Ba­layage à Vau­dreuil-Do­rion

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Guy Pi­lon, —VAU­DREUIL-DO­RION maire re­con­duit de Vau­dreuil-Do­rion était vi­si­ble­ment com­blé par le ré­sul­tat du vote de sa mu­ni­ci­pa­li­té di­manche en soi­rée. Lui-même élu à près de 64 % de­vant Pierre Sé­guin, le maire qui en se­ra à un qua­trième man­dat s’est ré­joui de voir les huit membres de son équipe, le Par­ti de l’Ac­tion de Vau­dreuil-Do­rion, com­plé­ter la table du conseil. « Ça a été une cam­pagne dif­fi­cile, mais nous en res­sor­tons avec un ré­sul­tat pro­bant. Nous avons un mé­lange de jeu­nesse et d’ex­pé­rience qui fe­ra en sorte que la Ville se­ra bel et bien en ac­tion dans les pro­chaines se­maines, les pro­chains mois et les pro­chaines an­nées. Dès lun­di, nous se­rons en ac­tion pour mettre en place le bud­get et nous ne pren­drons pas de pause afin que nos ci­toyens soient heu­reux et bien ser­vis », a dit, ému le maire Pi­lon ac­com­pa­gné de ses conseillers, de par­ti­sans et de bé­né­voles à la Cage aux Sports de Vau­dreuil-Do­rion, lieu de ras­sem­ble­ment de son équipe.

UN PRE­MIER MAN­DAT

Pour Jas­mine Shar­ma, élue à 61 % dans Des Bâ­tis­seurs, c’est éga­le­ment un sou­la­ge­ment au terme d’une cam­pagne qui a écor­ché bien des gens. « Je suis ho­no­rée et tou­chée par la confiance des gens. J’ai amor­cé ma cam­pagne le 15 août, jour­née de l’In­dé­pen­dance de l’Inde et ça re­vê­tait une belle sym­bo­lique pour moi. Parce que ma ma­nière de pen­ser est “soyez le chan­ge­ment que vous vou­lez voir dans le monde” », a dit la jeune élue qui se sent pri­vi­lé­giée de pou­voir re­pré­sen­ter ses nom­breux élec­teurs. Quant à son col­lègue, Paul Du­mou­lin, élu à 66,9 % dans De La Baie, il a qua­li­fié d’ex­cep­tion­nel ce ré­sul­tat. « Je l’ai dit sur les ré­seaux so­ciaux en cours de soi­rée. Il y a eu la vague orange avec le NPD, main­te­nant il y a la vague Pi­lon dans Vau­dreuilDo­rion », a-t-il ad­mis.

Quant au reste des com­men­taires lus sur les ré­seaux so­ciaux en cours de cam­pagne, il n’a pas ai­mé le ton em­prun­té. « C’était mé­chant, dé­plo­rable et triste. C’est fa­cile de com­men­ter der­rière un cla­vier, mais je sais au­jourd’hui que les gens ont vrai­ment par­lé », par­lant du vote qui a fait en sorte que le ba­layage soit en­re­gis­tré. « Je ne sais pas si ça s’est dé­jà fait ou dé­jà vu. Mais c’est tout un ex­ploit », dit ce­lui qui s’est ré­joui.

CAM­PAGNE DE PEUR

Pour de nom­breux par­ti­sans ren­con­trés en cours de soi­rée, la cam­pagne de sa­lis­sage a don­né le ré­sul­tat que l’on connaît main­te­nant. « Les gens n’aiment pas ce genre de mé­di­sances, de sa­lis­sage, de ba­shing. Ils ont vo­té et on voit ce que ça donne », ont dit une grande ma­jo­ri­té des élec­teurs ren­con­trés en cours de soi­rée au ras­sem­ble­ment du Par­ti de l’Ac­tion de Vau­dreuil-Do­rion.

ÉQUIPE NOUS SOMMES

Pierre Sé­guin et l’équipe Nous Sommes s’étaient quant à eux réunis au Gol­fin Do­rion pour la soi­rée élec­to­rale. Ils étaient ac­com­pa­gnés de leurs proches et de leurs par­ti­sans pour suivre l’évo­lu­tion des ré­sul­tats.

Tout au long du dé­pouille­ment, l’écart est de­meu­ré sem­blable entre Pierre Sé­guin et Guy Pi­lon, os­cil­lant res­pec­ti­ve­ment dans les 30 % pour le can­di­dat de l’équipe Nous Sommes et les 60 % pour le can­di­dat du Par­ti de l’Ac­tion de Vau­dreuil-Do­rion. Lorsque l’is­su du vote sem­blait fa­vo­ri­ser Guy Pi­lon et son par­ti, Pierre Sé­guin a pris la pa­role, aux cô­tés des membres de son équipe.

« Lors de notre cam­pagne, nous avons ten­té de joindre le plus de gens pos­sible. Il est tôt pour tra­cer un bi­lan com­plet, mais sur le plan per­son­nel, ça a été une ex­pé­rience in­croyable. Faire une cam­pagne, ce n’est pas fa­cile. Ça de­mande beau­coup d’éner­gie et de sa­cri­fices », ex­plique d’em­blée Pierre Sé­guin.

« En bout de ligne, ce sont les ci­toyens qui ont tran­ché. La dé­mo­cra­tie a ren­du sa dé­ci­sion, mal­gré le bas taux de par­ti­ci­pa­tion. Je suis tout à fait se­rein. J’ac­cepte le ver­dict », ajoute-t-il.

Lors de son dis­cours, le can­di­dat a pris le temps de re­mer­cier les membres de son équipe, les bé­né­voles, et tout par­ti­cu­liè­re­ment sa conjointe Bé­ren­gère et ses en­fants. « Sans le sou­tien de tous, rien de ce­la n’au­rait été pos­sible ».

« J’es­père que le nou­veau Conseil va être à l’écoute des ci­toyens, et j’es­père aus­si qu’il s’ins­pi­re­ra de nos idées. Tout ce que je sou­haite, c’est le bien de notre ville »,

« Je suis sou­la­gé, mais sur­tout heu­reux, parce que neuf sur neuf, c’est énorme. J’en rê­vais. »

ex­plique ce­lui qui compte de­meu­rer en­ga­gé dans sa com­mu­nau­té.

Les autres membres de l’équipe tra­çaient eux aus­si un bi­lan po­si­tif de leur im­pact mal­gré la dé­faite. « Je veux re­mer­cier ceux qui m’ont fait confiance. Je sou­haite fé­li­ci­ter Mon­sieur Paul Nor­mand, élu dans mon dis­trict. Je vais conti­nuer à m’en­ga­ger pour la com­mu­nau­té », a lais­sé sa­voir Ju­lien Bé­dard, can­di­dat dans le dis­trict 7. « Bien que ce soit un peu crève-coeur ce soir, je suis très contente de notre cam­pagne. J’ai fait de belles ren­contres et tis­sé de belles ami­tiés au sein de l’équipe Nous Sommes. Ce se­ra peut-être un ren­dez­vous dans 4 ans, qui sait? », a ex­pri­mé la can­di­date du dis­trict 4 Ka­rine Roy.

— YANICK M. ET STÉ­PHA­NIE L.

PHO­TO YANICK MI­CHAUD

Guy Pi­lon était ému et ner­veux en cours de soi­rée et a re­trou­vé son sou­rire lorsque les ré­sul­tats ont com­men­cé à être dé­voi­lés.

PHO­TO STÉ­PHA­NIE LA­CROIX

Équipe Nous Sommes a concé­dé la vic­toire en cours de soi­rée, mais s’est dite fière du tra­vail ac­com­pli et es­père que le conseil élu se­ra à l’écoute des ci­toyens.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.