Course prin­ta­nière pour ai­der Joanie

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

L’an­née der­nière, la pre­mière édi­tion de la course CèdRose aux Cèdres a été cou­ron­née de suc­cès. La course re­vient pour une deuxième édi­tion, le 13 mai.

Plus de 761 cou­reurs —COM­MU­NAU­TÉ avaient par­ti­ci­pé à cette course prin­ta­nière, en 2016, per­met­tant d’amas­ser des fonds pour ré­no­ver la mai­son et of­frir une chambre à la pe­tite Rose Le Bou­thil­lier. Les or­ga­ni­sa­teurs avaient amas­sé 9667 $ avec la course et 3262 $ avec une cam­pagne de fi­nan­ce­ment en ligne. Par­cou­rant le pay­sage des Cèdres, la course CèdRose est un évé­ne­ment fa­mi­lial, mais en­ca­dré et or­ga­ni­sé comme une course pro­fes­sion­nelle. La beau­té de cet évé­ne­ment spor­tif est son vo­let com­mu­nau­taire. Cette fois-ci, les cou­reurs qui s’ins­cri­ront au 1 km, 2 km, 5 km, 10 km et 21 km ai­de­ront une autre Cé­drelle, Joanie Lalonde. « La course va tou­jours s’ap­pe­ler CédRose. Dans le fond, Rose passe le flam­beau à une pe­tite amie aux Cèdres, Joanie, qui pour­ra pro­fi­ter de la col­lecte de fonds. La course sert à des fa­milles qui ont des be­soins. Ça peut être pour de la construc­tion, pour du ré­pit, du gar­dien­nage ou pour l’amé­lio­ra­tion des soins. Cette an­née, c’est pour ai­der Joanie, qui ha­bite Les Cèdres », ex­plique Anne-Ma­rie Dé­ziel, co­or­don­na­trice à la vie cultu­relle de la Mu­ni­ci­pa­li­té des Cèdres, qui donne un coup de main pour la lo­gis­tique et l’or­ga­ni­sa­tion, car la Mu­ni­ci­pa­li­té est par­te­naire prin­ci­pal de l’évé­ne­ment. La pre­mière course com­men­ce­ra à 9 h au parc Va­lade, lieu où toutes les courses se ter­mi­ne­ront au cours de la jour­née et où les fes­ti­vi­tés d’après course au­ront lieu avec la re­mise des mé­dailles, de l’animation et des kiosques d’ex­po­sants. CèdRose est l’ac­ti­vi­té de clô­ture du Dé­fi Santé de la Mu­ni­ci­pa­li­té, qui y par­ti­cipe pour la qua­trième an­née. D’ailleurs, les ci­toyens sont in­vi­tés à s’ins­crire au Dé­fi Santé avant le 30 mars, sur le site In­ter­net www.de­fi­sante.ca.

« On se donne comme dé­fi en fa­mille de faire la course que cela soit 1, 2, 5, 10 ou 21 km. C’est vrai­ment une course fa­mi­liale. On peut cou­rir avec nos en­fants. On peut cou­rir avec nos fa­milles. Même si c’est juste 1 km, ce n’est pas grave. Il y a aus­si le Iron Ma­ma, qui est un par­cours de 5 km pour les cou­reurs avec des bé­bés dans une pous­sette », ajoute Anne-Ma­rie Dé­ziel, rap­pe­lant que les cou­reurs peuvent se rendre à l’hô­tel de ville pour s’ins­crire.

PE­TIT RAYON DE SO­LEIL

Dès la nais­sance de Joanie, ses pa­rents Alain et Mar­tine ont été in­for­més que leur fille était at­teinte du Syn­drome de WolfHir­schorn, une ma­la­die chro­mo­so­mique tou­chant 1 nais­sance sur 50 000. Âgée de 24 ans, l’aî­née de trois en­fants vit avec ses pa­rents ain­si que son frère Pierre-Luc et sa soeur Pau­la. Joanie n’est pas au­to­nome, elle ne parle pas, n’a au­cune no­tion du temps, au­cune orien­ta­tion, elle est in­con­ti­nente, elle ne peut pas mar­cher de longue dis­tance, elle a une com­mu­ni­ca­tion in­ter au­ri­cu­laire (CIA) et un épais­sis­se­ment des pa­rois du coeur. Elle a l’âge men­tal d’un en­fant de 36 mois environ. En plus, elle a le syn­drome de Ray­naud, ce qui veut dire que ses mains et ses pieds sont conti­nuel­le­ment bleu­tés par manque de cir­cu­la­tion.

Joanie est le pe­tit rayon de so­leil de sa fa­mille. Elle est tou­jours sou­riante. Elle

adore la musique et aime dan­ser. Me­su­rant 48 pouces et pe­sant 60 lb, Joanie a be­soin d’être sur­veillée et ai­dée tout au long de la jour­née. Dès son ré­veil, ses pa­rents sont sol­li­ci­tés pour sa rou­tine du ma­tin. Le jour, elle fré­quente le par­rai­nage ci­vique. Puis le soir, c’est la re­prise de la rou­tine : re­pas, bain, pré­pa­ra­tion au do­do. Le quo­ti­dien de la fa­mille Lalonde de­mande beaucoup de pa­tience, et ce, 24 h sur 24.

« La ma­man de Joanie est édu­ca­trice à l’école Mar­gue­rite-Bour­geoys aux Cèdres. De bouche à oreille, on a pris connais­sance de Joanie. On l’a ren­con­trée en dé­cembre avec sa ma­man. Joanie est ma­gni­fique, elle marche et aime beaucoup les choses de Caillou. Avec son diag­nos­tic, elle s’était fait dire qu’elle ne mar­che­rait ja­mais, mais sa ma­man a pris plu­sieurs an­nées de congé et, main­te­nant, Joanie marche. Joanie était pré­sente à la pre­mière édi­tion de la course. Elle avait mar­ché le 1 km pour Rose. La fa­mille était dé­jà au cou­rant de la course et était prête à em­bar­quer avec nous cette an­née », confirme Car­la La­brosse, or­ga­ni­sa­trice de la course avec Sté­phane St-Ge­lais.

La Course de CèdRose per­met­tra d’of­frir à Joanie Lalonde un sé­jour à un camp spé­cia­li­sé pour ses be­soins, où elle pour­ra se faire de nou­veaux amis et vivre de belles ex­pé­riences. Les or­ga­ni­sa­teurs n’ont pas d’ob­jec­tif fi­nan­cier pré­cis, ils ai­me­raient seule­ment voir le nombre de cou­reurs at­teindre le 1000. En pa­ral­lèle de la course, une cam­pagne de fi­nan­ce­ment en ligne est éga­le­ment lan­cée pour ai­der Joanie et sa fa­mille.

Pour s’ins­crire ou ob­te­nir plus de ren­sei­gne­ments : www.ce­drose.org.

— CA­RO­LINE BONIN

PHO­TO CÈDROSE

L’an­née der­nière Joanie avait mar­ché le 1 km pour ai­der Rose. Cette an­née, c’est à elle que les par­ti­ci­pants pen­se­ront lors de leur course.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.