Un bel exemple d’es­prit spor­tif

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

J’ai ai­mé voir la scène. —ÉDITORIAL

Elle émane d’un évé­ne­ment mal­heu­reux, mais elle est de­ve­nue une gran­diose sé­quence d’ami­tié, d’es­prit spor­tif, de bon­té et d’al­truisme.

Ça se passe, vous l’au­rez de­vi­né, aux Jeux du Qué­bec. Pen­dant la fi­nale du tour­noi de rin­guette.

L’équipe du Sud-Ouest af­fronte pour l’or, celle de Laval.

On sent la ri­va­li­té pen­dant le match. Les filles jouent pour re­par­tir avec la mé­daille do­rée au cou.

Mais dans les es­trades, un pa­pa me ra­conte que la for­ma­tion la­val­loise a per­du une de ses joueuses de ma­nière tra­gique en dé­cembre. Un dé­cès sur­ve­nu trop ra­pi­de­ment dans la vie. Les joueuses de la Rive-Nord de Mon­tréal jouent avec pas­sion, avec émo­tion. Celles du Sud-Ouest font de même. Parce qu’elles sont au cou­rant des cir­cons­tances. Parce qu’elles connaissent l’his­toire et que le temps des Jeux, les deux équipes ont tis­sé des liens. Les joueuses, les en­traî­neurs, les pa­rents, sont de­ve­nus des amis.

On a ser­ré des mains, fait des ca­lins, on a so­cia­li­sé.

Et lorsque le sort s’est joué, en pro­lon­ga­tion, et que les filles du Sud-Ouest ont réus­si à glis­ser l’an­neau dans le fi­let ad­verse, d’un tir pré­cis, tout le monde s’est ré­joui.

La fi­nale était ter­mi­née, tout le monde avait bien joué et au­cune fille n’a été bles­sée. Certes, il y a eu un flot­te­ment d’une ou deux mi­nutes au cours des­quelles les filles de Laval ont été tristes d’échap­per l’or. Mais, elles ont en­suite re­le­vé la tête, se sont dites fières d’avoir joué avec ar­deur en mé­moire de leur co­équi­pière dé­cé­dée et dans un geste des plus écla­tant qu’il m’ait été don­né de voir dans le sport, elles sont ve­nues faire des étreintes aux joueuses du Sud-Ouest, à proxi­mi­té du but.

Les deux équipes cé­lé­braient le sport. Elles cé­lé­braient la vie.

Les pa­rents du Sud-Ouest ont scan­dé avec vi­gueur : Laval! Laval! Laval!

Les pa­rents de Laval ont sa­lué, de l’autre cô­té de l’aré­na.

C’est à ce mo­ment que j’ai es­suyé une larme au coin de l’oeil. Ma­gni­fique.

RE­MISE DES MÉ­DAILLES

Et ce n’est pas tout.

Pen­dant la cé­ré­mo­nie de re­mise des mé­dailles, les joueuses des trois équipes ayant eu ac­cès au po­dium se sont ser­ré la main et fait des étreintes à de mul­tiples re­prises.

Lors­qu’une fille de Ri­che­lieu-Ya­mas­ka re­ce­vait sa mé­daille de bronze, une fille de Laval et une fille du Sud-Ouest se ren­daient au centre de la glace pour la fé­li­ci­ter. Et ain­si de suite, jus­qu’à ce que chaque fille ait sa mé­daille au­tour du cou.

Par­lez-moi d’un es­prit de ca­ma­ra­de­rie. Un exemple à suivre par bien d’autres dis­ci­plines qui au­raient des croûtes à man­ger en ma­tière de ci­visme et d’es­prit spor­tif.

Oui, fi­na­le­ment, j’aime bien la rin­guette.

YA­NICK MI­CHAUD

PHO­TO JEUX DU QUÉ­BEC

Les équipes de rin­guette ont fait montre d’un ma­gni­fique es­prit spor­tif lors de la re­mise des mé­dailles cette fin de se­maine à Al­ma.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.