Est-il temps de re­faire le toit?

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

La sai­son des ré­no­va­tions —HA­BI­TA­TION do­mi­ci­liaires est ar­ri­vée, et le prin­temps est le meilleur mo­ment pour se po­ser les quatre ques­tions vous per­met­tant d’éva­luer l’état de votre toit.

1. Est-ce que le toit coule? C’est peut-être un signe évident, mais une fuite ne si­gni­fie pas né­ces­sai­re­ment que vous de­vez re­faire le toit. Les fuites peuvent être cau­sées par un problème qui n’a rien à voir avec l’état des bar­deaux. Il suf­fit qu’un so­lin d’étan­chéi­té au­tour d’un mur, un puits de lumière ou un évent de faîte soit dé­fec­tueux pour que vous re­mar­quiez une fuite, sans que ce­la ne re­mette en cause l’ef­fi­ca­ci­té de votre toit. Si vos bar­deaux semblent plats, propres et pra­ti­que­ment neufs, de­man­dez sim­ple­ment à un maître-cou­vreur at­ten­tif d’iso­ler le problème et de le ré­gler. 2. Est-ce que les bar­deaux « frisent »? Ce­la si­gni­fie qu’il faut rem­pla­cer les bar­deaux, et c’est vers la fin du prin­temps qu’il fau­drait le faire. La tem­pé­ra­ture étant en­core fraîche, les bar­deaux sont as­sez durs pour que l’on puisse mar­cher des­sus sans dom­mages, et le temps chaud ar­ri­ve­ra as­sez ra­pi­de­ment pour scel­ler cor­rec­te­ment les bar­deaux entre eux. Si la plu­part des bar­deaux semblent en bon état et ne frisent qu’à quelques en­droits, et si vous ne re­mar­quez au­cune fuite, il n’est pas urgent de les rem­pla­cer.

3. Est-ce que des « choses » poussent sur votre toit? La mousse, le li­chen et la moi­sis­sure ap­pa­rais­sant sur des bar­deaux d’as­phalte sont des signes in­quié­tants, mais ce­la ne si­gni­fie pas né­ces­sai­re­ment que les bar­deaux sont fi­nis. La mousse et le li­chen rac­cour­cissent la du­rée de vie des bar­deaux, mais on peut les éli­mi­ner à l’aide d’une brosse. Pour en pré­ve­nir l’ap­pa­ri­tion, on peut ins­tal­ler des bandes de zinc le long du der­nier rang de bar­deaux. Le zinc de­vra dé­pas­ser la ran­gée de bar­deaux de quelques cen­ti­mètres.

4. Est-ce que le vent ar­rache les bar­deaux? Le problème est grave. Mais son de­gré de gra­vi­té dé­pend de la mem­brane de sous-toi­ture qui été ins­tal­lée à l’ori­gine. Cette mem­brane vous gar­de­ra peut-être au sec pen­dant un cer­tain temps, mais peut-être pas. Il vau­drait mieux prendre contact avec un maître-cou­vreur fiable dans les plus brefs dé­lais.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.