Cours d’édu­ca­tion sexuelle : le col­lège Bour­get in­nove

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Deux en­sei­gnantes ont dé­ci­dé de prendre les de­vants et de mettre sur pied un cours d’édu­ca­tion sexuelle pour les cinq ni­veaux du se­con­daire du col­lège Bour­get à Rigaud.

Il faut rap­pe­ler d’en­trée de —ÉDU­CA­TION jeu que, dans le but de sen­si­bi­li­ser les jeunes aux di­verses no­tions en lien avec la sexua­li­té, les ap­pren­tis­sages en édu­ca­tion à la sexua­li­té de­vien­dront obli­ga­toires pour tous, du pri­maire jus­qu’à la cin­quième an­née du se­con­daire, et ce, dès la ren­trée 2018-2019.

Bien que le re­tour des cours d’édu­ca­tion sexuelle ait été an­non­cé pour l’au­tomne pro­chain, les ré­centes in­ter­ven­tions des syn­di­cats en­sei­gnants et des en­sei­gnants eux-mêmes laissent pen­ser qu’ils sont tou­jours en at­tente des for­ma­tions et du conte­nu adé­quats de la part du gou­ver­ne­ment. De son cô­té, le col­lège Bour­get de Rigaud ne s’est donc pas conten­té d’at­tendre et a pris le tau­reau par les cornes en dé­ve­lop­pant 20 séances de cours sur l’édu­ca­tion à la sexua­li­té. Ceux-ci se­ront of­ferts en classe et ren­dus dis­po­nibles sur le Web dès l’au­tomne pro­chain au­tant aux élèves qu’à leurs pa­rents via un livre nu­mé­rique et in­ter­ac­tif.

C’est donc une en­sei­gnante et une sexo­logue qui ont dé­ve­lop­pé ces cours afin d’ac­com­pa­gner les étu­diants du se­con­daire dans leur dé­cou­verte de la sexua­li­té et ain­si leur per­mettre de s’en­ga­ger dans des com­por­te­ments sexuels consen­tis et sé­cu­ri­taires. De fait, dès que le pro­jet du mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion d’ins­tau­rer un pro­gramme d’édu­ca­tion sexuelle a été connu, Ka­ren Ri­ley et Jo­lène Les­sard, la­quelle, en plus d’en­sei­gner le fran­çais, est membre de l’Ordre des sexo­logues du Qué­bec, ont in­ves­ti plu­sieurs mois de tra­vail et pro­duit un conte­nu des plus in­no­va­teurs, no­tam­ment grâce à des cap­sules vi­déo. « Nous avons toute de suite trou­vé leur pro­po­si­tion in­té­res­sante, car il per­met­tait à la fois de ré­pondre aux be­soins des jeunes que de ceux édic­tés par le mi­nis­tère », in­dique Syl­vain Ch­ris­tin, di­rec­teur des ser­vices pé­da­go­giques au col­lège Bour­get.

Le pro­gramme a été dé­ve­lop­pé pour les élèves de se­con­daire 1 à 5, mais les élèves de se­con­daire 1 et 2 en ont dé­jà bé­né­fi­cié. DÈS CETTE AN­NÉE

« Nous avions préa­la­ble­ment pré­sen­té le pro­jet au co­mi­té de pa­rents, his­toire de le rendre ac­ces­sible dès le dé­part. On vou­lait que cette dé­marche soit trans­pa­rente et plus on est trans­pa­rents, moins il y a de l’in­quié­tude et moins il y a place pour les qui­pro­quos. Di­sons que les pa­rents ont été très ras­su­rés », men­tionne Syl­vain Ch­ris­tin.

Ce der­nier ajoute que si le mi­nis­tère dé­cide d’ap­por­ter des mo­di­fi­ca­tions, il est bien en­ten­du que le Col­lège va s’y adap­ter. Pour cette in­no­va­tion, le col­lège Bour­get est fi­na­liste au Ga­la des Prix de l’in­no­va­tion de la Fé­dé­ra­tion des éta­blis­se­ments d’en­sei­gne­ment pri­vé du Qué­bec (FEEP). Le Col­lège, qui a pro­po­sé le conte­nu de sa for­ma­tion à d’autres ins­ti­tu­tions, se re­trouve par­mi les quelque 55 pro­jets sou­mis qui se sont da­van­tage dé­mar­qués. Ils sont en no­mi­na­tion dans la ca­té­go­rie In­no­va­tion pé­da­go­gique.

PAR­TA­GER L’IN­NO­VA­TION

La FEEP est heu­reuse de pou­voir, chaque an­née, par­ta­ger ce genre d’in­no­va­tions avec toutes les écoles fran­co­phones. « Et c’est d’ailleurs le but pre­mier de ces prix, et moins pour faire des ga­gnants, ex­plique Ge­ne­viève Beau­vais, di­rec­trice des com­mu­ni­ca­tions à la FEEP. Le col­lège Bour­get est par­ti du conte­nu du mi­nis­tère, ils l’ont tra­vaillé et l’ont mis en ligne afin de le rendre ac­ces­sible à tous les en­sei­gnants du Qué­bec », de pour­suivre Ge­ne­viève Beau­vais.

Les ré­sul­tats de ce concours se­ront connus dans la soi­rée du 2 mai. Rap­pe­lons que les ap­pren­tis­sages en édu­ca­tion à la sexua­li­té se­ront of­ferts tout au long du par­cours sco­laire des élèves à rai­son de 5 à 15 heures par an­née, confor­mé­ment aux re­com­man­da­tions des ex­perts. Ils sont adap­tés à l’âge et au ni­veau de dé­ve­lop­pe­ment de l’élève. Les conte­nus ont été éla­bo­rés no­tam­ment en col­la­bo­ra­tion avec des sexo­logues et des ex­perts en pé­da­go­gie. L’édu­ca­tion à la sexua­li­té en mi­lieu sco­laire est com­plé­men­taire au rôle que jouent les pa­rents au­près de leurs en­fants. Qu’en est-il des écoles de la ré­gion? Son­telles à li­vrer la mar­chan­dise pour l’an­née pro­chaine? « Les en­sei­gnants re­ce­vront une for­ma­tion afin d’être bien pré­pa­rés et être prêts pour l’au­tomne », men­tionne Col­lette Frap­pier de la Com­mis­sion sco­laire des Trois-Lacs.

De fait, pour que les en­sei­gnantes et les en­sei­gnants, le per­son­nel sco­laire, les ges­tion­naires du ré­seau sco­laire et les pa­rents soient ac­com­pa­gnés dans la mise en oeuvre des ap­pren­tis­sages en édu­ca­tion à la sexua­li­té, le Mi­nis­tère conti­nue­ra à of­frir son sou­tien et son ac­com­pa­gne­ment par des jour­nées de for­ma­tion en per­sonne, des ren­contres de for­ma­tion vir­tuelles, des ou­tils pé­da­go­giques, dont des ca­ne­vas com­pre­nant des exemples concrets pour l’ani­ma­tion en classe, un sou­tien ap­por­té par des pro­fes­sion­nels en sexo­lo­gie et en pé­da­go­gie et un ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé de chaque com­mis­sion sco­laire et éta­blis­se­ment d’en­sei­gne­ment pri­vé.

— STÉ­PHANE FORTIER

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.