Aide in­suf­fi­sante pour ré­pondre aux de­mandes

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

« On a —AGRES­SIONS SEXUELLES es­sayé de contac­ter d’autres CALACS pour sa­voir si elles avaient eu vent de comment ça al­lait être dis­tri­bué, mais per­sonne n’est au cou­rant. Tout le monde se pose la ques­tion de comment ça se­ra dis­tri­bué. C’est sup­po­sé d’être une me­sure d’ur­gence pour pa­lier à l’aug­men­ta­tion des de­mandes, mais ad­met­tons que ce n’est pas très urgent comme fa­çon d’y ré­pondre», af­firme Ka­rine Ga­gné du CALACS La Vi­gie, qui n’est pas surprise que ce­la soit long. Quatre em­ployés font leur pos­sible pour ré­pondre aux ap­pels à l’aide, mais étant don­né la si­tua­tion fi­nan­cière de l’or­ga­nisme elles ne peuvent pas faire plus d’heures et l’or­ga­nisme ne peut pas en­ga­ger d’autres in­ter­ve­nantes pour lui don­ner un coup de main. « On a de plus en plus d’ap­pels. On gère ça comment : dif­fi­ci­le­ment. On doit es­sayer de ré­pondre à la de­mande à la me­sure de notre ca­pa­ci­té. On est seule­ment quatre in­ter­ve­nantes pour cou­vrir les trois MRC Beau­har­noisSa­la­ber­ry, Haut-St-Laurent et Vau­dreuilSou­langes», de confir­mer Ka­rine Ga­gné, avouant que la liste d’attente s’al­longe.

AIDE À LA MIS­SION GLO­BALE

Avant même la vague de dé­non­cia­tions, le CALACS La Vi­gie avait dé­jà un manque à ga­gner. L’or­ga­nisme avait par­ti­ci­pé à la ma­ni­fes­ta­tion à l’As­sem­blée na­tio­nale, le 27 sep­tembre, or­ga­ni­sée par le mou­ve­ment En­ga­gez-vous pour le com­mu­nau­taire. Le re­grou­pe­ment re­ven­dique une aug­men­ta­tion du fi­nan­ce­ment des or­ga­nismes com­mu­nau­taires, et ce, à la mis­sion glo­bale.

« Le gou­ver­ne­ment fi­nance à la mis­sion glo­bale, un mon­tant qui est ré­cur­rent et in­suf­fi­sant par rap­port à ce qu’on a comme be­soin. Le be­soin qu’on a c’est un re­haus­se­ment à la mis­sion glo­bale pour ré­pondre à notre mis­sion de base, qui est sur les trois vo­lets soit la mis­sion de base, mais aus­si en pré­ven­tion. L’un ne va pas sans l’autre. Si l’on ne fait pas de pré­ven­tion, le pro­blème va tou­jours res­ter. Il faut lut­ter, aus­si, pour ap­por­ter des chan­ge­ments tant au ni­veau so­cial que ju­ri­dique », sou­ligne Ka­rine Ga­gné, pré­ci­sant que la si­tua­tion est la même pour la ma­jo­ri­té des or­ga­nismes com­mu­nau­taires.

Le 25 oc­tobre, le CALACS La Vi­gie a re­çu un cour­riel l’in­for­mant que le gou­ver­ne­ment a re­fu­sé le consen­te­ment à la mo­tion de la dé­pu­tée et porte-pa­role de l’op­po­si­tion en ma­tière de Condi­tion fé­mi­nine, Catherine Four­nier. La mo­tion de­man­dait que « le gou­ver­ne­ment s’en­gage à ré­pondre par des me­sures concrètes à la vague de dé­non­cia­tions de vio­lence à ca­rac­tère sexuel sans pré­cé­dent qui dé­ferle sur l’en­semble du Qué­bec ». La mo­tion sou­hai­tait que l’As­sem­blée na­tio­nale « re­con­naisse le sous-fi­nan­ce­ment des or­ga­nismes comme les CALACS, CAVAC et nom­breux autres jouant un rôle es­sen­tiel dans l’ac­cueil, le sou­tien et l’ac­com­pa­gne­ment des vic­times d’harcèlement ou d’agres­sion sexuelle. Et qu’elle de­mande au gou­ver­ne­ment de pro­cé­der à une hausse si­gni­fi­ca­tive de leur fi­nan­ce­ment à la mis­sion ». FI­NAN­CE­MENT

Les ci­toyens pour­raient ai­der le CALACS La Vi­gie en lui fai­sant des dons. « On est vrai­ment à dé­ve­lop­per, cette an­née, notre vo­let au­to­fi­nan­ce­ment. Le gou­ver­ne­ment nous de­mande aus­si qu’on aille cher­cher notre fi­nan­ce­ment ailleurs que chez lui », ex­plique Ka­rine Ga­gné. Les gens sou­hai­tant faire un don peuvent contac­ter l’or­ga­nisme au 450 371-4222 ou lui en­voyer un chèque au C.P. 22, Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field (Qué­bec), J6S 4V5.

RÉ­AC­TIONS DE LA MI­NISTRE

VI­VA mé­dia s’est en­tre­te­nu avec Lu­cie Char­le­bois, mi­nistre dé­lé­guée à la Ré­adap­ta­tion, à la Pro­tec­tion de la jeu­nesse, à la San­té pu­blique et aux Saines ha­bi­tudes de vie ain­si que mi­nistre res­pon­sable de la ré­gion de la Mon­té­ré­gie con­cer­nant ces re­ven­di­ca­tions du CALACS La Vi­gie.

La Mi­nistre a te­nu, d’abord, à re­mer­cier l’or­ga­nisme pour le tra­vail qu’il fait au­près des vic­times d’agres­sions à ca­rac­tère sexuel. Elle af­firme que son Mi­nis­tère éva­lue pré­sen­te­ment comment le mil­lion an­non­cé se­ra ré­par­ti.

« Vous com­pren­drez que ce n’est pas simple. On est en train de tout éva­luer. Ça va être ré­par­ti as­sez ra­pi­de­ment à tra­vers les CALACS, mais aus­si quelques autres or­ga­nismes com­mu­nau­taires. Le mil­lion va ser­vir à prendre le sur­plus des ap­pels, mais c’est cer­tai­ne­ment pas ça qui va faire en sorte qu’on va don­ner des ser­vices à l’en­semble des vic­times », ex­plique Lu­cie Char­le­bois, ajou­tant que ce mon­tant don­ne­ra ac­cès à des sta­tis­tiques sur ce qui se passe et où rentrent les ap­pels.

Bien qu’elle re­con­naisse l’im­por­tance des groupes com­mu­nau­taires, la Mi­nistre dé­plore que la ques­tion du fi­nan­ce­ment glo­bale soit ra­me­née sur le ta­pis en ce mo­ment de crise. Lu­cie Char­le­bois rap­pelle que son gou­ver­ne­ment a an­non­cé 80 M$ sur 5 ans, dont 10 M$ ont été dé­ployés cette an­née. Avec chiffres à l’ap­pui, Lu­cie Char­le­bois af­firme que la sub­ven­tion au CALACS La Vi­gie a été in­dexée, pas­sant de 253 232 $, en 2013-2014, à 262 991 $, pour 2017-2018. « Je suis là pour ser­vir la po­pu­la­tion et ai­der

De­puis l’an­nonce des al­lé­ga­tions con­cer­nant Éric Sal­vail et Gil­bert Ro­zon, il y a dix jours, le CALACS La Vi­gie re­çoit de plus en plus d’ap­pels, mais gère dif­fi­ci­le­ment l’ex­plo­sion des de­mandes. D’au­tant plus que l’or­ga­nisme ne sait pas s’il bé­né­fi­cie­ra d’une aide mo­né­taire en lien avec le 1 M$ pro­mis par le gou­ver­ne­ment du Qué­bec. « On a de plus en plus d’ap­pels. On gère ça comment : dif­fi­ci­le­ment. On doit es­sayer de ré­pondre à la de­mande à la me­sure de notre ca­pa­ci­té. »

- Ka­rine Ga­gné

ces or­ga­nismes. C’est pour ça qu’on a dé­ci­dé, avec Hé­lène Da­vid, d’ajou­ter 1 M$ spé­ci­fi­que­ment pour les CALACS et d’autres or­ga­nismes qui viennent en aide à des per­sonnes qui sont vic­times d’actes à ca­rac­tère sexuel. J’es­père qu’ils ne vont pas nous le re­pro­cher », conclut Lu­cie Char­le­bois, pré­ci­sant qu’elle sou­haite prendre le temps de par­ler avec sa consoeur Hé­lène Da­vid afin de bien ré­par­tir la somme à tra­vers l’en­semble des or­ga­nismes du Qué­bec. Et, elle af­firme que ce­la ne de­vrait pas prendre plu­sieurs se­maines.

CA­RO­LINE BO­NIN

PHO­TO­THÈQUE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.