Je dé­core mon co­co

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

La dé­co­ra­tion des oeufs de Pâques est un art —FÊTE pra­ti­qué dans plu­sieurs pays du monde. Il n’est pas éton­nant que cette ac­ti­vi­té soit si po­pu­laire, parce que dé­co­rer les oeufs de Pâques est l’une des ac­ti­vi­tés fa­mi­liales les plus amu­santes en cette pé­riode de l’an­née. Les Qué­bé­cois pra­tiquent aus­si cette tra­di­tion de­puis fort long­temps.

COU­LEURS

Tout d’abord, il y a la for­mule tra­di­tion­nelle. On réunit les en­fants au­tour d’une table pour une séance de créa­tion où la gouache et les feutres se dé­clinent en plu­sieurs cou­leurs. Attention! Il faut faire preuve de doig­té pour ne pas cas­ser les co­quilles. Les es­prits créa­tifs vou­dront sans doute aller plus loin. À par­tir d’ali­ments, comme les bet­te­raves et les pe­lures d’oi­gnon, il est pos­sible de teindre les oeufs. Nul be­soin de pro­duits toxiques, quelques chau­drons et un peu d’eau chaude suf­fisent. TEX­TURES

Trans­for­mer les oeufs en per­son­nages a éga­le­ment beau­coup de charme. Une co­quille vide peut ra­pi­de­ment de­ve­nir un pe­tit pous­sin. Il suf­fit de dé­cou­per un bec et deux petites pattes dans un mor­ceau de car­ton orange puis de les col­ler sur notre créa­tion. On peut aus­si ajou­ter quelques plumes.

OEUF GÉANT

Le projet ul­time consiste à fa­bri­quer un oeuf de Pâques géant. Pour ce­la, on achète un bal­lon de grande di­men­sion. Lors­qu’on le gonfle, il doit conser­ver une forme ovale. Puis on uti­lise un mé­lange de fa­rine et d’eau pour col­ler trois à quatre couches de pa­pier jour­nal sur le bal­lon. On sus­pend en­suite le bal­lon pen­dant 12 heures avant de le dé­co­rer en ajou­tant des cou­leurs. Une fois cette étape ter­mi­née, il ne reste plus qu’à cou­per l’ex­tré­mi­té su­pé­rieure de l’oeuf pour y in­sé­rer des bon­bons.

PHOTOTHÈQUE

La dé­co­ra­tion des oeufs de Pâques est un art pra­ti­qué dans plu­sieurs pays du monde.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.