Des ar­ticles du projet de loi 122 mettent en pé­ril les mé­dias écrits

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Les porte-pa­roles de la —MÉ­DIAS

Coalition se­ront en­ten­dus en Com­mis­sion par­le­men­taire plus tard au­jourd’hui pour ex­pri­mer leur point de vue et pour dé­po­ser un mé­moire por­tant sur la si­tua­tion de la presse écrite.

Le pré­sident de Groupe Ca­pi­tales Mé­dias et co-porte-pa­role de la Coalition, Claude Ga­gnon, a dé­cla­ré : « À une époque où la po­pu­la­tion s’at­tend à une trans­pa­rence com­plète de la part des ad­mi­nis­tra­tions pu­bliques, les jour­naux jouent un rôle de pre­mier plan. Les avis pu­blics des mu­ni­ci­pa­li­tés font par­tie des ou­tils à la dis­po­si­tion des ci­toyens pour sa­voir com­ment sont gé­rés leurs taxes et im­pôts. Tout ce qui rend les avis pu­blics moins fa­ciles à consul­ter est une en­trave à la trans­pa­rence et à la dé­mo­cra­tie. Les par­le­men­taires doivent re­ti­rer les ar­ticles 51 et 90 du projet de loi 122. »

SOURCE DE REVENUS ESSENTIELLE Le di­rec­teur du De­voir et co-porte-pa­role de la Coalition, Brian Myles, s’est dé­cla­ré éton­né de l’in­ten­tion du gou­ver­ne­ment de re­ti­rer cette source de revenus essentielle pour les jour­naux du Qué­bec : « Les mu­ni­ci­pa­li­tés du Qué­bec dé­pensent plus de 18 mil­liards de dol­lars par an­née si on ad­di­tionne leurs bud­gets. Les avis pu­blics re­pré­sentent un coût d’en­vi­ron 10 mil­lions de dol­lars pour celles-ci, donc en­vi­ron 0,05 % des dé­penses des mu­ni­ci­pa­li­tés. Dans le contexte ac­tuel des mé­dias, il se­rait ir­res­pon­sable de mettre en pé­ril la sur­vie de cer­tains jour­naux pour une somme aus­si peu si­gni­fi­ca­tive pour les mu­ni­ci­pa­li­tés, mais essentielle pour la sur­vie de nos jour­naux. Par ailleurs, nous es­ti­mons qu’au moins une cen­taine d’em­plois de qua­li­té se­ront per­dus si le gou­ver­ne­ment met en ap­pli­ca­tion cette por­tion du projet de loi 122 », a dé­cla­ré Brian Myles.

Be­noit Char­tier, le pré­sident d’Heb­dos Qué­bec, qui re­groupe 31 heb­dos in­dé­pen­dants, a te­nu à rap­pe­ler que de nom­breuses pu­bli­ca­tions ont fer­mé leurs portes et que celles en exis­tence ont ré­duit les ef­fec­tifs de leurs salles de ré­dac­tion suite à la baisse des re­cettes pu­bli­ci­taires et face à l’em­prise des géants amé­ri­cains dans le do­maine de la pu­bli­ci­té nu­mé­rique. « Le droit du pu­blic à l’in­for­ma­tion est car­ré­ment me­na­cé par ce projet de loi et il s’agit du pire mo­ment pour nous re­ti­rer

Réa­gis­sant au projet de loi 122, la Coalition pour la pé­ren­ni­té de la presse d’in­for­ma­tion au Qué­bec (« la Coalition ») s’in­quiète pour l’ave­nir de la presse et de la dé­mo­cra­tie et elle de­mande au gou­ver­ne­ment du Qué­bec de main­te­nir l’obli­ga­tion pour les mu­ni­ci­pa­li­tés de pu­blier leurs avis pu­blics dans les jour­naux pa­pier.

Il est pos­sible de té­lé­char­ger le mé­moire au : www.coa­li­tion­de­la

presse.que­bec

une source de revenus essentielle », se­lon Be­noit Char­tier.

À PRO­POS DE LA COALITION

La Coalition pour la pé­ren­ni­té de la presse d’in­for­ma­tion au Qué­bec est for­mée du journal Le De­voir, du Groupe Ca­pi­tales Mé­dias, d’Heb­dos Qué­bec, de la Que­bec Com­mu­ni­ty News­pa­pers As­so­cia­tion (QCNA) et de TC Trans­con­ti­nen­tal. Elle re­groupe 178 jour­naux qui in­forment chaque se­maine 6,5 mil­lions de Qué­bé­cois, soit plus de 80 % de la po­pu­la­tion.

PHO­TO YA­NICK MI­CHAUD

Les avis pu­blics des mu­ni­ci­pa­li­tés re­pré­sentent en­core à ce jour un ou­til de trans­pa­rence qui per­met aux ci­toyens de les consul­ter ai­sé­ment dans le journal.

PHO­TO VIVA MÉDIA

Le site In­ter­net de la coalition per­met de té­lé­char­ger le mé­moire qui se­ra re­mis plus tard au­jourd’hui en Com­mis­sion par­le­men­taire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.