prunt dans leur forme ac­tuelle », a déclaré le maire de SaintPo­ly­carpe.

D’ailleurs, quatre de ces rè­gle­ments, qui in­dis­po­saient plu­sieurs ci­toyens, étaient ins­crits à l’ordre du jour de la séance. On parle d’em­prunts pour un achat d’un ca­mion in­cen­die au mon­tant de 585 000$, de ce­lui de 3 670 613 $ pour la construc­tion d’un bâ­ti­ment re­grou­pant la ca­serne d’in­cen­die et le ga­rage mu­ni­ci­pal, d’un autre em­prunt de 3 285 883 $ pour la mise à ni­veau des bu­reaux ad­mi­nis­tra­tifs et d’un rè­gle­ment pour un em­prunt de 3 622 510 $ pour des in­fra­struc­tures mu­ni­ci­pales. Lorsque le maire a pro­po­sé ces rè­gle­ments, au­cun conseiller ne les a ap­puyés. Une mise à mort dans les règles. Le maire a tou­te­fois rap­pe­lé que tous ces rè­gle­ments d’em­prunt avaient été pro­po­sés à la po­pu­la­tion. Les gens pou­vaient donc s’y op­po­ser et si­gner le re­gistre afin de les sou­mettre à un ré­fé­ren­dum. Pour cha­cun des rè­gle­ments d’em­prunt, le nombre re­quis de si­gna­tures, n’avait pas été at­teint.

LE MAIRE S’EX­PLIQUE

Lors­qu’est ve­nu le temps de pa­role ac­cor­dé aux élus, le maire Jean-Yves Poi­rier y est al­lé d’un long plai­doyer de non culpa­bi­li­té. « Comme il se doit, nous avons pré­sen­té les pires scé­na­rios. Moi le pre­mier, j’ai trou­vé les prix de­man­dés pour la réa­li­sa­tion de ces pro­jets par trop dé­me­su­rés. Ce sont des coûts que des pro­fes­sion­nels pro­posent, firmes d’in­gé­nie­rie ou autre. Mais il faut bien conve­nir que des in­ves­tis­se­ments sont né­ces­saires. Le ca­mion in­cen­die a dé­pas­sé sa du­rée de vie utile, l’hô­tel de ville a be­soins de ré­no­va­tions ma­jeures afin de ré­pondre aux normes pourne nom­mer que ces exemples », a in­di­qué le maire. « Tous ces in­ves­tis­se­ments­sont sus­cep­tibles d’être éli­gibles à des sub­ven­tions. Nous vous re­vien­drons avec d’autres pro­po­si­tions », a jus­ti­fié le pre­mier ci­toyen.

PHO­TO STÉ­PHANE FOR­TIER

Le maire de Saint-Po­ly­carpe, Jean-Yves Poi­rier, a re­mis en ques­tions les rè­gle­ments d’em­prunts pro­po­sés en dé­cembre der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.