Des craintes non fon­dées, se­lon Car2­go

Au­to-par­tage à Ou­tre­mont

L'Express d'Outremont - - NEWS - Ma­rie-pier Ga­gné

Qua­li­fiant de «non fon­dées» les craintes des élues d’Ou­tre­mont, le di­rec­teur gé­né­ral de Car2­go à Mon­tréal, Jé­ré­mi Lavoie, se dit dé­çu du dé­lai que lui im­pose l’ar­ron­dis­se­ment de­puis plu­sieurs mois.

«On a plus de 300 membres qui ha­bitent à Ou­tre­mont, men­tionne M. Lavoie. La de­mande est là. On at­tend quoi?»

Comme le con­seil d’ar­ron­dis­se­ment n’a tou­jours pas au­to­ri­sée les vi­gnettes uni­ver­selles, les abon­nés Ou­tre­mon­tais de car2­go doivent se rendre dans d’autres ar­ron­dis­se­ments avoi­si­nants, comme Côte-des-Neiges— Notre-Dame-de-Grâce et le Plateau Mont-Royal pour uti­li­ser le ser­vice.

«Les gens se sta­tionnent à la fron­tière d’Ou­tre­mont et d’un autre ar­ron­dis­se­ment et marchent le reste à pied, ex­plique M. Lavoie. On trouve ça un peu ri­di­cule de de­voir leur im­po­ser ce­la.»

Au­cune contro­verse ailleurs

La ré­ti­cence des conseillères sur­prend le di­rec­teur de l’en­tre­prise. «Dans tous les autres ar­ron­dis­se­ments de Mon­tréal, Car2­go est vrai­ment un suc­cès, men­tionne-t-il. Il n’y a ja­mais eu de contro­verse, on ne re­çoit que de bons mots ou presque.»

Se­lon M. Lavoie, les craintes concer­nant l’en­gor­ge­ment des places de sta­tion­ne­ments à vi­gnettes par les vé­hi­cules de Car2­go n’ont pas rai­son d’être. «On a une équipe qui patrouille la ville tous les jours, alors s’il de­vait avoir une concen­tra­tion dé­ran­geante de nos autos sta­tion­nées, on vien­drait tout sim­ple­ment les

On a une équipe qui patrouille la ville tous les jours, alors s’il de­vait y avoir une concen­tra­tion dé­ran­geante de nos autos sta­tion­nées, on vien­drait tout sim­ple­ment les chan­ger de place Jé­ré­mi Lavoie, di­rec­teur gé­né­ral de Car2­go à Mon­tréal

chan­ger de place, dé­fend-il. Ce genre de choses ne pose pas pro­blème.»

Mal­gré tout, l’équipe de M. Lavoie est op­ti­miste quant à l’ave­nir. «On sait que notre ar­ri­vée dans Ou­tre­mont se fe­ra éven­tuel­le­ment, on es­saie de de­meu­rer pa­tients, c’est juste qu’on trouve ça un peu long pour rien», af­firme l’homme d’af­faires.

D’ailleurs, M. Lavoie a sou­li­gné à L’Ex­press qu’il a de­man­dé une ren­contre avec les élues, mais qu’il n’a ja­mais ob­te­nu de ré­ponse de leur part.

Abon­nés ou­trés

Cer­tains abon­nés Ou­tre­mon­tais de Car2­go ont eux aus­si fait part de leur im­pa­tience. «Il y a tout un vide en ma­tière d’au­to-par­tage ici, ex­prime Sarah Léo­nard, abon­née au ser­vice de­puis son en­trée en vi­gueur à Mon­tréal. Il n’y a qu’à Ou­tre­mont que c’est com­pli­qué comme ce­la. Je ne com­prends pas.»

«Ce sont de toutes pe­tites voi­tures, elles prennent la moi­tié de l’es­pace de sta­tion­ne­ment d’une voi­ture nor­male, conti­nue Mé­la­nie Bol­duc, une autre ci­toyenne. Je ne vois pas ce qui bloque. Il y a des tas d’es­paces qui sont trop pe­tits pour les voi­tures ré­gu­lières dans l’ar­ron­dis­se­ment de toute fa­çon.»

Les deux jeunes femmes ont d’ailleurs en­voyé une foule de cour­riels au con­seil d’ar­ron­dis­se­ment à ce su­jet, comme bien d’autres uti­li­sa­teurs de Car2­go.

«On va conti­nuer de leur cas­ser les oreilles avec ce­la tant et aus­si long­temps que rien ne va avoir été fait. J’es­père vrai­ment que ces pres­sions ci­toyennes vont pous­ser nos élues à al­ler de l’avant», conclut Mme Léo­nard.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Comme Ou­tre­mont n’a tou­jours pas au­to­ri­sée les vi­gnettes uni­ver­selles, les abon­nés de car2­go doivent se rendre dans d’autres ar­ron­dis­se­ments avoi­si­nants pour uti­li­ser le ser­vice.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.