La pluie nuit aus­si aux pro­duc­teurs

L'Etoile - - LA UNE -

Quand la terre est — AGRI­CUL­TURE im­bi­bée d’eau comme c’est le cas ac­tuel­le­ment, il est im­pos­sible pour les pro­duc­teurs agri­coles tant les pro­duc­teurs de lait que les pro­duc­teurs de maïs et de soya de pro­cé­der aux se­mailles. « Les pluies abon­dantes vont cer­tai­ne­ment nuire si l’eau prend trop de temps à se re­ti­rer. En temps nor­mal, la pé­riode des se­mis dé­bute le 25 avril pour se ter­mi­ner aux alen­tours du 10 mai. Avec des terres aus­si hu­mides, on parle d’un re­tard si­gni­fi­ca­tif et re­tard veut aus­si dire une perte de ren­de­ment », ex­plique Louis-Ma­rie Leduc, pré­sident de l’union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) de Vau­dreuilSou­langes. Et ce­la re­tarde toutes les cultures, sans dis­tinc­tion », dit-il.

Si des mu­ni­ci­pa­li­tés comme Ri­gaud en ont as­sez des abon­dantes quan­ti­tés de pluie tom­bées au cours des der­nières se­maines, les pro­duc­teurs agri­coles sont aus­si ul­cé­rés par les condi­tions de la mé­téo.

TANT QU’IL FE­RA FRAIS

La terre est hu­mide, il n’y a pas de so­leil, de cha­leur et donc, elle ne peut s’as­sé­cher. « S’il ar­rête de pleu­voir, c’est une chose, mais il faut qu’il y ait un peu de cha­leur si­non, ce­la va sé­cher beau­coup plus len­te­ment.

Le pré­sident de l’UPA lo­cal sou­haite que les pre­miers jours de l’été soient plus clé­ments. « Si juin est plus chaud et hu­mide, ce­la va com­pen­ser un peu, mais le mal se­ra fait et il y au­ra du re­tard tout de même.

AU­CUN PRO­DUC­TEUR

N’EST ÉPAR­GNÉ

Pour Mi­chel Proulx, pro­duc­teur lai­tier aux Cèdres, il se­rait dou­teux que les se­mis se fassent cette se­maine, et ce, même s’il n’y avait pas de pluie. « Plus les se­mis sont re­tar­dés, plus les cultures se­ront d’au­tant en re­tard », fait re­mar­quer Mi­chel Proulx. Et ce n’est pas tant les foins, mais toutes les cé­réales pour nour­rir les ani­maux qui posent pro­blème », di­til. Aux Cèdres, les pro­duc­teurs agri­coles n’ont pas les pro­blèmes de Ri­gaud ou de Pointe-For­tune avec des terres inon­dées, mais elles sont en­core trop hu­mides pour les se­mailles. « Jus­qu’à pré­sent, ce n’est pas une ca­tas­trophe, mais il ne fau­drait pas que ce­la se pro­longe trop long­temps », pré­vient Mi­chel Proulx. Comme son col­lègue Louis-Ma­rie Leduc, il sou­haite du temps plus clé­ment au cours des pro­chaines se­maines. « Mais ce­la prend un équi­libre. Du temps chaud et en­so­leillé oui, mais avec des pé­riodes de pluie », sou­haite-t-il.

STÉ­PHANE FOR­TIER

PHO­TO STÉ­PHANE FOR­TIER

Les pluies abon­dantes des der­niers jours ont inon­dé plu­sieurs terres agri­coles, ce qui, pour cer­tains, en­traî­ne­ra des re­tards dans les se­mis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.