Bonne nou­velle pour les au­to­mo­bi­listes

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Les 7 et 8 oc­tobre, l’ac­cès à Ter­ras­seVau­dreuil était fer­mé en rai­son de tra­vaux sur la voie fer­rée. De­puis di­manche soir, les au­to­mo­bi­listes peuvent en­fin em­prun­ter la 3e Ave­nue sans s’in­quié­ter pour leur vé­hi­cule.

Tra­ver­ser le che­min —TRANS­PORT de fer s’avé­rait une aven­ture pé­rilleuse pour plu­sieurs au­to­mo­bi­listes de­puis trois ou quatre ans. Jean-Pierre Bra­zeau, conseiller à la mu­ni­ci­pa­li­té de Ter­rasse-Vaudreuil, s’était don­né comme mis­sion de convaincre le CP (Ca­na­dian Pa­ci­fic) de l’ur­gence de la si­tua­tion.

Ré­cem­ment, un grave ac­ci­dent a été évi­té de jus­tesse. En ra­len­tis­sant pour ré­duire les ef­fets des bosses cau­sées par les voies fer­rées, un vé­hi­cule a for­cé deux au­to­bus à s’im­mo­bi­li­ser entre les deux che­mins de fer. « Si ça avait été un au­to­bus sco­laire, il se se­rait fait frap­per », sou­ligne mon­sieur Bra­zeau, fort de ses an­nées d’ex­pé­rience comme opé­ra­teur de trains. Les lec­teurs ré­si­dant à Hud­son peuvent trou­ver leur exem­plaire du jour­nal aux

en­droits sui­vants :

UNE IMAGE VAUT

1000 MOTS

Une image cap­tée par le train ce jour-là a été pré­sen­tée à un di­ri­geant de CP, Ron Pat­ton, qui a ra­pi­de­ment fait de cet en­droit une prio­ri­té. Plu­sieurs pas­sages à ni­veau né­ces­sitent des tra­vaux, des amé­lio­ra­tions, mais Ter­rasse-Vaudreuil, ayant dé­jà été vic­time d’une tra­gé­die, de­meu­rait un pas­sage dan­ge­reux. En se re­mé­mo­rant le drame qui a se­coué la ré­gion, le di­ri­geant a ima­gi­né ses pe­tits-en­fants, pié­gés à l’in­té­rieur d’un au­to­bus sco­laire à cet en­droit et a vou­lu en­rayer tout risque à cet en­droit.

Sous la su­per­vi­sion d’An­tho­ny Blank­son, les tra­vaux de ré­pa­ra­tion ont été ef­fec­tuée ra­pi­de­ment et ef­fi­ca­ce­ment. Sa­me­di, l’équipe était sur place à 7 h et a quit­té seule­ment que vers 22 h. Le len­de­main, les au­to­mo­bi­listes ont pu circuler sur les plaques de bé­ton dès 16 h.

Au lieu d’uti­li­ser de l’as­phalte, des plaques de bé­ton ont été dé­po­sées puis vis­sées, ce qui as­sure une meilleure du­ra­bi­li­té. Se­lon Jean-Pierre Bra­zeau, les nou­velles ins­tal­la­tion de­vraient du­rer entre 20 et 25 ans, contrairement à l’as­phalte qui au­rait dû être rem­pla­cée après 5 ans. De plus, c’est ce qui a été ut­li­sé sur le bou­le­vard de la Gare à Vaudreuil-Do­rion, et pour mon­sieur Bra­zeau, il s’agit d’un ex­cellent exemple de ce que de­vrait être un pas­sage à ni­veau en ma­tière de confort. Le Ca­na­dian Pa­ci­fic a donc pris la dé­ci­sion d’in­ves­tir près de 300 000$ pour sé­cu­ri­ser le pas­sage à ni­veau. De plus, ni la mu­ni­ci­pa­li­té ni les dé­pu­tés n’ont eu à contri­buer fi­nan­ciè­re­ment.

MY­RIAM DE­LISLE

PHOTOTHÈQUE

An­tho­ny Blank­so ne tJ ean-Pierr eB ra­zeau, fier sd ec on­tri­buer à la sé­cu­ri­té des­ci toyens.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.