Saint-La­zare dé­fend son car­re­four gi­ra­toire

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

D’abord, con­cer­nant d’autres car­re­fours —MU­NI­CI­PAL gi­ra­toires qui, se­lon Paul Bra­bant, le ci­toyen en ques­tion, pour­raient être amé­na­gés, la Ville ré­torque que « la route de la Ci­té-des-Jeunes en une pro­vin­ciale et que la Ville n’a donc pas de ju­ri­dic­tion sur les routes pro­vin­ciales et ne peut donc rien y amé­na­ger.

Par ailleurs, la Ville pré­cise que le feu de cir­cu­la­tion à l’angle de la route de la Ci­té-des-Jeunes a été ins­tal­lé par le MTQ en 2003 et, en 2011, à la suite de nou­veaux pro­blèmes de cir­cu­la­tion, la Ville a de­man­dé un élar­gis­se­ment des voies, pour per­mettre le vi­rage des vé­hi­cules à gauche sur le feu vert. De plus, se­lon une étude ef­fec­tuée par WSP en 2016, le dé­bit jour­na­lier (comp­tage) à cette in­ter­sec­tion est entre 13 000 et 14 000 vé­hi­cules par jour.

AF­FLUENCE

Le ci­toyen af­firme que, se­lon une étude da­tant d’oc­tobre 2014, il y avait seule­ment 187 vé­hi­cules qui pas­saient sur la rueBé­dard­dans­les­deux­sen­sentre6­het18­he­tau­jourd’hui, en2017,ilen­passe191au­cours­de­la­mê­me­pé­riode.LaVille deSaint-La­za­re­ré­tor­queque,se­lo­nu­neé­tu­deef­fec­tuée­par WSP en 2016, les dé­bits de comp­tage sur l’ave­nue Bé­dard en AM à cette in­ter­sec­tion est de 1180 vé­hi­cules à l’heure (au nord de Saint-Louis) et 720 vé­hi­cules à l’heure (au sud deSaint-Louis).Et­les­dé­bits­de­comp­ta­ge­surl’ave­nueBé­dard en PM à cette in­ter­sec­tion est de 1090 vé­hi­cules à l’heure (au nord de Saint-Louis) et 920 vé­hi­cules à l’heure (au sud de Saint-Louis). Quant aux dé­bits de comp­tage sur l’ave­nue Bé­dard à cette in­ter­sec­tion, elle est de 7 900 vé­hi­cules par jour (au sud de Saint-Louis) et 12 000 vé­hi­cules par jour (es­ti­mée) au nord de Saint-Louis.

Le ci­toyen pré­cise que, sur Ci­té-des-Jeunes dans les deux sens, on par­lait de 385 vé­hi­cules entre 6 h et 18 h en 2014 et 402 vé­hi­cules au­jourd’hui. Il y a donc plus de vé­hi­cules sur Ci­té-des-Jeunes que sur Bé­dard af­fir­mait Paul Bra­bant qui avait aus­si me­su­ré le temps que durent les feux de cir­cu­la­tion sur Ci­té-des-Jeunes et sur Bé­dard et il en res­sor­tait que les feux de cir­cu­la­tion re­pré­sentent une so­lu­tion moins coû­teuse. In­cluant les coûts supplémentaires (et les ex­tras), le car­re­four gi­ra­toire pour­rait coû­ter 3 M$, se­lon Paul Bra­bant. La Ville re­vient avec une étude ef­fec­tuée par WSP en 2016 en af­fir­mant que les dé­bits de comp­tage sur Ci­té-des-Jeunes en AM entre Saint-Louis et Sain­teAn­gé­lique est de 1020 vé­hi­cules à l’heure et les dé­bits de comp­tage sur Ci­té-des-Jeunes en PM entre SaintLouis et Sainte-An­gé­lique est de 1370 vé­hi­cules à l’heure sans ou­blier que les dé­bits du MTQ sur Ci­té-des-Jeunes entre Saint-Louis et Sainte-An­gé­lique de 13 000 vé­hi­cules par jour.

Le der­nier ar­ticle sur le car­re­four gi­ra­toire, une opinion d’un ci­toyen, a vi­ve­ment fait ré­agir la Ville de Saint-La­zare.

PLUS CHER, MOINS CHER

Pour Paul Bra­bant, un feu de cir­cu­la­tion sus­pen­du coû­te­rait en­vi­ron 350 000 $. Pour lui, amé­na­ger un car­re­four gi­ra­toire veut aus­si dire un prix à payer en ma­tière d’en­vi­ron­ne­ment. Il s’éton­nait que Ro­bert Gri­mau­do, qui avait fait de l’en­vi­ron­ne­ment l’une de ses prio­ri­tés, fasse la pro­mo­tion d’un tel pro­jet.

D’abord, pour l’op­tion du feu de cir­cu­la­tion, elle n’amé­liore pas sub­stan­tiel­le­ment le temps d’at­tente à cause du manque d’es­pace pour le vi­rage à gauche. Il s’agit d’une so­lu­tion à court terme et d’un re­port du pro­blème dans le temps. Elle im­plique éga­le­ment une in­jec­tion d’ar­gent sup­plé­men­taire in­évi­table et n’offre au­cun es­pace pour amé­na­ger un pas­sage sé­cu­ri­taire pour les pié­tons, les éco­liers et les cy­clistes. En plus, elle re­pré­sente un vi­rage dif­fi­cile pour la ma­chi­ne­rie agri­cole des fer­miers du sec­teur Saint-Louis et les équi­pe­ments lourds de la Sa­blière Che­vrier (un droit ac­quis de­puis plus de 50 ans). En ma­tière d’en­vi­ron­ne­ment, les tra­vaux d’amé­na­ge­ment dans les rives du cours d’eau sont ré­gis par le mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment du­rable, de l’En­vi­ron­ne­ment et de la Lutte contre les chan­ge­ments cli­ma­tiques et le cours d’eau est pro­té­gé par la Loi. Pour la Ville de Saint-La­zare, le car­re­four est la so­lu­tion la plus verte. Lamarche au ra­len­ti de plus de 10 000 vé­hi­cules par jour est très né­faste pour l’en­vi­ron­ne­ment. La Ville pré­cise que le sec­teur des trans­ports est res­pon­sable de 38 % des émis­sions de GES au Qué­bec, ce qui en fait le prin­ci­pal res­pon­sable des chan­ge­ments cli­ma­tiques. Les voi­tures pro­duisent des gaz pol­luants comme le mo­noxyde de car­bone (CO), le di­oxyde de car­bone (CO2) et les oxydes d’azote (NO). Chaque litre d’es­sence brû­lé pro­duit 2,4 kg de CO2 dans l’at­mo­sphère.

STÉ­PHANE FOR­TIER

PHOTOTHÈQUE

L’op­tion du car­re­four gi­ra­toire angle Saint-Louis et Bé­dard à Saint-La­zare, porte à con­tro­verse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.