Les évêques du dio­cèse ont fait son his­toire

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Aux dires de l’ab­bé —PA­TRI­MOINE

An­dré La­fleur, co­or­don­na­teur de l’ac­tion pas­to­rale dio­cé­saine à Val­ley­field, l’his­toire du dio­cèse en est une d’amour et de foi. En fait, les huit évêques qui se sont suc­cé­dé de­puis la fon­da­tion en avril 1892 ont été ceux qui au­ront mar­qué de l’his­toire. Il faut sa­voir qu’avant l’ap­pa­ri­tion du dio­cèse, les pa­roisses de la ré­gion étaient sous l’égide de Mon­tréal et, avant ce­la, de Qué­bec.

RÔLE MAR­QUANT

De fait, si chaque évêque a été dif­fé­rent dans sa fa­çon d’ad­mi­nis­trer, ils ont tous lais­sé leur marque, un hé­ri­tage pour l’Église de la ré­gion. Pour un, le pre­mier, Mgr Jo­seph-Mé­dar Émard, qui a été évêque de 1892 à 1923 avait tout un dé­fi à re­le­ver. « Il avait tout à bâ­tir et il était un homme de son temps. Il y avait dé­jà 35 pa­roisses ici et 6 nou­velles se sont ajou­tées au cours des 30 ans où il a eu la res­pon­sa­bi­li­té du dio­cèse, en plus des nom­breuses com­mu­nau­tés re­li­gieuses qui se sont im­plan­tées ici, ra­conte l’ab­bé La­fleur, qui rap­pelle la fon­da­tion du sé­mi­naire de Val­ley­field sous son égide. Il a don­né un es­sor à l’édu­ca­tion », di­ra An­dré La­fleur qui ajoute que l’as­pect vo­ca­tion­nel était aus­si im­por­tant pour Mgr Émard. L’Église est très flo­ris­sante à l’époque et Mgr Émard a vou­lu re­don­ner l’am­pleur de l’Église de ja­dis avec toute son ef­fer­ves­cence. Au ni­veau so­cial, Val­ley­field a vu naître l’hô­pi­tal grâce aux soeurs de la Pro­vi­dence.

Ce­lui qui lui a suc­cé­dé est un père Do­mi­ni­cain, Ray­mond-Ma­rie Rou­leau. S’il n’a été évêque que trois ans, une pa­roisse a été fon­dée et le couvent des Do­mi­ni­caines a fait son ap­pa­ri­tion en 1925.

MGR LAN­GLOIS

Ar­ri­vé en 1926, Mgr Jo­seph Al­fred Lan­glois a mar­qué consi­dé­ra­ble­ment l’his­toire du dio­cèse étant en poste pen­dant 40 ans soit de 1926 à 1966. « Mo­ra­liste, Mgr Lan­glois avait un sens très pa­ter­nel. L’Ac­tion ca­tho­lique était im­por­tante pour lui. Il va fon­der le jour­nal dio­cé­sain pour en­sei­gner la doc­trine so­ciale de l’église. Il croit beau­coup au rayon­ne­ment des com­mu­nau­tés re­li­gieuses », dé­crit l’ab­bé La­fleur qui le consi­dère comme étant un grand ora­teur et un homme d’une grande dé­vo­tion. Sa grande peine? L’in­cen­die qui a ra­va­gé la ca­thé­drale en juin 1933. « Mais il a vou­lu re­cons­truire im­mé­dia­te­ment après en lui don­nant une cer­taine res­sem­blance avec Sainte-Anne-de-Beau­pré. Dès 1935, le car­di­nal Ville­neuve ve­nait la bé­nir. Pas moins de 20 nou­velles pa­roisses et deux des­sertes sont ap­pa­rues au cours de ces 40 an­nées sans ou­blier la ve­nue de 7 nou­velles com­mu­nau­tés re­li­gieuses. Mgr Per­ci­val Ca­za n’a été évêque du dio­cèse que trois ans (1966-1969). Il a par­ti­ci­pé au concile Va­ti­can II et était un grand ami du car­di­nal Lé­ger. « Il était avant-gar­diste. Il a fait la pro­mo­tion du laï­cat. Avant lui, on as­sis­tait à une messe. Main­te­nant, on par­ti­cipe à la messe. C’était une époque où l’Église com­men­çait à vivre un dé­clin », ré­vèle An­dré La­fleur. C’est sous l’ad­mi­nis­tra­tion de Mgr Ca­za que l’on comp­tait le plus de prêtres dans le dio­cèse soit 163.

De 1969 à 1975, por­té sur l’as­pect so­cial, Mgr Guy Bélanger a pris les com­mandes dans une époque de conso­li­da­tion. « Il était très proche des jeunes. D’ailleurs, son tes­ta­ment pré­voyait que des jeunes le mettent en terre », di­ra l’ab­bé La­fleur à son su­jet. Son suc­ces­seur, Mgr Ro­bert Le­bel, a été l’ad­mi­nis­tra­teur du dio­cèse pen­dant 24 ans soit de 1976 à 2000. « Il était un ex­cellent pré­di­ca­teur et proche des gens. Il a fait la pro­mo­tion de la femme dans l’Église. Pour lui, il était im­por­tant de pro­fi­ter de leur ta­lent. Homme de lettres, il est par­ti parce que, ren­du à son âge, 75 ans, un évêque doit don­ner sa dé­mis­sion », re­late An­dré La­fleur, la ré­fé­rence en his­toire pour le dio­cèse.

Les plus jeunes se sou­vien­dront de Mgr Luc Cyr qui au­ra été évêque de 2000 à 2011. « Pour lui, le sta­tu quo n’était plus pos­sible et les pa­roisses ont su­bi un im­por­tant ré­amé­na­ge­ment. Ain­si, de 63 pa­roisses, on est pas­sé à 25 pa­roisses. Il fal­lait s’unir pour ne pas mou­rir et plu­sieurs pa­roisses ont été fu­sion­nées », se sou­vient l’ab­bé. Avec des prio­ri­tés mises sur la fa­mille, et la com­mu­nau­té hu­maine, il a bâ­ti avec pas­sion et a ap­por­té du bon. Mgr Cyr a vé­cu, comme Mgr Lan­glois

Sous le thème « Hé­ri­tage, Pré­sence,

Es­pé­rance » que le dio­cèse de Val­ley­field

fête, cette an­née, son 125e an­ni­ver­saire.

avant lui, une grande épreuve avec l’in­cen­die de la ca­thé­drale en sep­tembre 2002. Ce­lui qui est évêque de­puis 2012, Noël Si­mard, lui aus­si garde le fo­cus sur la fa­mille et sur la per­sonne hu­maine. Ac­tuel­le­ment, le dio­cèse est en pleine cam­pagne de fi­nan­ce­ment, pour la ré­fec­tion des clo­chers, no­tam­ment. « Nous avons dé­jà bé­né­fi­cié de la gé­né­ro­si­té des gens. Juste pour les clo­chers, on parle d’un coût to­tal de 4 M$. Nous avons en­core be­soin de 2 M$ pour ter­mi­ner la ré­fec­tion, » de conclure An­dré La­fleur.

— STÉ­PHANE FORTIER

FORTIER PHO­TO STÉ­PHANE

La ca­thé­drale telle qu’on la connaît au­jourd’hui, pré­sen­te­ment en ré­fec­tion.

PHO­TO­THÈQUE

L’in­cen­die de la ca­thé­drale en 1933 a ébran­lé Mgr Lan­glois qui s’est vite re­trous­sé les manches.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.