Fê­ter avec Alex Nevs­ky

L'Etoile - - DIVERTISSEMENT -

Mais s’agit-il d’un adepte —SPEC­TACLES de cirque? « Le cirque, c’est beau­coup as­so­cié à l’en­fance. C’est comme s’il y avait une cou­pure à l’âge adulte », dé­plore l’au­teur­com­po­si­teur-in­ter­prète, pré­ci­sant que les pa­rents re­trouvent cet émer­veille­ment avec leurs propres en­fants. Même jeune tren­te­naire, Alex ap­pré­cie les prouesses des ar­tistes de cirque, dont ceux des 7 doigts de la main, avec qui il a eu la chance de par­ta­ger la scène l’été der­nier à Ot­ta­wa. « Je trouve ça hal­lu­ci­nant leur force phy­sique, leur tech­nique, leur adresse », sou­ligne-t-il. Et étant ar­tiste, il com­prend bien le temps qu’exige la maî­trise d’un art. « Quand je les re­garde, je ne suis pas juste sub­ju­gué par le mo­ment, je suis tout le temps en train de pen­ser à quel point ils tra­vaillent tel­le­ment fort ces gens-là. » Et le spec­tacle d’Alex Nevs­ky, ayant lieu le 23 juin sur la scène prin­ci­pale, s’avère l’en­droit par ex­cel­lente où sou­li­gner la fête des Qué­bé­cois. De nom­breux ci­toyens se join­dront à lui en cette soi­rée fes­tive. D’ailleurs, le chan­teur garde d’ex­cel­lents sou­ve­nirs de la Fête na­tio­nale. Même s’il ad­met que ses anec­dotes ne sont pas ra­con­tables, Alex confie tou­te­fois qu’il a par­ti­cu­liè­re­ment ai­mé fê­ter sur les plaines d’Abra­ham à Qué­bec. Ado­les­cent, il s’agis­sait de sa pre­mière vi­rée en voi­ture avec des amis. À l’époque, par­tir de Gran­by à 10 h le soir pour ar­ri­ver à Qué­bec à 1 h du ma­tin ne po­sait au­cun pro­blème, et sem­blait tout à fait lo­gique. Le par­ty se ter­mi­nait pour les fa­milles, mais com­men­çait pour les jeunes. « Il y avait vrai­ment un sen­ti­ment de li­ber­té et de fra­ter­ni­té », se sou­vient-il.

Dans un mois, il se­ra ici, à Vaudreuil-Do­rion pour cé­lé­brer la Saint-Jean-Bap­tiste. En ef­fet, Alex Nevs­ky fait par­tie de la pro­gram­ma­tion du Fes­ti­val de cirque.

UN SPEC­TACLE ADAP­TÉ

Ain­si, le spec­tacle d’Alex Nevs­ky à Vaudreuil-Do­rion en se­ra un à la fois qué­bé­cois et fes­tif. Bien qu’il pré­sen­te­ra ma­jo­ri­tai­re­ment ses propres com­po­si­tions, il n’hé­si­te­ra pas à in­clure deux ou trois re­prises, his­toire de faire plai­sir à la foule. D’ailleurs, l’ar­tiste vient de re­prendre Quand on aime on a toujours 20 ans sur l’al­bum de Mi­chel Ro­bi­doux, pa­ru en mars der­nier. « Je trouve que c’est un beau clas­sique à re­faire alors ça, je vais es­sayer de l’in­té­grer », ex­plique le chan­teur, pré­ci­sant qu’il n’of­fri­ra pas son spec­tacle ha­bi­tuel à son pas­sage à Vaudreuil-Do­rion.

LA VOIX DE NEVS­KY

À l’au­tomne, Alex Nevs­ky re­pren­dra son rôle de coach à La Voix ju­nior. Comment compte-t-il at­ti­rer les can­di­dats? « En­core une fois avec des bon­bons, des cho­co­lats, c’est ma tech­nique », lance-t-il à la blague. Sans sur­prise, l’au­teur en­tend plu­tôt res­ter lui-même. « Être vrai, être hon­nête, c’est ce qui fait que j’ai eu du fun. J’ai pas es­sayé d’ai­der des gens que je ne croyais pas être ca­pable d’ai­der. Quand je me re­tourne, c’est parce qu’ils me font vrai­ment tri­per et je res­sens vrai­ment quelque chose quand je les en­tends. »

— MYRIAM DELISLE

PHO­TO MYRIAM DELISLE

Le spec­tacle d’Alex Nevs­ky au­ra lieu à la scène prin­ci­pale le 23 juin, après les feux d’ar­ti­fice.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.